— LE MODALOGUE

Archive
lingerie

coco-de-mer-rankin-15

coco-de-mer-rankin-18

A rendez-vous at La Pagode, Paris, to assist to the french première of « X » a video created for Coco de Mer by british photographer Rankin.

Co-Founder of Dazed & Confused and AnOther Magazine (with Jefferson Hack) and in 2011 of The Hunger, Rankin work with a full team of creatives and technicians till January on this project for Coco de Mer.

Coco de Mer is a luxury erotic lingerie brand created (and sold in 2012) by Sam Roddick daughter of Body Shop founder Anita Roddick.

Coco de Mer « X » is a video showing bold women enjoying lingerie, fantaisies and eroticism for themselves first with no boundaries. The video is as a frenzy successions of NSFW images, beautiful bodies, colorful, dynamic with a catchy music. The frenzy rhythm is as our times (?), like a digital carousel in which we go through, like a long animated GIF. In fact one might wonder whether if a 2:30 video is not a big too long?

Very pleasant, but nothing subversive as we would have wished. A good part is that the video seems to hide subliminal stimuli. We are not aware but after seen it and with Coco de Mer, we gonna think of sex more than the usually every 6 seconds a day says the epileptic video and we like that!

coco-de-mer-rankin-16 coco-de-mer-rankin-17

Below some snapshots of the video

coco-de-mer-rankin-2coco-de-mer-rankin-3 coco-de-mer-rankin-4 coco-de-mer-rankin-5 coco-de-mer-rankin-6 coco-de-mer-rankin-7 coco-de-mer-rankin-8 coco-de-mer-rankin-9 coco-de-mer-rankin-10 coco-de-mer-rankin-11 coco-de-mer-rankin-12 coco-de-mer-rankin-13 coco-de-mer-rankin

During a chit-chat with M. Rankin

coco-de-mer-rankin-19

‘X’ – Coco De Mer from RankinFilm on Vimeo.
Visit Coco de Mer website here

Read More

Ci-dessus Marina Hoermanseder, AW2014

Articulé, lacéré, retourné et perforé, le cuir mis dans tous ses états, mais toujours raffiné et luxueux. Trois designers visitent à travers son usage et avec passion, les prothèses orthopédiques, le bondage et l’ambiguité sexuelle. Le corps, première source d’inspiration des designers de mode. Des tenues en latex des débuts de Vivienne Westwood en passant par Thierry Mugler et Alexander McQueen (RIP), l’esthétique fétichiste n’a certes jamais vraiment quitté les podiums de ces dernières décennies. Chez les designers présentés ci-dessous, le cuir dessine des lignes graphiques sur les chairs, le corps est mis à nu, contraint, customisé, jamais vulgaire.

Marina Hoermanseder

Sensation de la fashion week de Berlin, l’an passé, Marina Hoermanseder, fraîchement diplômée s’est rendue cette saison à la fashion week de Londres. Dans un rythme d’enfer, elle à successivement fondé sa société et livré une élégante et singulière collection de 17 modèles « fait main » réalisée en trois mois et demi.

Le cuir est moulé sur mannequin (travaillé pendant des jours à l’eau), découpé en bandes, teinté, riveté.

La collection n’exhale pas seulement la dimension sexuelle du fétichisme, mais aussi (et surtout) dit la créatrice, « son » fétichisme des matières. L’orthopédie dont elle s’inspire également ne doit pas être perçu comme déplaisant. Réinterpréter un appareillage pour les jambes « façon couture », relève d’un défi d’ériger vers le beau quelque chose considéré d’ordinaire comme négatif.

Zana Bayne

La jeune créatrice américaine adapte ses créations qui puisent aisément dans le registre SM et bondage afin de les associer avec des vêtements de tous les jours. Ces vêtements quotidiens se voient dotés ainsi d’un « adrenaline kick » sans négliger le confort si important à ses yeux.

Depuis deux mille dix, Zana réinterprete chaque saison des pieces emblématiques du SM (cf. le harnais) en changeant soit les finitions, la couleur ou le poids du cuir. Elle collabore régulièrement avec Prabal Gurung et récemment avec Victoria’s Secret.

