Maison Louis Vuitton, Venise

louis-vuitton-maison-venice-10
Opening of Maison Louis Vuitton in Venice, april 2013

La Maison Louis Vuitton est plus qu’un magasin, un espace dédié à la mode et à la culture, plus précisément l’art contemporain (au 4e étage), tout comme le flagship parisien, dans des proportions adaptées à la Cité des Doges.

C’est ainsi que les trois premiers étages sont réservés respectivement à la maroquinerie, puis les collections homme, les collections femme s’installent au 3e étage et l’espace culturel composé d’une librairie et d’un lieu d’exposition occupe le faîte de l’édifice.

Le maroquinier à choisi de s’installer dans un ancien cinéma dont la réalisation fût confiée à l’architecte Brenno del Guidice en 1936. La conception, avec son balcon suspendu au 4e étage reste très moderne.

louis-vuitton-maison-venice-16
Facade de la Maison Louis Vuitton, avec masques de la Commedia dell’arte et bobines de cinéma en détail

louis-vuitton-maison-venice-12

louis-vuitton-maison-venice-11

louis-vuitton-maison-venice-13

louis-vuitton-maison-venice-14

louis-vuitton-maison-venice-1

louis-vuitton-maison-venice-2

louis-vuitton-maison-venice-3

louis-vuitton-maison-venice-4

louis-vuitton-maison-venice-5

louis-vuitton-maison-venice-6
La première exposition est une série de photos d’époque racontant l’histoire du lieu.

louis-vuitton-maison-venice-7

louis-vuitton-maison-venice-8

louis-vuitton-maison-venice-15
Vedute (2010), de Jean-François Rauzier, à découvrir absolument

louis-vuitton-maison-venice-9

Maints invités pour le cocktail d’ouverture dont…

louis-vuitton-maison-cocktail-1
Mrs Anna Dello Russo et Mrs Micol Sabbadini

louis-vuitton-maison-cocktail-2
Mrs Vega Royo Villanova – here

louis-vuitton-maison-cocktail-3
Mr Peter Xu / Mr Fengli Xu (blogueurs chinois) – here

louis-vuitton-maison-cocktail-4
Mrs Elisabeth Von Thurn und Taxis

louis-vuitton-maison-cocktail-5

louis-vuitton-maison-cocktail-6

louis-vuitton-maison-cocktail-7
Ms Alexia Niedzielski

louis-vuitton-maison-cocktail-8

louis-vuitton-maison-cocktail-9

louis-vuitton-maison-cocktail-10
Ms Houry Seukunian (Layalina) & Ms Maria Aziz (Elle Arab World) – here

louis-vuitton-maison-cocktail-11

louis-vuitton-maison-cocktail-13
Mr Patrick Louis Vuitton

louis-vuitton-maison-cocktail-15

louis-vuitton-maison-cocktail-16
Mr Ildo Damiano (GQ Italia)

louis-vuitton-maison-cocktail-17
Formerly, The Duchess of Feria, muse of Valentino and Oscar de la Renta, Mrs Naty Abascal

louis-vuitton-maison-cocktail-19
Mrs Gisela Winkelhofer, CEO and owner of Edition art Co

louis-vuitton-maison-cocktail-20

louis-vuitton-maison-cocktail-21

louis-vuitton-maison-cocktail-22
Ms Eva Riccobono

louis-vuitton-maison-cocktail-23

louis-vuitton-maison-cocktail-24

louis-vuitton-maison-cocktail-25

louis-vuitton-maison-cocktail-26

louis-vuitton-maison-cocktail-27

louis-vuitton-maison-cocktail-28

louis-vuitton-maison-cocktail-29

louis-vuitton-maison-cocktail-30
La princesse Deena Abdulaziz

louis-vuitton-maison-cocktail-31

louis-vuitton-maison-cocktail-32
Mrs Luisa Orsini, Mrs Antonine Peduzzi (designers of TL 180 handbags) and Mrs Langley Fox Hemingway

 

j j j

Modoscopie | Olivier Échaudemaison

Modoscopie (début XXIe siècle): néologisme, faisant référence à l’émission culturelle Radioscopie de Jacques Chancel diffusée sur France Inter de 1968 à 1982 et au terme « Mode » sujet principal de ce blog.

olivier-echaudemaison-guerlain-2

Coiffeur auprès du maître M. Alexandre, embauché par le Vogue anglais en pleine époque du Swinging London, il deviendra maquilleur à Paris quelques temps après, dès lors commence une carrière exceptionnelle…

Aujourd’hui Creative Director de la maison Guerlain, Olivier Échaudemaison est enthousiaste et énergique, un être hyperactif et curieux, au phrasé virevoltant, une personnalité très attachante, qui sait faire partager ses passions.

