SALÓ, Michel Gondry (& Noam Chomsky)

QUELQUES CARICATURES RÉALISÉES PAR MICHEL GONDRY ET EXPOSÉES LA SEMAINE DERNIÈRE AU SALÓ.

michel-gondry-salo-1

michel-gondry-salo-7
CI-DESSUS UNE ILLUSTRATION ISSUE DE L’ENTRETIEN QUE MICHEL GONDRY À EUE AVEC L’INTELLECTUEL AMÉRICAIN NOAM CHOMSKY

CONVERSATION FILMÉE ET ILLUSTRÉE EN TEMPS RÉEL (PAS DE POST-PRODUCTION) QUI À PRIS LA FORME D’UN DOCUMENTAIRE DE 88 MN BAPTISÉ « IS THE MAN WHO IS TALL HAPPY? ». GONDRY INTERROGE À TRAVERS CETTE DISCUSSION AVEC LE LINGUISTE ET PHILOSOPHE NOTRE PERCEPTION DU MONDE ET LES CHOSES QUI NOUS ENTOURENT.

ON EST PAS TRÈS ÉLOIGNÉ DE LA QUÊTE DE SENS, DE LA RENCONTRE ENTRE L’OBJET ET LE LANGAGE, DE L’ÉTUDE SÉMIOLOGIQUE « VÊTEMENT-IMAGE/VÊTEMENT-(D)ÉCRIT » DE ROLAND BARTHES DANS « SYSTÈME DE LA MODE ».

michel-gondry-salo-2 michel-gondry-salo-3 michel-gondry-salo-4 michel-gondry-salo-6

Hecho en Cuba, cinema in the cuban graphic

MORE THAN 400 MOVIE THEATRES WERE INAUGURATED IN CUBA FROM THE EARLY 1940S (ONE-FOURTH OF WHICH WERE LOCATED IN HAVANA); THE FIRST MOVIE TITLES PROPOSED (OF EUROPEAN, MEXICAN AND ARGENTINE ORIGIN) WERE ADVERTISED BY MANY COMMUNICATION AGENCIES THAT ADOPTED A STYLE OF OBVIOUS WESTERN ORIGIN – RESULTING FROM THE INFLUENCE OF THEIR UNITED STATES NEIGHBOURS.

IT WAS FOLLOWING THE CASTRO REVOLUTION (DATED 1 JANUARY 1959) AND THE CONSTITUTION OF THE CUBAN INSTITUTE OF CINEMATOGRAPHIC ART AND INDUSTRY, INSTITUTED ON 24 MARCH 1959 THAT GRAPHIC DESIGNERS BEGAN TO FREELY INTERPRET THE FEATURE FILMS AND DOCUMENTARIES ARRIVING FROM EVERY CORNER OF THE WORLD.

THE FORMAL INDEPENDENCE THEY ENJOYED, TOGETHER WITH THEIR UNIQUE SYNTHESIS OF EXPRESSION SKILLS, WOULD ALLOW THEM TO ESTABLISH ON ORIGINAL MOVEMENT OF FULL-FLEDGED ARTISTS DEDICATED TO CINEMA PROPAGANDA. HECHO EN CUBA, MADE IN CUBA, BECAME SYNONYMOUS OF CREATIVITY AND SKILLS; AND THE CARTELES DE CINE (MOVIE POSTERS) REPRESENT THE MOST VALID AND EFFECTIVE PROOF OF THE SAME.

hecho-en-cuba-1

hecho-en-cuba-3 hecho-en-cuba-2

ON A VU CA: MAUVAIS GENRE

« MAUVAIS GENRE » DISSÉMINE LA COLLECTION DE PHOTOGRAPHIES DE SÉBASTIEN LIFSHITZ AU SEIN DE LA GALERIE DU JOUR D’AGNÈS B. CELLE-CI RÉVÈLE LES JEUX DE CHANGEMENT D’IDENTITÉ SEXUELLE À TRAVERS LE TRAVESTISSEMENT PRATIQUÉS PAR DES ANONYMES DURANT UN SIÈCLE.

A L’INSTAR DE CERTAINS PAYS DU MOYEN-ORIENT OÙ AUJOURD’HUI LA MODE NE PEUT S’EXPRIMER QUE DANS LA SPHÈRE PRIVÉE SOUS PEINE DE SANCTIONS. PRATIQUÉS AUTANT PAR LES HOMMES QUE LES FEMMES, CES « JEUX INTERDITS » DEVANT L’APPAREIL PHOTO PRENAIENT PLACE DANS L’INTIMITÉ DE L’INTÉRIEUR.

LA SÉLECTION NOUS RAPPELAIT QUE CES TRANSFORMATIONS SONT ANCRÉES DANS LE FOLKLORE, LES BALS ET LES CARNAVALS DE NOS RÉGIONS DEPUIS DES SIÈCLES (CARNAVAL DU MARDI-GRAS, MIDNIGHT MASQUERADES À LONDRES AU XVIIIE SIÈCLE, BAL DU MAGIC CITY À PARIS OU LES HARLEM DRAG BALLS DE NEW-YORK, CIRCA 1920).

À TRAVERS L’ESPACE DE LA GALERIE ON DÉCOUVRAIT QUE CES BRAVADES CONCERNENT AUTANT DES ARTISTES, QUE DES MILITAIRES, QU’ELLES DÉPASSENT TOUTES CONSIDÉRATIONS ETHNIQUES ICI OU AILLEURS. LES FEMMES AMÉRICAINES DU XIXE SIÈCLE SONT BEAUCOUP PLUS LIBRES QU’EN FRANCE, CAPITALE DE LA MODE FÉMININE, OÙ ELLES SONT TRÈS SURVEILLÉES AVANT LE MARIAGE. VOILÀ QUI EXPLIQUE, EN PARTIE, LA FORCE DU MOUVEMENT FÉMINISTE AUX ETATS-UNIS ET LE PHÉNOMÈNE DES DRAG QUEENS.

