SALÓ, Michel Gondry (& Noam Chomsky)

QUELQUES CARICATURES RÉALISÉES PAR MICHEL GONDRY ET EXPOSÉES LA SEMAINE DERNIÈRE AU SALÓ.

michel-gondry-salo-1

michel-gondry-salo-7
CI-DESSUS UNE ILLUSTRATION ISSUE DE L’ENTRETIEN QUE MICHEL GONDRY À EUE AVEC L’INTELLECTUEL AMÉRICAIN NOAM CHOMSKY

CONVERSATION FILMÉE ET ILLUSTRÉE EN TEMPS RÉEL (PAS DE POST-PRODUCTION) QUI À PRIS LA FORME D’UN DOCUMENTAIRE DE 88 MN BAPTISÉ « IS THE MAN WHO IS TALL HAPPY? ». GONDRY INTERROGE À TRAVERS CETTE DISCUSSION AVEC LE LINGUISTE ET PHILOSOPHE NOTRE PERCEPTION DU MONDE ET LES CHOSES QUI NOUS ENTOURENT.

ON EST PAS TRÈS ÉLOIGNÉ DE LA QUÊTE DE SENS, DE LA RENCONTRE ENTRE L’OBJET ET LE LANGAGE, DE L’ÉTUDE SÉMIOLOGIQUE « VÊTEMENT-IMAGE/VÊTEMENT-(D)ÉCRIT » DE ROLAND BARTHES DANS « SYSTÈME DE LA MODE ».

michel-gondry-salo-2 michel-gondry-salo-3 michel-gondry-salo-4 michel-gondry-salo-6

La poésie des cinémagraphes

Dépositaire du nom « Cinemagraph« , Kevin Burg et Jamie Beck (Ann Street Studio) ont su diffuser, même s’ils n’ont pas créés le concept, un modèle d’animation entre cinéma et photographie. Une partie de l’image est animée alors que le reste demeure immobile. Le format à connu son discret essor il y a environ 4 ou 5 ans tout d’abord auprès des marques de luxe américaines (DKNY, Oscar de la Renta…).

Il faut dire que le format s’y prête bien, moins « agressif » que le GIF animé, il transmet un « temps suspendu » propre au luxe.

Pour Kenzo Parfums décidément en grande forme ces derniers mois, l’agence Balistik’Art associée au jeune Julien Douvier ont réalisé aux abords de la Philarmonie de Paris, un clip plein de poésie.

Hecho en Cuba, cinema in the cuban graphic

MORE THAN 400 MOVIE THEATRES WERE INAUGURATED IN CUBA FROM THE EARLY 1940S (ONE-FOURTH OF WHICH WERE LOCATED IN HAVANA); THE FIRST MOVIE TITLES PROPOSED (OF EUROPEAN, MEXICAN AND ARGENTINE ORIGIN) WERE ADVERTISED BY MANY COMMUNICATION AGENCIES THAT ADOPTED A STYLE OF OBVIOUS WESTERN ORIGIN – RESULTING FROM THE INFLUENCE OF THEIR UNITED STATES NEIGHBOURS.

IT WAS FOLLOWING THE CASTRO REVOLUTION (DATED 1 JANUARY 1959) AND THE CONSTITUTION OF THE CUBAN INSTITUTE OF CINEMATOGRAPHIC ART AND INDUSTRY, INSTITUTED ON 24 MARCH 1959 THAT GRAPHIC DESIGNERS BEGAN TO FREELY INTERPRET THE FEATURE FILMS AND DOCUMENTARIES ARRIVING FROM EVERY CORNER OF THE WORLD.

