INSPIRATION | Forcément Agyness

J’ai toujours préféré Garbo à Marlène, plus mystérieuse, plus atypique, Garbo est plus désirable, forcément.

Forcement, je n’ai pas été un grand fan des fantastic four des runaways des années 90, Naomi, Claudia, Linda et Cindy, beautés trop évidentes selon moi, trop facile.

Forcément, bien qu’arrivant légèrement plus tard,  Kristen Mc Menamy, Shalom Harlow, Karen Elson, Erin O’Connor ou l’étonnante Devon Aoki sont plus fascinantes.
Idem pour Agyness, moins institutionnalisée que  Kate Moss.

Forcément quand j’ai vu la nouvelle campagne de communication du Printemps, je n’ai pas pu m’empêcher ce rapprochement avec Siouxsie Sioux, égérie gothique-rock.

Ci-dessous, le maquillage des yeux de princesse égyptienne popularisé par Siouxsie Sioux à la fin des années 70, réinterprété sur l’androgyne visage d’Agyness.

Ainsi qu’une tenue rappelant celle de Siouxsie Sioux en pleine période punk

siouxsie-sioux-clown

Voire celle de Klaus Nomi


crédit photo : Ewook78(at)aol.com

Emperor Moth, Alena Akhmadullina et les autres…

 

La mode russe se limitait pour moi jusqu’à  il y a peu, a deux créateurs : Irina Volkonski, styliste en accessoires et le duo Seredin et Vassiliev, officiant régulièrement pour la Haute-Couture, créateurs au style un brin excentrique, fantaisiste et inattendu.

Il y a quelques semaines j’ai appris l’existence d’une seconde vague de créateurs russes, dont le chef de file serait Katya Gomiashvili.

Katya Gomiashvili est la créatrice de la marque Emperor Moth, qui sévit depuis quelques temps déjà  auprès de certains « people ». Sa collection est essentiellement constituée de vestes fortement inspirées streetwear (type survêtement…), retravaillées par des broderies, des perles et des découpes pour un résultat inhabituel très coloré. La déception pointe un peu quand on s’aperçoit qu’il n’y a, sur le site en tout cas, que des vestes, toutes sur le même modèle, l’effet de surprise vire à la monotonie.
emperormoth_1.jpg
emperormoth_2.jpg
Modèles de la dernière collection

Toujours est-il que côté communication la créatrice sait y faire, puisque l’image de la marque a été respectivement interprété ces deux dernières années par « so beautiful » Chloé Sévigny, Devon Aoki et Kate Moss, pour obtenir une crédibilité pointue difficile de faire mieux !!
emperormoth_3.jpg
emperormoth_4.jpg

Pour couronner le tout le studio Ab Rogers (graphisme, design industriel et illustration), qui travaille pour la Tate Modern ou encore Comme des Garçons, à conçu a Moscou et a Londres la nouvelle boutique de la marque, l’agencement intérieur étant influencé par Niki de St Phalle (photos ci-dessous)…

emperormoth_5.jpg
emperormoth_6.jpg

Les dauphins de Katya sont (cliquez sur le nom des créateurs pour accéder à leur site) Konstantin Gayday, le duo Nina Donis (Nina Neretina et Donis Pouppis), Denis Simachev, Alena Akhmadullina ou encore le gothique Arsenicum, rien de révolutionnaire dans le style, mais juste le plaisir de voir des créateurs venant d’autres horizons défiler à Milan, Londres ou Paris, nous apportant un autre regard sur la mode, mais aussi de nouvelles sources d’inspiration, étendant ainsi notre champ de créativité. Au dire de certaines acheteuses, ces créateurs ont un potentiel intéressant et le meilleur reste à venir.

alenaakhmadullina_1.jpg
alenaakhmadullina_2.jpg
alenaakhmadullina_3.jpg
Quelques modèles des collections d’Alena Akhmadullina, sans hésiter ma préférée, pour un style qui n’est pas sans rappeller le costume de scène.

A suivre