— LE MODALOGUE

Archive
various creatives

Lors de mon séjour à Porto, une visite au célèbre Musée d’Art Contemporain Serralves (Fundacao de Serralves) pour y voir l’exposition de l’artiste italienne Grazia Toderi…

Ses installations résultent d’un mix entre photographie et vidéo, le tout manipulé par ordinateur. Des vidéos fascinantes représentant essentiellement des cités la nuit, Las Vegas, entre magma d’étoiles, mégalopoles insomniaques et cités sous les bombes. Les flashs sont alors des explosions. Autant le silence, le bruit sourd et le rythme très lent inhérent à ses vidéos peut être apaisant, autant il peut être inquiétant et angoissant.

Dans Rosso Babel où l’artiste explore le mythe de la Tour de Babel, elle présente un diptyque où l’on perçoit une cité-tour upside-down.

Dans Atlante, tourné au Portugal, c’est l’absence de ligne d’horizon (voir au début de la vidéo) qui nous interpelle et questionne sur le rapport entre monde terrestre et monde céleste.

Tout est affaire de perception, c’est ce que semble nous dire l’artiste. Un peu comme comme la présence de ces imprimés néo-psychédéliques vues la saison dernière, qui eux aussi stimulaient notre vision… (Voir ci-dessous)

During my stay in Porto, we visit the famous Museum of Contemporary Art (Fundacao de Serralves). I was in a hurry, but I had time to be mesmerized by the exhibition of the Italian artist Grazia Toderi …

Her cities rise up from aerial photographs of real cities, from computer modified nocturnal views upon which the artist draw cartographies of intermittent lights. These cities may be a Las Vegas, as they may be cities under bombardment. Both the silence and the slow pace inherent in her videos can be considered as soothing, as it can be uneasy too.

In « Rosso Babel » where the artist explores the myth of the Tower of Babel, a diptych show an upside down tower-city.

In « Atlante », shot on Portugal coasts, is the lack of horizon line (see the beginning of the video) that challenges us and asks about the relationship between earthly and heavenly world.

Grazia Toderi tell us that it’s all about perception. A bit like the neo-psychedelic printed shirts seen last season, which also, stimulate our vision. See below the 3D print at Jean-Paul Gaultier (must be seen with the proper glasses!) or the « broken windows » prints at Juun J.

Curator: João Fernandes

Les tenues imprimées « 3D » des hommes de Jean-Paul Gaultier (à voir avec les lunettes adéquates!) ou les imprimés « bris de glace » des garçons de Juun J. vus la saison dernière


Jean-Paul Gaultier, spring summer 2011


Juun J spring summer 2011

Read More

Chers lecteurs,

j’ai passé mon dimanche après-midi en compagnie de Myriam qui m’accordait une visite guidée et personnelle de l’exposition « Histoire idéale de la mode contemporaine vol. I : 70-80 ». Outre le fait qu’en une heure ma culture mode à fait un bond, j’ai découvert Marc Audibet (lire cette intéressante interview) et Sybilla, « l’héritière de Balenciaga » deux créateurs majeurs. J’ai aussi noté un parallèle amusant entre Gareth Pugh et Popy Moreni. Tous deux sont des adeptes de la fraise, cet élément ornemental du costume apparu à la Renaissance…

Dear readers,

I spend a part of my sunday with Myriam, for a private tour at Le Musée des Arts Décoratifs. It was the last day of an exhibition about contemporary fashion (1970-1980, part I). The visit give a boost to my fashion knowledge as i discover two major designers, the french Marc Audibet (ex-Hermès, Ferragamo, Vionnet) and spanish designer Sybilla, very famous during the 80’s, « the heiress of Balenciaga ».

During the visit i notice a parallel between french designer Popy Moreni and Gareth Pugh, they love ruffs…

Below Gareth Pugh, summer 2009, eccentric and precious

Chez Gareth Pugh et ses créations futuristes en 3D cet élément apporte un caractère précieux et montre un savoir-faire technique, tout en confirmant l’excentricité et l’extravagance de son style.

Below, Popy Moreni, spring-summer 1983, Commedia dell’arte and circus inspired

Le style baroque et théatral de l’italienne Popy Moreni, ex-designer de l’agence Mafia (Maïmé Arnaudin) fait référence à la Commedia dell’arte et au cirque. La fraise ou collerette est l’accessoire majeur de ses créations, décliné sous toutes ses formes.

Popy Moreni at Adeline André’s show (SS 2010)

Ne manquez pas le reportage ci-dessous datant de 1986 où l’on y voit les derniers préparatifs et un extrait du show de Popy Moreni à la Cour Carrée du Louvre. En regardant bien vous verrez des fraises réinterprétées à loisir. Une époque où les défilés duraient plus d’une demie-heure !

Read More

I found this old Phébus candles box…

Phébus seems to be a famous french candles brand at the begining on the XXth century. I couldn’t find anything about the brand today, but it seems to be part of Bougies la Française (investigation needed).

The box itself seems to have been printed during the early 80s (due to presence of a barcode). This design is a mix of the 60s and 70s style.


Using the Univers font (released in 1957 and very popular during the 60s and the 70s) for the words « bougies, extra-fines » and a derivative (or a redraw) of the Eurostile font (created in 1962) for the brand itself, the design is very pure (see the drawing of the candle flame), all reminds me the swiss graphic design of the 60s.

The wild-orange & brown color combination is typically 70s, reminds me the Denise Fayolle et Maïmé Arnodin designs for french store Prisunic (see below).

Read More