En compagnie d’Helène Leblanc qui partage avec moi le privilège de passer une heure avec l’artiste, nous ne manquons pas d’aborder, à bâtons rompus, une partie des sujets qui nous tiennent à cœur.

« Le luxe, un plaisir pour soi »

Et voilà qu’Olivier Échaudemaison nous conte l’histoire de son vieux pull en cashmere, celui d’une « vilaine couleur », que l’on ne « voyait pas » car il le portait sous l’uniforme de l’armée, mais qui cependant lui « remontait le moral », cette allégorie est l’expression du luxe.

Il se doit d’être subtil et simple d’apparence, « le luxe est un raffinement invisible ». Le silence et l’espace, aujourd’hui si difficilement accessibles sont un luxe. Le luxe est proche de l’abstraction.

Ce qui, je lui réponds, « nécessite alors, une certaine culture, que l’on doit faire découvrir pour voir par delà les paillettes ».

Les pays emergents

En Asie l’attrait pour luxe s’est longtemps exprimé à travers la possession du logo de la marque, l’ostentatoire et le visible. Les grandes marques internationales occupent tout l’espace, laissant peu de place aux jeunes créateurs ou aux designers locaux pour montrer « front row » leur talent.

Mais Olivier Échaudemaison, qui connaît bien ces pays, pense que les choses évoluent. Là aussi le luxe est abordé par la nouvelle génération de consommateurs de manière plus délicate, les asiatiques vont, à court terme, de plus en plus exprimer leur culture et leur singularité. Et de citer en exemple un intérêt plus important pour les soins concernant la peau que le parfum chez les populations asiatiques. Les Occidentaux devront s’adapter.

Le gotha de la mode, les têtes couronnées et madame « tout le monde »

Passant d’un sujet à l’autre nous traversons les continents et le temps. L’homme nous captive lorsqu’il parle de l’époque des « grandes rédactrices de mode ». Il a connu Diana Vreeland à ses débuts lorsqu’elle était au Harper’s Bazar! Une période où les rédactrices « donnaient un style », jusque dans les moindres détails, aux histoires créées pour leur magazine.

Diana Vreeland choisissait des filles au style spécifique et en faisait des stars (« La » Shrimpton, Twiggy, Marisa Berenson pour n’en citer que quelques unes), puis elle leur associait un photographe (Bernstern, Avedon…) selon son style (rock, bourgeois, british).

Les femmes d’alors se changeaient plusieurs fois par jour, passaient de la robe de déjeuner, au tailleur d’après-midi, de la robe de cocktail à la robe du soir, achetaient 30 modèles Haute Couture par saison. Le prêt-à-porter n’existait pas encore et les maisons de couture s’appelaient Jacques Heim, Maggy Rouff ou encore Guy Laroche.

Hier encore il avait du temps à consacrer à une seule personne, aujourd’hui notre rythme de vie ne le permet plus et il préfère, comme il le fait deux ou trois fois par an, maquiller « madame tout le monde », au sein d’un grand magasin.

Never look back!

Avec sa jeune équipe, il réinterprète constamment les courants, les adaptant au goût du jour, quitte à « faire des erreurs ». Nulle nostalgie dans ses propos, Olivier Échaudemaison est parfaitement en phase avec son temps, la curiosité et la passion comme guides.


A lire
« Les couleurs de ma vie », suivi d’un abécédaire de la beauté, Olivier Échaudemaison, éditions Cherche Midi (en vente dans les boutiques Guerlain uniquement)

La Modoscopie précédente était consacrée à Maria Luisa

 

j j j

Axelle Red, fashion victim

axelle-red-1

Comme elle nous le confiera lors de l’interview qu’elle a accordé à la Maison des Flandres de l’ambassade de Belgique la semaine dernière, on peut faire de la musique pop et se passionner pour une mode d’avant-garde, plus intellectuelle.

