Modoscopie | Marlies Dekkers, triple dare

marlies-dekkers-1

Marlies Dekkers, CEO of Marlies Dekkers talked with me in her parisian boutique (10, rue du cherche-Midi) about her profession both in an artistic and technical way.

Lingerie is a very technical profession where there is not so much designers (most of the designs came from the factories). Lingerie unlike outerwear need so much machines to try and make a quick outcome that’s it’s difficult for young designers to emerge and it locks their creativity.

We also talk (and laugh) about the comfort of the thong, the shape of the bottom, art, designers and the landscapes of Holland…

Marlies studies art and develop her handwriting in Holland. She starts her business in 1993. « Like in painting i want to frame parts of the body that i found beautiful, like an attention, i want to paint on the body ».

Tell us about the beginnings of Marlies Dekkers.

At the beginning things were very difficult because people doesn’t understand my designs. All the brands were coming from Italy, France. If you look at the photos, mine are fashion pictures. Almost all lingerie brands are doing it for « pleasing the man », it’s always boudoir, sleeping room, and the women are « ready for you ».

The minds have changed since, things are going faster now, especially in France.

It’s a north and south thing then. What are the main differences between your designs and the italian/french ones?

At the beginning my models seems too tough, too strong. It’s a different philosophy, my designs are not for « pleasing ». The meaning of my brand it’s « women in charge », they seduce themselves, but of course, if you want to please it’s your own freedom!

My moto is « dare to dream, dare to grow, dare to be », i want to challenge women to be self-confident.

So men and women have different approach of lingerie. How do they design underwear?

Men are more into making lingerie for the pleasure of… men i guess.

For me a major point is the fit. I want to design something new, beautiful and different but also with the most comfortable fit ever !

The DJ is wearing Marlies Dekkers famous « stripes bra » at Le Printemps event

I’ve just read that 50% of men like the thong to only 20% of women…

(Laughs) Yes and what is funny too is that 20 years ago wearing a thong was too sexy, you were not a proper women if you wear it. But because our garments became so tight, it become an excuse (and an argument) to wearing it ! But now it doesn’t work anymore, we have second skin underwear (laughs) !

I want to add an explanation, the thong is comfortable! With lace the stretch is only one way, while using microfiber it stretches in the two directions and it becomes so comfortable. Women must learn there body down there ! A decolleté as a specific shape, most of us know the right size for our bras, it’s the same with the bottom, they have their shape, but it’s more taboo.

For this summer your collection is under influence of far east. Do you develop specific design for this countries?

Every six weeks i am there, my company have 200 hundred people and 20% are working in Hong-Kong. There is no specific design for the fast east. My offices are there because production is there. The selling are more Europe-based, American and a little bit Canada. Things are going very fast. Its a really interesting period, like the roaring twenties.

The main difference with women from Europe is that in far east they are more in top positions in companies. They earn money, like spending it, they « jump » on new opportunities but not on underwear yet. It’s full of energy, but they are not that far in self-confidence. They are more shy.

How do you imagine the development of your brand? Any projects of a garments line?

No garments scheduled! In fact i do a little bit sometimes to complete the lines. But lingerie is very demanding. To develop a bra it takes you two years. And because it so new the process take five times longer than any other bra. It’s really much complicated. We are the most difficult to make, so I have to keep my focus.

Viktor & Rolf, Droog design, Rem Koolhaas and you are the most known dutch designers. Is there something specific in dutch design?

It’s all about our landscapes! When you look at our landscapes from an airplane, it’s all strict lines. Mondrian it’s all strict lines. In Holland there was an exhibition where i made a combination with the paintings of Mondrian and my design. There is always a combination between art and fashion.

Dutch design is a kind of simpleness, a conceptual way of thinking. The dutch are more « put away what is not necessary », french people are more into baroque and rococo.

It is not confusing to deal with red carpet famous (Fergie, Lady Gaga…) and to be friend with Viktor and Rolf?

I spend new year’s eve with Viktor and Rolf (they live in Amsterdam) we were a very small group…

My lingerie is acclaimed by famous people, but i suppose its because they are completely in my philosophy « dare to… », they had a long way before being where they are now, they are outspoken women, in charge for themselves. I’m happy they like my design!

It’s not confusing, because it’s not my world, this glamorous people want my design, but i’m not part of their world. It’s just fun. We’re all doing this!

The biggest part of my life it’s to think about new design.

The world of Marlies Dekkers is here

 

PFW | Viktor & Rolf, bomb… and bombers


Viktor Horsting and Rolf Snoeren in the golden corridor @ The Silencio, Paris

During fashion week, dutch designers Viktor Horsting and Rolf Snoeren better known as Viktor & Rolf launch at the same time the AW2012 collection and the new men fragrance Spice Bomb.

The two designers manipulate a futuristic briefcase, that James Bond himself would like to possess. Inside, the new fragrance is concealed. They act slowly, pressing buttons, pushing controllers with synthetic and symetrical movements as if they were members of Kraftwerk to finally reveal the bottle.