Niels Peeraer

Diplômé de l’académie Royale d’Anvers en deux mille onze, Niels Peeraer, cultive l’ambiguité, il crée des accessoires en cuir unisex. Alors, de jeunes hommes en jupette portent de petits sacs précieux comme des emballages pour patisserie de luxe. Au cou des fraises en cuir immaculé, finement ciselées comme de la dentelle, confèrent à son porteur un port de tête légèrement altier.

A découvrir ici

niels-peeraer-ss2014-1

Points communs

  • Marie Chouinard, bODY_rEMIX/les_vARIATIONS_gOLDBERG, ballet en deux actes, créé au Festival international de danse contemporaine de la Biennale de Venise, Italie, le 18 juin 2005
  • La canadienne Jen Gilpin basée à Berlin et créatrice de la marque Don’t Shoot The Messengers (DSTM)
  • Les accessories bondage-chic de la marque anglaise Coco de Mer
Read More

marlies-dekkers-1

Marlies Dekkers, CEO of Marlies Dekkers talked with me in her parisian boutique (10, rue du cherche-Midi) about her profession both in an artistic and technical way.

Lingerie is a very technical profession where there is not so much designers (most of the designs came from the factories). Lingerie unlike outerwear need so much machines to try and make a quick outcome that’s it’s difficult for young designers to emerge and it locks their creativity.

We also talk (and laugh) about the comfort of the thong, the shape of the bottom, art, designers and the landscapes of Holland…

Marlies studies art and develop her handwriting in Holland. She starts her business in 1993. « Like in painting i want to frame parts of the body that i found beautiful, like an attention, i want to paint on the body ».

Tell us about the beginnings of Marlies Dekkers.

At the beginning things were very difficult because people doesn’t understand my designs. All the brands were coming from Italy, France. If you look at the photos, mine are fashion pictures. Almost all lingerie brands are doing it for « pleasing the man », it’s always boudoir, sleeping room, and the women are « ready for you ».

The minds have changed since, things are going faster now, especially in France.

It’s a north and south thing then. What are the main differences between your designs and the italian/french ones?

At the beginning my models seems too tough, too strong. It’s a different philosophy, my designs are not for « pleasing ». The meaning of my brand it’s « women in charge », they seduce themselves, but of course, if you want to please it’s your own freedom!

My moto is « dare to dream, dare to grow, dare to be », i want to challenge women to be self-confident.

So men and women have different approach of lingerie. How do they design underwear?

Men are more into making lingerie for the pleasure of… men i guess.

For me a major point is the fit. I want to design something new, beautiful and different but also with the most comfortable fit ever !

The DJ is wearing Marlies Dekkers famous « stripes bra » at Le Printemps event

I’ve just read that 50% of men like the thong to only 20% of women…

(Laughs) Yes and what is funny too is that 20 years ago wearing a thong was too sexy, you were not a proper women if you wear it. But because our garments became so tight, it become an excuse (and an argument) to wearing it ! But now it doesn’t work anymore, we have second skin underwear (laughs) !

I want to add an explanation, the thong is comfortable! With lace the stretch is only one way, while using microfiber it stretches in the two directions and it becomes so comfortable. Women must learn there body down there ! A decolleté as a specific shape, most of us know the right size for our bras, it’s the same with the bottom, they have their shape, but it’s more taboo.

For this summer your collection is under influence of far east. Do you develop specific design for this countries?

Every six weeks i am there, my company have 200 hundred people and 20% are working in Hong-Kong. There is no specific design for the fast east. My offices are there because production is there. The selling are more Europe-based, American and a little bit Canada. Things are going very fast. Its a really interesting period, like the roaring twenties.

The main difference with women from Europe is that in far east they are more in top positions in companies. They earn money, like spending it, they « jump » on new opportunities but not on underwear yet. It’s full of energy, but they are not that far in self-confidence. They are more shy.

How do you imagine the development of your brand? Any projects of a garments line?

No garments scheduled! In fact i do a little bit sometimes to complete the lines. But lingerie is very demanding. To develop a bra it takes you two years. And because it so new the process take five times longer than any other bra. It’s really much complicated. We are the most difficult to make, so I have to keep my focus.

Viktor & Rolf, Droog design, Rem Koolhaas and you are the most known dutch designers. Is there something specific in dutch design?

It’s all about our landscapes! When you look at our landscapes from an airplane, it’s all strict lines. Mondrian it’s all strict lines. In Holland there was an exhibition where i made a combination with the paintings of Mondrian and my design. There is always a combination between art and fashion.