« Dis-moi ce que tu portes, je te dirais qui tu es »

Axelle Red, fashion victim, aime ce décalage et les questionnements qu’ils suscitent, remettant en cause l’image que l’on peut se faire d’un individu. La complexité de l’âme révélé par le prisme de la mode…

Originaire de Hasselt, Axelle Red choisi avec le plus grand soin des tenues allant en harmonie avec son art. Depuis ses 17 ans elle aime mixer les créateurs inconnus alors, Véronique Leroy avec Martin Margiela ou porter des créateurs belges discrets mais qu’elle affectionne particulièrement comme Olivia Hainaut(1).

Hasselt, situé à l’est de la Belgique inspire moins que Paris en ce qui concerne la mode. Cependant, Raf Simons, Dirk Bikkembergs ou Martin Margiela, pour ne citer que les plus connus, sont originaires de ce chef-lieu de la région du Limbourg.

Des centaines de pièces, issues de la garde-robe personnelle de la chanteuse belge, seront exposées à partir du 26 janvier jusqu’au 3 juin 2013 au Musée de la Mode de Hasselt.

axelle-red-4

axelle-red-5
Stenson réalisé exclusivement pour Axelle Red par Elvis Pompillo

axelle-red-7
Axelle Red en Véronqiue Leroy

axelle-red-8

axelle-red-9
Elvis Pompillo

axelle-red-10
Les « officiels »

axelle-red-11

axelle-red-12
Véronique Leroy et Axelle Red

axelle-red-13

(1) Ma rencontre avec d’Olivia Hainaut.

j j j

Modoscopie | Maria Luisa

Modoscopie (début XXIe siècle): néologisme, faisant référence à l’émission culturelle Radioscopie de Jacques Chancel diffusée sur France Inter de 1968 à 1982 et au terme « Mode » sujet principal de ce blog.

Maria-Luisa-3-sign

Maria Luisa n’a pas un parcours classique. Etudes littéraires et Sciences Politiques ne l’ont pourtant nullement empêché de devenir la référence en matière de sélection de jeunes créateurs depuis la fin des années 80 jusqu’à nos jours.

Devant l’objectif, elle me préviens « aujourd’hui je n’ai pas fait d’effort vestimentaire ». Ce n’est pas de la coquetterie, mais en bonne sud-américaine Maria Luisa voue un culte à l’apparence, cela fait partie de « l’art de vivre ».

Aujourd’hui elle revêt un grand manteau, un pantalon et un pull, nullement figée la silhouette de Maria Luisa est identifiable entre toutes. Presque iconique, elle est synonyme d’élégance, elle s’inscrit dans un certain désir de pérennité.

Grande dame de la mode, elle sait se rendre accessible et ce dès les premiers mots que nous échangeâmes rue du Mont Thabor, tout près de l’ancienne boutique. D’un pas alerte et entrant aussitôt dans le vif du sujet (l’éducation des jeunes créateurs) nous allons sous le soleil d’octobre, vers le jardin des Tuileries pour y ce qui deviendra deux heures d’un entretien décontracté.

Comment former les jeunes créateurs ?

Il y a peu d’écoles de mode en France qui enseignent ceci: la mode, même s’il y a un créateur à la tête « de tout çà » (sic) est à la fois une industrie et un travail d’équipe. Si ces facteurs ne sont pas regroupés il n’y a aucune chance pour une marque de survivre.

La Maison du prêt-à-porter, dont je fais partie, est un comité stratégique créé par Jean-Pierre Mocho et Pierre Bergé comprenant 25 membres. Ils se sont fixés comme mission de transmettre cette idée, d’aider les créateurs à exister, à exporter et à devenir des marques.

Un créateur quelque soit son origine, devient intéressant à partir du moment où il crée de la valeur marchande, la mode est une industrie et il ne faut pas l’oublier. On peut se demander alors, pourquoi le secteur de la mode est rattaché au Ministère de la culture plutôt qu’à celui de l’Industrie…

Où en est la jeune création aujourd’hui?

C’est à la fois beaucoup de noms et peu d’élus. Très peu de créateurs réussiront à monter une marque en tant que telle, même à Londres qui est la fashion week qui fait bouger « tout le monde » (sic) et qui laisse un espace de liberté de création dont tout le monde à besoin.

Plusieurs modèles cohabitent, Christopher Kane, l’artiste, avec une forte légitimité à Londres, se protège. Proenza Schouler, Alexander Wang, marques montantes, ont finalement très peu de place pour exister, leur visibilité à Paris étant occultée par les grandes marques, qui avec des productions « hollywoodiennes » et même si elles présentent des défilés « moyens » plairont quand même aux acheteurs et à la presse.

Venir à Paris reste un risque très grand pour ces jeunes créatifs.