FlowerBomb, the feminine fragrance is very « floral ». Because they were jealous, the two designers create with Olivier Polge the masculine fragrance. So spicy it becomes addictive with tones mixing saffron, chilli, blond tobacco and vetiver, followed by an « explosion » of grapefruit and bergamot.

Les deux créateurs hollandais aux commandes d’une machinerie futuriste, en forme d’attaché-case, qui ferait palir d’envie un célèbre agent secret de la couronne britannique, libèrent le flacon de leur nouveau jus. La mise en scène est kraftwerkienne, dans ce qui ressemble à une petite cabine, les mouvements du couple de designers sont synthétiques et symétriques.

Le parfum est né de leur jalousie, en tant qu’homme, envers la fragrance féminine, d’où la bombe masculine élaborée avec Olivier Polge.

Contrastant avec le féminin « très fleuri », le parfum masculin est épicé. En tête on trouve le safran, le piment, le tabac blond « so british » et le vetiver, suivis par une « explosion » de pamplemousse et de bergamote. Addictif.

Le visuel de la campagne de communication est hésitant entre Sean O’Pry en bel Apollon et un flacon « explosé ».

On aurait aimé un visuel moins figuratif, ne proposant que le flacon fragmenté, plus en accord avec l’univers parfois si conceptuel du duo néerlandais. Un choix plus risqué, pour un produit aussi stratégique qu’un parfum.

Quelques heures auparavant, les designers présentaient leur collection masculine oscillant entre casualwear et tailoring, où l’on retiendra surtout leur manière audacieuse de mêler couleurs atypiques et les superpositions pour le vestiaire masculin.


Des bombers de luxe sur des vestes tailleur…


Sweat matelassé couleur fraise, sur pantalon en cuir couleur chocolat


Encore une silhouette singulière, blouson sur manteau, de quoi avoir bien chaud sous les frimas de l’automne-hiver 2012

Curation of the week

 

fimh-1993

Exhumés de mon ancien bureau, le programme de l’année 1993 du Festival International de Mode & Photographie d’Hyères (appelé alors Salon Européen des Jeunes Stylistes). Cette seule année concourraient six futures stars de la profession: Cyd Jouny, Tony Delcampe, Karine Arabian, Marc Le Bihan, Xavier Delcourt, Viktor Snoeren et Rolf Horsting (aka Viktor & Rolf, lauréats de cette édition).

fimh-1993-3
Page 27, Viktor Snoeren et Rolf Horsting

 

Also check the members of the jury !

fimh-1993-2

Arts of fashion Foundation | From concept to reality

A sample of the garments made by the students with Aurore Thibout and Laurence Teillet.

Now the project (quite conceptual) is nearly complete, the evolution since my first coming is huge and what surprise me more is the diversity.

From the concept (a garment from second-hand shirts) to the final result, each student use the prints, the stripes, the different parts of the shirts on his own way. We have dresses with volume, some using the graphic prints and the stripes, to create path that become shapes, some are very colourful, some are a gradient of pale colours, some are big and some are tiny (slideshow below). Next step the exhibition (July 29)!

arts-of-fashion-made-in-clothes-13 arts-of-fashion-made-in-clothes-12 arts-of-fashion-made-in-clothes-11 arts-of-fashion-made-in-clothes-10 arts-of-fashion-made-in-clothes-9 arts-of-fashion-made-in-clothes-8 arts-of-fashion-made-in-clothes-7 arts-of-fashion-made-in-clothes-6 arts-of-fashion-made-in-clothes-5 arts-of-fashion-made-in-clothes-4 arts-of-fashion-made-in-clothes-2

Two models draw my attention because they reminds me works of famous designers. Below, the first photo of this post reminds me Yohji Yamamoto 1986’s dress, shoot by Nick Knight

arts-of-fashion-made-in-clothes-1

… and below this Viktor & Rolf crazy collar shoot by Inez Van Lamsweerde and Vinooh Matadin reminds me the tiny garment in the slideshow

… et ci-dessous ce jabot fou de Viktor & Rolf shooté par Inez Van Lamsweerde et Vinooh Matadin me rappelle le tout petit vêtement présent dans le slideshow.

arts-of-fashion-made-in-clothes-3

Arts of Fashion Foundation website is here, to have the full story read the posts tagged with « arts of fashion foundation »


vidéo star (maj 23.12)

Une personnalité, un grand photographe pour communiquer en print, c’est la formule utilisée par beaucoup de marques.


Louis Vuitton, Annie Leibovitz et Mikhail Gorbatchev devant le mur de Berlin.

Ironiquement, une des campagnes les plus plébiscités cette année est celle mettant en scène certes, un créateur en la personne de Karl Lagerfeld, mais pour la Sécurité Routière…


Karl en « Lagerfeld jacket », nom de baptême du gilet jaune donné par les anglais.

La vidéo semble être le nouveau champ d’expression des marques de mode.

