1859, UNE FEMME À LA MODE OU LA FASHIONISTA DU XIXE SIÈCLE

LES FRANÇAIS PEINTS PAR EUX-MÊMES  EST UNE ENCYCLOPÉDIE MORALE ÉCRITE ET ILLUSTRÉE PAR LES AUTEURS DE L’ÉPOQUE, AU TEMPS OÙ L’ON ÉCRIVAIT POËTE AU LIEU DE POÈTE.

HONORÉ DE BALZAC Y A DÉCRIT L’ÉPICIER OU « LA FEMME COMME IL FAUT », THÉOPHILE GAUTIER Y DÉCRIT LE RAT, GAVARNI RÉALISE DE NOMBREUSES ILLUSTRATIONS. DES MÉTIERS, DES STATUTS SOCIAUX ONT DISPARUS (RAPINSBANQUISTES, POSTILLON, GRISETTE…)

Read More

j j j

WHAT IS POSTHUMANISM?

BELOW: MATTHEW BARNEY, CREMASTER 4, 1994

ACCORDING TO WOLFE, COMPREHENDING A « NEW REALITY » IN WHICH HUMAN BEINGS OCCUPY A UNIVERSE « POPULATED BY… NONHUMAN SUBJECTS » REQUIRES A POSTHUMANISM WHICH ENTAILS « AN INCREASE IN THE VIGILANCE, RESPONSIBILITY, AND HUMILITY THAT ACCOMPANY LIVING IN A WORLD SO NEWLY, AND DIFFERENTLY, INHABITED ».

WHAT IS POSTHUMANISM? DOES NOT PRESENT THE READER WITH A DEFINITIVE ANSWER TO THE QUESTION POSED BY ITS TITLE – THIS WOULD HARDLY BE POSSIBLE AT THIS JUNCTURE. IT DOES, HOWEVER, OFFER AN EMBODIMENT OF WOLFE’S VISION PLAYED OUT IN A WIDE ARRAY OF CULTURAL, INSTITUTIONAL AND ARTISTIC SITES OF INQUIRY, WITH EACH CHAPTER FUNCTIONING AS A STIMULATING THEORETICAL PROBE CONTRIBUTING TO THE EMERGENCE OF A NEW PARADIGM OF RESEARCH AND KNOWLEDGE.

A LIRE ICI

j j j

HISTOIRE D’UN COSTUME DADA

EN JUIN 1921 TRISTAN TZARA MEMBRE DU MOUVEMENT DADA, PRÉSENTE AU THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES (GALERIE MONTAIGNE) UNE PIÈCE PARODIQUE DU THÉÂTRE CLASSIQUE FRANÇAIS: « LE CŒUR À GAZ » OU DIXIT SON CRÉATEUR « LA PLUS GRANDE ESCROQUERIE DU SIÈCLE ». LA PIÈCE MAINTIENT PENDANT TOUTE LA REPRÉSENTATION L’ILLUSION DE L’IMPROVISATION BIEN QU’IL Y AIT UN TEXTE.

Read More

j j j

Mauvais genre

« Mauvais genre » dévoile la collection de photographies de Sébastien Lifshitz. Celle-ci révèle les jeux de changement d’identité sexuelle à travers le travestissement pratiqués par des anonymes durant un siècle.

A l’instar de certains pays du moyen-orient où aujourd’hui la mode ne peut s’exprimer que dans la sphère privée sous peine de sanctions. Pratiqués autant par les hommes que les femmes, ces « jeux interdits » devant l’appareil photo prenaient place dans l’intimité de l’intérieur. L’exposition nous rappellait que ces transformations sont ancrées dans le folklore, les bals et les carnavals de nos régions depuis des siècles (carnaval du Mardi-Gras, Midnight masquerades à Londres au XVIIIe siècle, bal du Magic City à Paris ou les Harlem Drag Balls de New-York, circa 1920).

A travers l’espace de la galerie du jour d’Agnès B on découvrait que ces bravades concernent autant des artistes, que des militaires, qu’elles dépassent toutes considérations ethniques ici ou ailleurs. Les femmes américaines du XIXe siècle sont beaucoup libres qu’en France, capitale de la mode féminine, où elles sont très surveillées avant le mariage. Voilà qui explique, en partie, la force du mouvement féministe aux Etats-Unis et le phénomène des drag queens.

Par delà le vêtement (sa coupe, sa couleur) et l’attitude, la « droiture » qu’il nous impose, l’exposition nous montre que ces transformations sont aussi l’expression d’une posture corporelle, une gestuelle. Le corps est un objet culturel et politique vecteur de l’expression d’un rapport de domination et de pouvoir (cf. Michel Foucault).

L’exposition nous renvoyait ainsi à notre quotidien où l’expression et l’acceptation de notre identité est encore, quoi que l’on en dise, un sujet sensible. A travers ces photographies amateur c’est notre regard sur notre société qui est convoqué, quand on sait qu’en France la loi interdisant aux femmes de porter le pantalon ne fut abrogée qu’en 2013…

Ci-dessous,
un des nombreux faux-mariages (Mock-wedding) tolérés dans les universités américaines au cours du XIXe siècle (interdits en 1910) qui affolait les institutions.
mauvais-genre-1 mauvais-genre-2 mauvais-genre-4 mauvais-genre-5

Ci-dessous
Onnagata, acteurs développant et inventant une gestuelle afin de symboliser l’idéal féminin dans le théâtre japonais Kabuki.mauvais-genre-6 mauvais-genre-7 mauvais-genre-8 mauvais-genre-9