Dutch design is a kind of simpleness, a conceptual way of thinking. The dutch are more « put away what is not necessary », french people are more into baroque and rococo.

It is not confusing to deal with red carpet famous (Fergie, Lady Gaga…) and to be friend with Viktor and Rolf?

I spend new year’s eve with Viktor and Rolf (they live in Amsterdam) we were a very small group…

My lingerie is acclaimed by famous people, but i suppose its because they are completely in my philosophy « dare to… », they had a long way before being where they are now, they are outspoken women, in charge for themselves. I’m happy they like my design!

It’s not confusing, because it’s not my world, this glamorous people want my design, but i’m not part of their world. It’s just fun. We’re all doing this!

The biggest part of my life it’s to think about new design.

The world of Marlies Dekkers is here

 

Read More

L’activité de Fifi Chachnil n’a cessé ces dernières années (ouverture d’une boutique à Paris et à Londres, création de costumes de scène pour le Crazy Horse, collaborations diverses, un parfum et un disque avec Philippe Katerine).

Invité à découvrir la nouvelle collection lingerie et balnéaire au Crazy Horse je n’ai donc pas hésité une seconde. Le style Fifi Chachnil, son univers  est dans l’esprit boudoir, cocotte, rock’n’roll (pour le côté rétro) et un peu canaille. Ses femmes corsetées et sulfureuses, portant froufrous et talons hauts, s’accordent parfaitement à un univers fantasmé…

Depuis 27 ans, elle fait fi de toutes les tendances. Un monde peuplé d’artistes tels que Helena Noguerra, Pierre et Gilles, Christophe Salengro, Lio…

Un brin marginale dans l’univers de la lingerie, Fifi Chachnill aimerait que les femmes assument ses créations pleinement, sans les considérer comme un déguisement.

Enjoy the show!


Nous sommes « au petit soin », Champagne for everyone !


Dolls – Poupées

Dolls – Poupées


Calamity


Si tu veux


Monokini


Monokini


Fifi Chachnil sans la culotte à froufrou, n’est pas Fifi Chachnil…


« Angel is love » with amazing Count Indigo !


Fifi on a swing, singing « Noctambule » for the finale

fifi-chachnil-ss2012-b

 

Read More

Elle MacPherson pour le lancement de sa nouvelle collection Intimates et l’ouverture de sa première boutique française. Une rencontre expressThe Body, comme on la surnomme, nous reçoit… dans son boudoir et nous parle de son amour pour la France, source d’inspiration principale de cette nouvelle collection.

Très sensuelle et très colorée avec des combinaisons audacieuses comme le gris et le jaune ou encore le kaki et l’orange (!) la collection que toute femme se doit de posséder en plusieurs exemplaires (dixit la business woman) s’adresse autant à la femme qui la porte qu’à l’homme qui la contemplera, tout un programme.

elle-mac-pherson-2

elle-mac-pherson-1

A découvrir dans les magasins du Printemps

Read More

britta_uschkamp-4

Début septembre, j’ai assisté, avec la complicité d’Harvey, à la présentation de « Dramatic Kisses », la nouvelle collection de la styliste allemande Britta Uschkamp.

Ambiance boudoir, baroque et bondé chez Pring ce soir-là. Toute en voiles et volants avec quelques incrustations de dentelles, couleurs sucrées et poudrées, cette lingerie emprunte le sentier de la fantaisie et de la coquinerie. Soutiens-gorge ouverts, liquettes et tank top en voile, le tout souvent agrémenté de légers liens, nœuds et rubans. Une lingerie à dé-couvrir donc, un léger rien, propice au jeu et à la mise en scène, un léger rien suffisant pour parer nos innocentes cocottes.

britta_uschkamp-1

britta_uschkamp-2

britta_uschkamp-3

britta_uschkamp-10

britta_uschkamp-11
Britta Uschkamp au centre et par ici

Read More

Ce qui se fait de mieux en electro-pop française depuis des années vient du duo composé par Maud Geffray et Sébastien Chenut (Scratch Massive). Depuis leur début en 2003, ils nous offrent une musique electro pleine de sensualité et de lascivité, sur un mode downtempo. J’ai beaucoup aimé leur reprise de Broken English de Marianne Faithful pour le film éponyme.