THE FORMAL INDEPENDENCE THEY ENJOYED, TOGETHER WITH THEIR UNIQUE SYNTHESIS OF EXPRESSION SKILLS, WOULD ALLOW THEM TO ESTABLISH ON ORIGINAL MOVEMENT OF FULL-FLEDGED ARTISTS DEDICATED TO CINEMA PROPAGANDA. HECHO EN CUBA, MADE IN CUBA, BECAME SYNONYMOUS OF CREATIVITY AND SKILLS; AND THE CARTELES DE CINE (MOVIE POSTERS) REPRESENT THE MOST VALID AND EFFECTIVE PROOF OF THE SAME.

hecho-en-cuba-1

hecho-en-cuba-3 hecho-en-cuba-2

Nuances de noir, Pierre Soulages

pierre-soulages-paint-1
Peinture 157×200, 21 août 1963

pierre-soulages-paint-2
Peinture 130 x 195, 14 avril 1949

pierre-soulages-paint-3 pierre-soulages-paint-4
Peinture 146 x 97, février 1948 – Peinture 146 x 97, mars 1948 — Peinture 146 x 97, 1947

pierre-soulages-paint-5

Eau forte XIX, 1970

pierre-soulages-paint-6 pierre-soulages-paint-7
Bronze, 1977 – Bronze II, 1976 – Bronze I, 1976

pierre-soulages-paint-8 pierre-soulages-paint-9 pierre-soulages-paint-10 pierre-soulages-paint-11

Peinture 300 x 236, 9 juillet 2000

pierre-soulages-paint-12 pierre-soulages-paint-13 pierre-soulages-paint-14
Peinture 125 x 202, 12 février 1965 – Peinture 202 x 159, 5juillet 1966

pierre-soulages-paint-15
Peinture 324 x 362, 1986 – Polyptique I (4 éléments de 81 x 362 cm superposés)

pierre-soulages-paint-16
Recherches pour les vitraux de l’abbatiale de l’abbaye de Conques

 

John Giorno, des mots aux images

John Giorno pourrait être un lointain cousin de Stéphane Mallarmé, l’auteur de « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard ». Adepte du collage il manipule lui aussi la lettre, les mots et de leur combinaison crée autre chose. Chez Mallarmé fond et forme sont intimement liés, les mots imitent les dés qui roulent, on est dans l’illustration. Giorno se libère de ces limitations. A l’aube des années 80, à l’opposé des artistes de son temps, Gysin ou Burroughs (inventeurs du cut-up), qu’il a rencontré et admiré, il « transversalise ». John Giorno supprime la frontière entre les mots, les images mais aussi le son et les objets.

John Giorno considère les poèmes comme des objets faits à partir d’objets-mots. Stéphane Mallarmé est un poète, John Giorno est un poète des arts visuels, l’apparence du poème est importante.

Démocratisés les moyens de production nous permettent aujourd’hui de publier et de clamer son message aisément sur différents supports, allant du virtuel au réel (blogs, tee-shirt, flyers, tote-bag, etc.). John Giorno à dès les années 70 créé le label Giorno Poetry Systems et transposé ses poèmes sur bande sonore (poésie sonore) sous forme de compilations, sur papier et sur tee-shirt. Les mots sont considérés à travers le sens qu’est la vue.

La poésie concrète de Giorno fait penser à des slogans.

Que pense John Giorno de la révolution numérique et de la prééminence annoncée des images sur les mots? Alors que la succession d’images sur Instagram font de celles-ci un élément constitutif d’une histoire. L’image devient mot et invoque la parole.

Giorno considère la typographie, la couleur, la peinture, la toile comme des moyens, seul le poème est la partie artistique. Il choisit la couleur, le nombre de colonnes de texte, la taille des caractères afin de mettre l’accent sur certains mots, de donner l’impression que ces poèmes sont hurlés, chuchotés… Il s’empare de la mise en page. Les filtres des logiciels de retouches d’images permettent aux créatifs la même démarche, ce sont des moyens de recherche de sens.

Notre quotidien est saturé d’images, de mots et de sons, tous ramenés au même niveau de conscience, prouvant que l’engagement artistique de John Giorno est plus que jamais d’actualité.

 

 

john-giorno-2 john-giorno-3 john-giorno-4 john-giorno-5

giorno-sonic-youth