Ci-dessous,
à la fin du XIXe siècle, divertissements, dissidence sexuelle et politique dans les music-hall, « caf’-conc' », ou les premiers cabarets, véritables lieux de mixité sociale. Une rencontre entre burlesque et charme.mauvais-genre-10 mauvais-genre-11 mauvais-genre-12

Sébastien Lifshitz, collectionneur de photographie amateur et cinéaste (Les Vies de Thérèse, 2016; Bambi, 2013; Les Invisibles 2012)

A lire: Mauvais genre. Les travestis à travers un siècle de photographie amateur

 

 

j j j

cnac magazine (1981-1989) | Masques et tribus

cnac-4

cnac magazine n°12 (Centre national d’art et de culture) était le bimestriel d’informations artistiques et culturelles du Centre Georges Pompidou de 1981 à 1989. Au détour d’un article sur la pollution sonore et la présence accrue des walkman (avant celle de nos smartphones) dans les années 80, une série de masques (non-crédités) qui rappellent le travail du studio du néerlandais Bertjan Pot voire les inspirations tribales du travail de Charles Fréger.

cnac-1

cnac-2 cnac-3

Ci-dessous, les masques de Bertjan Pot (2010) restent eux exclusivement figuratifs…
bertjan-pot

Quand les monstres de Charles Fréger évoquent le tribalisme.
Série « Yokainoshima » et Wilder Mann
charles-freger

En archives, les numéros 2, 4, 6, 7 (et un numéro spécial), 8, 9, 12, 14, 15, 16, 18, 22, 24, 26, 27, 41
cnac-5 cnac-6

j j j

Bienvenue

Pascale Met propriétaire et curatrice de la boutique Bienvenue à réuni quelques amis et clients fidèles afin de célébrer les un an de sa boutique Bienvenue.

bienvenue-1

Quelques ouvrages des Editions Cent Pages

bienvenue-2

Deuxième en partant de la droite Marie (réalisatrice), Julie Rosier (architecte DPLG), Pascale et Marie-Madeleine (agent d’artiste)

bienvenue-4

bienvenue-3

Concept store situé à la frontière de Boboland, Bienvenue possède une sélection subtile et délicatement choisie d’objets et accessoires dans leur grande majorité made in France. De la montre Lip dessinée par Roger Tallon aux précieuses publications des éditions Cent Pages situés à Grenoble il y a toujours quelque chose à découvrir au 7 de la rue d’Hauteville (Paris X).

Bienvenue prouve que l’on peut créer un concept store singulier et décomplexé sans céder à l’objet buzz du moment. Pascale y développe une versatilité positive qui permet de rester moderne et dans l’air du temps.

j j j

Übersee « exploring visual culture »

« Übersee, exploring visual culture », was a magazine edited in 2003. It’s seems that it only lasted a year. In a time when Pinterest or Instagram didn’t exist yet, the german publication curated pictures from graphic design, photography, illustration, architecture… No advertising, only images and few texts concerning the artists invited.

The year after, Facebook was launched and the imaged-based crazy e-world was in progress. Even though, many printed image-only publications are still published today, just look at your bookstore in your contemporary art museum or in the concept store next to you. Many very edgy fashion magazine or with a different approach, think Toilet Paper, are a sum of curated images editorialised.

Below a selection of artists shown in the two magazines we own.

ubersee-1

Below: Eliezer Sonnenschein

ubersee-3

Lutz Pramann

ubersee-4

Colin Ardley

ubersee-5

Delta (Boris Tellegen)

ubersee-6

Helge Barske

ubersee-7

Andrea Giacobbe
here a collaboration with the digital hardcore band Atari Teenage Riot

ubersee-8

Piet Thrular

ubersee-9

Robert Volt

ubersee-10

 

Nora Bibel

ubersee-11

Frédérique Daubal

ubersee-12

Takashi Okamoto

ubersee-13

Ueno Hirosuke

ubersee-14

Clarissa Tossin

ubersee-15

Stina Persson

ubersee-17

Julien Gosset

ubersee-18 ubersee-19ubersee-16

j j j

Ambroise Tézenas à la librairie Maupetit

Découverte du travail photographique d’Ambroise Tézenas dont l’exposition « Photographies » à l’incontournable librairie Maupetit de Marseille était prolongée quelques jours.

Ambroise Tézenas, né en 1972, diplômé en 1994 de l’école d’Arts Appliqués de Vevey (Suisse) fût reporter et passa la plus grande partie de son temps en Asie du Sud-Est, Amérique Centrale et Amérique du Sud. Depuis 2001 il se consacre à des projets plus personnels délaissant ses collaborations avec la presse. Son travail artistique est représenté en France par la galerie Mélanie Rio.

« I was here, Tourisme de la désolation » est son dernier travail, véritable enquête, présenté aux Rencontres de la Photographie d’Arles du 6 juillet au 20 septembre 2015.

Un ouvrage à été édité accompagnant son investigation entamée sur la signification de ces nouveaux lieux touristiques réunissant des zones de catastrophes industrielles, des lieux de génocides (Auschwitz) et autres lieux morbides, un phénomène baptisé « Tourisme noir ». Un ouvrage sur une tendance macabre à découvrir absolument.

Ci-dessous, accrochage de l’exposition « Photographies »

ambroise-tezenas-1 ambroise-tezenas-2 ambroise-tezenas-3 ambroise-tezenas-4 ambroise-tezenas-5 ambroise-tezenas-6 ambroise-tezenas-7 ambroise-tezenas-8 ambroise-tezenas-9 ambroise-tezenas-10

 

 

 

La librairie Maupetit sur La Canebière depuis 1927, une sélection dynamique et pointue.ambroise-tezenas-11

 

j j j