De la campagne coming soon de Yohji Yamamoto,

Voir également : ce billet

Au défilé Homme Automne-Hiver 2008-2009 d’Yves Saint Laurent,

En passant par l’intriguant Trembled blossoms de Prada,

Le défilé printemps-été 2009 de Viktor & Rolf, présenté sur leur site

Le projet surréaliste Make up your mind de la Maison Martin Margiela

visible ici,

Le dernier film-défilé de Jean-Charles de Castelbajac, JCDC vs Lego,

Karl Lagerfeld (encore lui) et son court métrage sur les débuts de Mademoiselle Chanel,

voire la collaboration Dita von Teese x Agent Provocateur.

<iframe width= »1280″ height= »720″ src= »//www.youtube.com/embed/eKDboNjrz5A » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

Historique, humoristique, conceptuelle, la vidéo se pose comme une nouvelle façon de diffuser un univers et de faire la promotion de la marque. Média, encore marginal dans le secteur, il permet tout type d’expérimentations dans le champ créatif.

La vidéo n’est certes pas destinée à remplacer le défilé mais permet de renforcer le lien émotionnel avec le consommateur. Comme l’ensemble du secteur industriel, la mode ne peut rester insensible à la profusion des écrans (smartphone, iPods, mini laptops, etc.). On peut légitimement se demander si les DailyMotion, Youtube et autres Google Video seront envahis de ces mini-films en 2009.


Mise-à-jour du 23.12

La vidéo et les marques de luxe sont des domaines que certains comme Darkplanneur et ses Balades de luxe explorent depuis bien longtemps.

Et plus récemment Benjamin Boccas à réalisé FarWeb.

Ce qui laisse des premiers indices pour la tournure que va prendre l’année 2009 : Blogs, Luxe et Vidéo.

V&R en VR(1)

(1) VR : Acronyme signifiant Virtual Reality (Réalité Virtuelle) –Wikipedia

Le nouveau site des créateurs Viktor & Rolf est en ligne depuis ce matin, l’occasion pour le public de découvrir, ce qui à mon sens, est un des premiers sites d’une marque de mode à refléter l’univers de ses créateurs.

Présenté à la presse et à quelques bloggeurs il y a une dizaine de jours dans un salon privé du VIIIe arrondissement parisien, c’était l’occasion de discuter avec les créatifs de La Chose, concepteurs du site.

Contrairement à « d’habitude », les stylistes Viktor & Rolf se sont réellement impliqués dans le processus de création, hormis le fait d’être présents virtuellement sur le site, ils ont manifesté un réel intérêt lors de la mise-en-œuvre de celui-ci, donnant ainsi au média qu’est le web, la considération qu’il mérite.


Hall d’entrée, cliquez sur la table pour devenir un membre privilégié…


Viktor & Rolf &… les chiens, dans la bibliothèque ; cliquez sur les livres pour accéder aux archives des défilés et à d’autres informations


La parfumerie, la salle de Flower bomb, d’Antidote et des parfums à venir

D’autres créateurs, n’apportent pas (encore) le soin ou l’intérêt qu’il faudrait, à leur communication sur internet, alors que leur communication print (brochures, invitations, etc.) est conforme à leur univers.

Entre le faste, le rêve, l’énergie et parfois la provocation présente sur certains défilés et l’expérience utilisateur procurée par certains sites il y a un gap qui à court terme, peut porter préjudice à leur image de marque.

Un parmi tant d’autres, le site de John Galliano limité à cette homepage

La Chose à fait intervenir les dernières technologies du rich-media, permettant une navigation aisée, intuitive, mais également un architecte pour bâtir ce palais virtuel en 3D aux allées infinies, preuve du soin apporté à la réalisation de l’ensemble. Proportions et rendu des matières sont donc tout à fait conformes à ce que l’on verrait en réalité, une réalité rêvée par les créateurs…

À l’avenir et pour s’adapter aux différents évènements, le palais pourra laisser le marbre pour s’habiller de bois, de métal ou tout autre matière aussi simplement que « l’on change de chaussettes » dixit le DA du site.

On peut ainsi conclure qu’une marque de mode devra réunir les critères suivants afin de réussir son passage sur le web :


Le site de Viktor & Rolf
Merci à Matthieu Lebreton et Blographic

J’ai 64567 amis…

… dont Kate Moss, David La Chapelle, les Fisherspooner et même Viktor & Rolf !

En effet, à l’occasion de la Fashion Week parisienne, MySpace à encore sévit en proposant un service destiné aux stylistes et à tous les passionnés de mode : MySpace Boudoir, l’habillage est réalisé par JC/DC (Jean-Charles de Castelbajac) et on y trouvera des infos, des conseils et des exclusivités, la première sera dès le mois de mars, la diffusion du documentaire de Rodolphe Marconi, Lagerfeld Confidentiel.

MySpace Boudoir est associé avec le salon Who’s Next et la boutique Colette (!) mais reste comme son grand frère MySpace, doté d’une interface à l’esthétique douteuse, tout le contraire d’un « boudoir » en somme.
A suivre (?)

Edit 2011: Le site semble offline et depuis les choses ont bien changées…

Dans le même registre, « communauté d’amis », jetez un oeil à iqons.