Papier Glacé, un siècle de photographie chez Condé Nast

Ci-dessous au centre Olivier Saillaird, à droite Xavier Romatet (président de Condé Nast France)

papier-glacé-conde-nast-1

Ce mercredi 26 février 2014, s’est tenu l’inauguration de l’exposition « Papier glacé, un siècle de photographie de mode chez Condé Nast ».

Cet événement, réunissant toute la presse parisienne, a pour principe d’exposer des premières images de photographes réalisés au début de leur carrière, de 1918 à nos jours. De Helmut Newton à Edward Steichen en passant par David Sims, Guy Bourdin, Peter Lindberg, Patrick Demarchelier et bien d’autres. Cette exposition se veut une fenêtre sur la construction et l’affirmation d’un style propre a chacun de ces artistes. Elle est aussi l’occasion de découvrir ou de redécouvrir le travail de pas moins de quatre-vingt photographes de mode.

Les photographies sont accompagnées d’une dizaine de créations de couturiers, d’une cinquantaine de magazines exposés sous vitrine et organisés de manière thématique à travers quatre petits salons. Sur un grand écran, sont projetés des films contemporains, l’avenir de la photographie de mode?

Ci-dessous, Baron Adolf de Meyer (1868-1946), premier photographe officiel du Vogue américain, février 1921 – Jeanne Eagel, robe de la Maison Chéruit

papier-glacé-conde-nast-4

Ci-dessous, Baron Adolf de Meyer (1868-1946), Vogue américain, juillet 1919 – robe Frances

papier-glacé-conde-nast-5

Ci-dessous, Terry Richardson (né en 1965), Vogue anglais, 1998 – robe Yves Saint Laurent Haute Couture

papier-glacé-conde-nast-6

Ci-dessous, Madeleine Panizon, capuchon d’automobile ou d’avion, 1925

papier-glacé-conde-nast-18

« Cet événement est organisé à un moment où le monde est gouverné par l’instantané. Le traitement de l’image auquel nous sommes attachés est intemporel. Il montre que la façon de créer de belles histoires dure. La vocation de Condé Nast est de ne pas céder à la pression du temps, tout en restant en accord avec l’époque. De montrer mois après mois, partout dans le monde, surtout en France, que ce que nous faisons s’inscrit dans la durée et peut être vu et revu. Le but étant de parcourir de belles images à travers cent cinquante photos modernes, créatives et passionnées par la femme. » précise Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera.

papier-glacé-conde-nast-7 papier-glacé-conde-nast-8

Ci-dessous, Sølve Sundsbø (né en 1970), Vogue italien, mai 2008

papier-glacé-conde-nast-9

Ci-dessous, Herb Ritts (1952-2002), Lei, décembre 1984 – Nickolas Murray (1892-1965), la danseuse Mlle Desha, Vanity Fair, avril 1921 – Franco Rubartelli, Veruschka, Vogue américain, juillet 1966

papier-glacé-conde-nast-10 papier-glacé-conde-nast-11

« La vocation de Vogue va au-delà, en soutenant la création contemporaine. Condé Nast a pris un certain nombre d’initiatives pour soutenir la jeune création, pour aider, glorifier et valoriser la mode dans le monde. C’est dans cet esprit que nous avons décidé de soutenir concrètement la création de maison de mode par l’intermédiaire de la création d’un fond. » déclare Xavier Romatet.

« L’objectif de ce fond est d’aider les équipes du musée à acquérir des œuvres, pièces et photos qui vont venir enrichir et donner une dimension patrimoniale à l’oeuvre de ce musée. Il permettra également de rendre ces pièces accessibles au plus grand nombre, car aujourd’hui la mode se veut populaire et accessible auprès d’un public qui se veut quant à lui plus large. » ajoute-t il.

Le lancement du Vogue Paris Fashion Fund, aura lieu le 9 juillet prochain lors d’un dîner de gala réunissant maisons de mode, créateurs, collectionneurs et clients du monde entier. Ce dîner sera un événement phare de la scène mode parisienne, en pleine période des défilés Haute Couture. L’objectif sera de récolter 100 000 euros par an afin d’acquérir de nouvelles œuvres ainsi qu’un soutien considérable pour la nouvelle génération de créateurs.