En France, mis à part Nicolas Ghesquière (sous Balenciaga !), il n’y a pas de créateurs qui ai réussi à créer une marque avec des produits et pas seulement de l’image.

 

On peut parler du cas d’Anthony Vaccarello…

Anthony est en plein dilemme. Il me disait récemment qu’avec les fonds récolté suite au prix de l’ANDAM il avait deux choix, faire « du produit », mais avec le peu de visibilité qu’il a actuellement il sera difficile que l’on achète ses vêtements. De plus, les détaillants souffrant de la crise, sont peu enclins à prendre des risques sur des marques non établies.

Soit faire de l’image, « du matos pour la presse » (sic) et développer ainsi une grande visibilité en attente d’un financier.

La bonne formule se fait lors de la rencontre « extraordinaire » entre un financier désireux d’investir et un créateur. Pour le financier, il s’agit d’un défi palpitant. Je reste persuadé que M. Arnault à investi dans la mode parce qu’il y a vu des opportunités financières, mais aussi parce qu’il y trouve un certain plaisir.

Pour le créateur c’est tout bonnement indispensable, car il ne peut rester à travailler seul dans sa chambre à terminer les modèles lui-même quelques heures avant le défilé, il a besoin d’un studio, pour développer des collections, financer la recherche textile, réaliser les prototypes…

Et Cédric Charlier?

C’est l’exemple de rencontre où s’établit le début « d’un truc » (sic). Le fabricant Aeffe qui à la connaissance et la capacité de sourcer afin d’avoir des prix compétitifs, prend le risque de fabriquer les vêtements de Cédric Charlier en maintenant une qualité élevée à des prix très intéressants.

Il faut savoir manier sa communication tout en assurant une qualité irréprochable…

Nous ne sommes plus dans les années 90 où la mode se parlait à elle-même selon un langage codé. Outre le business généré les créateurs doivent apprendre à communiquer afin de ne pas laisser « des autoroutes de com' » aux grandes marques !

Dans la fast-fashion, l’image véhiculée est souvent parfaite, la communication est formidable, mais on accepte beaucoup plus de compromis, on a le « style », la sensation « d’être mode », au détriment de la qualité.

Chez les créateurs de talent le niveau d’exigence de qualité est souvent élevé. C’est cette exigence que nous recherchons chez Maria Luisa, nous pensons qu’il faut éduquer l’œil le plus tôt possible.

Malheureusement le manque de financement, souvent, empêche ces créateurs d’atteindre leurs objectifs.

Aujourd’hui le consommateur veut le signe extérieur de reconnaissance mais la communication a haute vitesse banalise le goût. C’est sans doute à cause de cela que l’accessoire, aisément reconnaissable et pérenne connaît un grand succès.

Comment repérer le futur Alexander McQueen qui est peut être, actuellement à Singapour, Milan ou Rio?

Si le futur Alexander McQueen était à Singapour cela se saurait. Avec la multiplication des fashion week, des prix organisés par les différentes institutions, il y a pléthore de créateurs qui font du « buzz » toutes les saisons. Mais cela ne suffit pas pour établir une marque, assurer une production, l’accès à Première Vision, etc.

Entre la fast-fashion et les créateurs sont venus s’installer des marques comme Maje ou Sandro, comment analyser vous cela? Comment se redessine la carte de la mode?

Les marques fast fashion réalisent depuis quelques années de formidables collaborations et les gens font la queue pour acheter ces vêtements, dans notre Europe en crise on ne peut comme en Asie, demander au public de faire la queue devant les boutiques de luxe… On ne peut occulter certaines réalités économiques. Ces collaborations ne sont donc pas choquantes.

Nous n’avons pas en France d’équivalent à Proenza Schouler ou Alexander Wang. Maje, Sandro, The Kooples, représentent le nouveau modèle français, mais pas suffisamment considéré à mon goût.

Je suis plus intéressée par ces marques que par un jeune créateur qui ferait un « vêtement moyen ». Ces marques sont les Zara français mais d’une gamme supérieure et elles ont en plus de çà une communication très intelligente.

Une marque comme Isabel Marant, n’a pas disparue pour autant, au contraire elle prendrait plutôt la place du créateur, à l’étranger elle devient une marque référence.

Dans ce schéma le créateur reprend une place où il agit tel un laboratoire de couture et d’expérience.

 

Etre fashion editor pour le Printemps consiste en quoi? Qu’auriez vous fait si cette opportunité ne vous avez pas été offerte?