Ils ont réussi à côtoyer ce qui se fait de plus hype sans se brûler les ailes. Malgré des collaborations avec Chanel, Louis Vuitton ou Karl Lagerfeld ils n’ont pas été phagocytés par la mode si friande de ce type d’artistes. Ils n’ont pas perdu leur inspiration comme tant de groupes l’on fait avant eux après avoir fait la une de Jalouse…

Je vous laisse apprécier Like you said, redoutable vidéo filmée chez Moune, réalisée par Zoé Cassavetes avec Joanna Preiss, plus hype tu meurs.


Cela ne m’étonnerait guère si la lingerie était signée par Agent Provocateur

Le site des Scratch Massive est ici
Leur page MySpace par

Read More

 

Les jeunes gens des toiles de Terry Rodgers mis en scène de façon quasi-photo (et porno)graphique appartiennent à n’en pas douter à l’upper class, ils sont beaux, jeunes, multi-ethniques, riches et surtout blasés, des personnages de cire dont le regard ne se croise jamais…

terry-rodgers_screeningroom
Screening room, 2006

terry-rodgers-artificial-boudaries

Artificial boundaries

terry-rodgers-love-big
Love big

terry-rodgers-resting-on-her-laurels
Resting on her laurels, 2006

terry-rodgers-this-is-our-youth
This is our youth

terry-rodgers_with-what-shall-we-do
Terry Rodgers leaving his studio

Outre le style figuratif du peintre arrêtons-nous sur le côté fashion decadent de ces parties fines. Elles se déroulent dans des intérieurs feutrés, oscillants entre un style « à la palais de Venise » et une Nouvelle-Angleterre en plein relâchement.

A n’en pas douter ces « happy fews » ne laissent choir que des vêtements et des parures de créateurs.

Au petit matin on trouverait éparpillés deci delà, des déshabillés La Perla, des culottes Agent Provocateur, des petites choses Prada, des colliers d’Erickson Beamon, des caleçons Emporio Armani, des bijoux Heart de Swarovski ou Chanel, des chemises Dolce, des trucs en plumes, des tulles fins et précieux, des soieries, etc… Le tout porté par des jeunes gens alanguis tout droit sortis d’une pub Calvin Klein.

Tout çà est gentiment porno et surtout très chic.

Un tohu-bohu sexuel et sensuel qui rappelle la dernière campagne Pirates et Season of the witch d’Agent Provocateur, à la différence près que la luxure pour la maison créée par Joe Corre est festive et parodique, il y a là une dimension théâtrale.


Pirates


« Season of the witch » ou l’excentricité britannique au service de l’orgie.

Dans la campagne de communication de la marque du fils de Vivienne Westwood, ci-dessus, on entendrait presque les rires, les cris et les hourras, nous sommes au spectacle.

Dans la peinture de l’américain Terry Rodgers, on entendrait presque les râles et les soupirs, le bruissement des perles et des étoffes, on ressent l’atmosphère torride, la moiteur des corps, on respire le parfum de la luxure, il fait chaud on y est.

Sur le thème de la luxure et du luxe je vous invite à visiter le très beau site de Coco de Mer, autre enseigne britannique néo-baroque de lingerie érotique de luxe.

coco-de-mer-john-midgley-1

 

Read More

La vitrine Erès ce samedi

Plus que tout autre vêtement, le maillot de bain (ainsi que la lingerie) nécessite une attention toute particulière sur le choix des matières et de la coupe.

Les jours entiers passés en usine à régler avec les patientes ouvrières-monteuses, une bretelle, une tension d’élastique; les jours entiers passés au studio, à choisir un tissu, à régler une échancrure, un colletage sous poitrine sur un mannequin-cabine ou les heures passées avec le créateur et le modéliste, à dessiner une courbe harmonieuse, qui ne baille pas-ne comprime pas, me font dire que voilà un domaine où la technique « qui ne se voit pas » occupe 70 à 80% du produit.

Les coupes et les matières de cette maison créée en 1968 par Irène Leroux, sont chaque année irréprochables, le tout pour un confort maximal et un style impeccable, reconnaissable entre tous. Quant au design, il est chaque année, moderne-épuré et subtil.
Cette saison, un orange (tangerine) très punchy et des imprimés colorés et très graphiques, plutôt inhabituel chez Erès.


On admire la ligne graphique audacieuse du soutien-gorge, très cinquante, du maillot au second plan.

Read More