Les premières acquisitions seront exposées dès le mois de novembre 2014 au Palais Galliera.

Ci-dessous, Twiggy par Richard Avedon, Vogue américain, août 1967 – à gauche robe de Geoffrey Beene

papier-glacé-conde-nast-13

Ci-dessous, Peter Lindbergh (né en 1944), Vogue italien, mars 1989

papier-glacé-conde-nast-14

Ci-dessous, Hans Feurer (né en 1939), Vogue français, mars 1973

papier-glacé-conde-nast-17

« Papier Glacé, une rétrospective d’un siècle de photographie de mode chez Condé Nast »

Du 1er Mars au 25 Mai 2014 au Palais Galliera.

Curatrice de l’exposition : Nathalie Herschdofer

Exhibition | Eat my lipstick !

Chez Colette, se tenait une petite party célébrant la parution du premier numéro d’Exhibition, nouveau beau magazine très luxe…

Rencontre avec Gael Hugo (ci-dessous chez Colette) un des membres fondateurs du magazine (avec Edwin Sberro), au sein de son studio du Xe arrondissement parisien.

Ce fut l’occasion de rencontrer un passionné d’art contemporain de  photographie et de mode.

A l’heure d’internet, jamais nous n’avons autant manipulé d’éléments imprimés et quand on reçoit un magazine comme Exhibition, c’est charnel. On ressort l’antienne « le contact du papier c’est mieux, l’écran c’est froid, etc…

Nos cinq sens sont sollicités, dans ce magazine au format inhabituel (33 x 44 cm), le toucher (les grains du papier, le poids du magazine), l’odeur (encre), la vue (les splendides et immenses photos) et l’ouïe (le bruit du papier), ne manque que le goût mais les créateurs ont conviés pour ce numéro M. Pierre Hermé, on en salive d’avance…

On aime la direction artistique qui choisi ce rectangle black réplique homothétique et réduite du format du magazine qui vient empiéter sur le visuel de couverture signé Richard Burbridge pour un rendu très graphic design. Ce pavé correspondant également au format de possibles futures publications qui seront distillées durant l’année et qui étofferont le thème en cours.

On aime le papier choisi pour cette publication. Variant selon les sujets, d’un papier couché brillant à un papier non couché mat et grenu, créant une diversité sensorielle intéressante.

Exhibition – Before (le projet)

Des mois de reflexion et un an de réalisation mèneront à ce numéro mono-thémathique, centré sur la bouche (ce qu’elle énonce, ingurgite, etc.) et le rouge à lèvres, mais le traitement, lui, est transversal.

C’est ainsi que l’on y croisera Pierre Hermé interviewé par Pierre Lescure, Sølve Sundsbø qui shoote une superbe série de macro photos de kisses très french, Dominique Paquet, philosophe y propose une « history of lips ».

Le stylisme de vêtement est aussi transversal puisque l’on y trouve aussi bien Louis Vuitton, Bless, Prada, Altuzarra, qu’Haider Ackerman.

Exhibition – After

Clac ! Des photos « pleine page », un vrai régal pour les yeux !

Chez Colette

M. Pierre Hermé

Que ce soit sur le web ou en print notre consommation quotidienne d’images est exponentielle. Les polémiques autour de celle-ci (image de conflits, corps de mannequins retouchés, etc.) montrent que l’image est au centre de nos sociétés. En quelque sorte, de par le choix son titre, le magazine Exhibition ne cache rien. Un magazine dans lequel on a envie de plonger.

Ce beau magazine est vendu dans des lieux choisis de par le monde, à Paris vous le trouverez, entre autres, chez Colette, Lazy Dog, Station, La Hune, Palais De Tokyo, WH Smith, Artazart ou Le Bon Marche pour la modique somme de… 20 euros ! Un prix qui semble sous-proportionné en comparaison de la qualité de l’ouvrage.