Fashion-editor consiste à être une ambassadrice, je dois rendre plus accessible et plus vivant le discours d’une mode un peu élitiste.

Sans cette opportunité, j’aurais certainement arrêté, créé la boutique online et gardé les franchises. Tel que nous concevions notre rôle de conseiller, d’aide et d’accompagnement à l’installation d’une marque cela devenait trop périlleux à Paris. Il fallait aborder les choses de manière plus rapide.

Mon équipe et moi apportons au Printemps l’aspérité qu’ils recherchent, l’exigence qu’ils n’avaient pas forcément. Toute la démarche du Printemps s’inscrit dans une démarche « mode », dans le désir d’être un « précurseur ». Notre action va de la création d’espaces Maria Luisa « adaptés » à un rôle plus transversal car nous travaillons aussi avec différents départements de l’enseigne (la Maison, le Mariage…).

Aujourd’hui beaucoup de monde s’intéresse et veut se rattacher à la mode. Chacun se trouve légitime pour élire le designer de l’année. Comment vous situez-vous par rapport à cette profusion d’information, de possibilité et de choix? En quoi Maria Luisa et son équipe est-elle indispensable aujourd’hui?

Maria Luisa sélectionne les créateurs qui ont des choses à dire, des histoires à raconter, qui ont du talent bien entendu et qui seront capables de créer une marque qui va perdurer.

Je ne suis pas une dénicheuse de tendances, cela ne m’intéresse pas. Déterminer le dernier truc branché, ce n’est pas notre savoir-faire, d’autres le font beaucoup mieux que nous. Je défend « ceux et celles qui durent », tels des artistes. Et depuis le début nous nous sommes peu trompés !

L’exigence que j’ai perçue sur le dernier défilé de Christopher Kane m’interpelle, et ce même si ses modèles n’étaient pas évidents.

Mon manteau, ma garde-robe n’ont pas d’âge et c’est ce qui m’intéresse. Un manteau Comme des Garçons traverse les époques. On s’exprime ainsi ainsi pour un film, un meuble, un tableau ou une photographie d’artiste, c’est aussi vrai pour la mode.

Paris, octobre 2012

Photos by Léticia Dargère

j j j

Event | Camper love Paris

20th anniversary of Camper’s arrival in Paris, many friends and designers for this event.

camper-love-20-years-1
Accessories designer, Saskia Diez

camper-love-20-years-2

camper-love-20-years-3
Belgian troops Jean Paul Lespagnard, Léa Peckre and friend

camper-love-20-years-4
Lorenzo Fluxà founder of Camper and Lorenzo Fluxà Jr.

camper-love-20-years-5

camper-love-20-years-6

camper-love-20-years-7
Designer Yiqin Yin

camper-love-20-years-8
Lorenzo Fluxà, Didier Grumbach and Bernhard Willehlm

camper-love-20-years-9
This woman work with and wear this terrific Bernhard Willhelm design

j j j

Valentino Garavani

valentino-garavani-1b

 

I was walking on Bleecker street, just leaving the pop up store of Karl Lagerfeld when i bumped into a living legend…
M. Valentino Garavani was wandering around with a friend and let me took his picture.

j j j

Musée des Arts Décoratifs | I feel Goude!

Jean Paul Goude is, for me, les Kodakettes, the man behind the Bicentenary of the French Revolution on les Champs-Elysées, the man who discover Grace Jones. I remember all this moments, that were pure magic. As an other « JPG » (Jean-Paul Gaultier), Jean-Paul Goude is a major artist.

This week, during the launching of Goudemalion, a retrospective and creative vision of his oeuvre encompassing all his areas of activity (fashion, photography, advertising…), i also discover an artist full of humour, a great illustrator and a lover of women.

Here are some pictures (mostly illustrations) of the exhibition.


Catherine Baba, very focused


La danse, Paris, 1962


Africaines de rêves, 1953


Fresque pour les magasins du Printemps, 1966


Yaz gave me the eye of the tiger!


Dear friend Myriam Tessier


M. Azzedine Alaïa


From Grace Jones’ Citroen CX car advert, 1986. See it here

Theft colors, the Kodakettes in action – Les Voleurs de couleurs en action

Voir aussi Jean Paul Goude pour Lee Cooper (1983 et 1985)


Goudemalion. Jean-Paul Goude, une rétrospective
11 November 2011-18 March 2012

Les Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

j j j