RECHERCHE, CANAL U: HISTOIRE DE MODE

CANAL-U

VIDÉOTHÈQUE NUMÉRIQUE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE.

RESSOURCES AUDIOVISUELLES DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR VALIDÉS PAR LES CONSEILS SCIENTIFIQUES DES UNIVERSITÉS NUMÉRIQUES THÉMATIQUES.

FOURNI AUX ÉTUDIANTS, AUX ENSEIGNANTS, AUX CHERCHEURS DES RESSOURCES PÉDAGOGIQUES EN COMPLÉMENT DES CURSUS D’ENSEIGNEMENT.

Le Modalogue x James Bort pour Le Mont St Michel

MSM_JamesBort_Lemodalogue_2

Natural light for this photo shoot in the old factory of the french fashion house Le Mont St Michel.

Alexandre Milan, owner, let us, James, Bent Van Looy (singer of belgian pop band Das Pop) and I bring to life the preppy rock atmosphere of this centennial brand…

Les collaborations entre marque de prêt-à-porter et blogueurs ne sont pas légions, mais les choses semblent évoluer. C’est donc avec joie que je vous présente une série de photos réalisées avec James Bort pour le compte de la communication de la collection homme de l’hiver 2009-2010 de la marque Le Mont St Michel. Griffe presque centenaire, partenaire privilégié d’Agnès B., Vanessa Bruno, Paul & Joe ou Chloé, Le Mont St Michel est aujourd’hui reconnu pour être une des marques les plus créatives du secteur de la maille.

La série photo a été réalisée en lumière naturelle dans l’ancienne usine de la marque sise au sein d’un superbe domaine appartenant à Alexandre Milan, directeur artistique et arrière petit-fils de la fondatrice. James était responsable de la photo tandis que je m’occupais du stylisme, nous avons ainsi mis en image l’univers décalé et tradi-rock de cette collection réalisée avec Bent Van Looyle, chanteur du groupe belge Das Pop. J’espère que vous apprécierez le résultat de notre collaboration.

MSM_JamesBort_Lemodalogue_1

MSM_JamesBort_Lemodalogue_3

MSM_JamesBort_Lemodalogue_5

MSM_JamesBort_Lemodalogue_4

L’allure néo-romantique de Bent Van Looy se marie parfaitement avec l’univers de la marque.


Le site de Le Mont St Michel

NB:
Je tiens a remercier tout particulièrement Nadia aka Nizzagirl sans qui cette opération n’aurait pas été possible (Big up pour elle !).

Couture du temps jadis

Un supplément au Vogue de février 1949, où l’illustrateur Éric croque les trente créateurs qui font la Couture parisienne.

Je vous parle d’un temps où l’on vous donnait du Monsieur et du Madame à tour de bras, un temps où la mode au cinéma c’était Falbalas (1944) ou, quelques années plus tard, Le Couturier de ces dames (1956). Deux ans après la bombe New-Look de Christian Dior on imagine aisément l’effervescence qui doit régner dans le monde de la Couture lors de la parution de ce petit album.

Chaque créateur est à son bureau, en train d’y dessiner des silhouettes, en train de réaliser un moulage sur un mannequin miniature, ou tout simplement en train de poser pour Éric. À voir la mine de Madame Nina Ricci, on se dit qu’elle ne devait pas être très commode…

Monsieur Christian Dior semble regarder derrière lui ses années de disette, Monsieur Barbas, qui est le beau-frère de Jean Patou est un homme d’affaire et sa pose volontaire, les deux poings sur le bureau, en dit long sur ses ambitions, quant à Madame Schiaparelli elle est tout en assurance, chic et dédain.

On y retrouve bien évidement les monstres déjà  sacrés(1) que sont Christian Dior, Jean Patou ou Pierre Balmain, mais surtout beaucoup de noms oubliés ou moins connus et sans lesquels Paris ne serait pas Paris

Parmi ces noms citons :

  • la maison Mad Carpentier, fondée par deux anciennes employées de Madeleine Vionnet et qui en perpétuera le style jusqu’à  la fermeture en 1957;
  • Jeanne Lafaurie où André Courrèges fit quelques croquis en 1947;
  • Maggy Rouff, une très grande maison(2) de couture qui à œuvré de 1929 à 1979;
  • les modistes Madame Claude Saint-Cyr, Lucienne Rabaté qui forma Gabrielle Chanel ou le talentueux Monsieur Albouy;
  • Edward « Captain » Molyneux, anglais qui a fait ses classes chez Lucile Duff-Grodon(3), est célèbre pour avoir habillé le tout Hollywood de l’époque.
  • Marcelle Chaumont sans qui les drapés de Madeleine Vionnet ne seraient pas ce qu’ils sont…
  • Jean Dessès, etc.

Il y a vingt-cinq planches, soit autant de noms a découvrir ou à re-découvrir, l’occasion je vous assure, de se faire un intéressant petit cours sur l’histoire de la mode. N’hésitez pas à googler à fond les noms de ces créateurs, tout comme moi vous apprendrez bien des choses !

(1) On peut noter au passage la non-présence de Mademoiselle Chanel, qui en 1949 est toujours souillée par son trouble comportement pendant la guerre et qui ne ré-ouvrira sa maison qu’en 1954.
(2) Une recherche sur internet fait apparaître énormement d’ouvrages, photos et articles en vente sur eBay et ailleurs.
(3) J’ai revu Titanic, de James Cameron cet été et j’y ai découvert parmi les personnages, cette célèbre couturière au destin très chanceux