PAR DELÀ LE VÊTEMENT (SA COUPE, SA COULEUR) ET L’ATTITUDE, LA « DROITURE » QU’IL NOUS IMPOSE, L’EXPOSITION NOUS MONTRE QUE CES TRANSFORMATIONS SONT AUSSI L’EXPRESSION D’UNE POSTURE CORPORELLE, UNE GESTUELLE.

LE CORPS EST UN OBJET CULTUREL ET POLITIQUE VECTEUR DE L’EXPRESSION D’UN RAPPORT DE DOMINATION ET DE POUVOIR (CF. MICHEL FOUCAULT).

L’EXPOSITION NOUS RENVOYAIT AINSI À NOTRE QUOTIDIEN OÙ L’EXPRESSION ET L’ACCEPTATION DE NOTRE IDENTITÉ EST ENCORE, QUOI QUE L’ON EN DISE, UN SUJET SENSIBLE. À TRAVERS CES PHOTOGRAPHIES AMATEUR C’EST NOTRE REGARD SUR NOTRE SOCIÉTÉ QUI EST CONVOQUÉ, QUAND ON SAIT QU’EN FRANCE LA LOI INTERDISANT AUX FEMMES DE PORTER LE PANTALON NE FUT ABROGÉE QU’EN 2013…

CI-DESSOUS,
UN DES NOMBREUX FAUX-MARIAGES (MOCK-WEDDING) TOLÉRÉS DANS LES UNIVERSITÉS AMÉRICAINES AU COURS DU XIXE SIÈCLE (INTERDITS EN 1910) QUI AFFOLAIT LES INSTITUTIONS.

mauvais-genre-1 mauvais-genre-2 mauvais-genre-4 mauvais-genre-5

CI-DESSOUS
ONNAGATA, ACTEURS DÉVELOPPANT ET INVENTANT UNE GESTUELLE AFIN DE SYMBOLISER L’IDÉAL FÉMININ DANS LE THÉÂTRE JAPONAIS KABUKI.mauvais-genre-6 mauvais-genre-7 mauvais-genre-8 mauvais-genre-9

CI-DESSOUS,
À LA FIN DU XIXE SIÈCLE, DIVERTISSEMENTS, DISSIDENCE SEXUELLE ET POLITIQUE DANS LES MUSIC-HALL, « CAF’-CONC' », OU LES PREMIERS CABARETS, VÉRITABLES LIEUX DE MIXITÉ SOCIALE. UNE RENCONTRE ENTRE BURLESQUE ET CHARME.mauvais-genre-10 mauvais-genre-11 mauvais-genre-12

SÉBASTIEN LIFSHITZ, COLLECTIONNEUR DE PHOTOGRAPHIE AMATEUR ET CINÉASTE (LES VIES DE THÉRÈSE, 2016; BAMBI, 2013; LES INVISIBLES 2012)

A LIRE: MAUVAIS GENRE. LES TRAVESTIS À TRAVERS UN SIÈCLE DE PHOTOGRAPHIE AMATEUR

 

 

75010, The Community

CHERS LECTEURS,

75010, PARIS
UNE GALERIE AUX MURS DÉLABRÉS FAÇON SOUS-SOL DU PALAIS DE TOKYO.
UN ESPACE CULTUREL DÉDIÉ À LA TRANSVERSALITÉ AU MILIEU DES COIFFEURS AFRICAINS DU CHATEAU-D’EAU.
ÉDITION, PHOTO, PERFORMANCE, EXPÉRIMENTATIONS, DESIGN, MUSIQUE ET MODE SE CÔTOIENT, BOUILLONNENT COMME LE QUARTIER, « S’INTERFACENT »…

ON A EU DES BON BAISERS DE RUSSIE, « RED » BY BORIS MIKHAILOV

CHERS LECTEURS,
LES COSTUMES DE LÉON BAKST POUR LES BALLETS RUSSES AU DÉBUT DU XXE SIÈCLE INFLUENCÈRENT LA MODE DE SON ÉPOQUE, ACCOMPAGNANT NOTAMMENT LA LIBÉRATION DES CORPS.
C’EST TOUJOURS LA RUSSIE QUI INFLUENCE YVES SAINT LAURENT POUR SA SPECTACULAIRE COLLECTION « OPÉRA-BALLET RUSSES » DE L’AUTOMNE-HIVER DE 1976.

Lire la suite « ON A EU DES BON BAISERS DE RUSSIE, « RED » BY BORIS MIKHAILOV »

Images hybrides | Nobuyoshi Araki à la galerie 8co119

Il y a quelques mois, et quelques jours avant la grande rétrospective au Musée Guimet consacrée à Nobuyoshi Araki l’un des maîtres de la photographie japonaise, la galerie 8co119 exposait « Polanography ».
Série de polaroïds hybrides mettant en scène des femmes ligotées selon la technique ancestrale dite kinbaku, ce travail dépasse l’acte de découpe et de recomposition d’une tierce image.
Outre leur dimension érotique et pornographique, cette série étant parfois appelée « Arakiri » par l’artiste lui-même fait référence à la pratique du hara kiri pratiquée par les hommes. Elle est ici signifiée par ce fendage féminin séparant le monde profane extérieur du monde sacré intérieur, le « Kekkai », référence au bouddhisme japonais.

nobuyoshi-araki-1

nobuyoshi-araki-2  nobuyoshi-araki-4

 

L’insoutenable légèreté des années 80

La chouette exposition qui prend place dans les sous-sol du Centre Beaubourg, intitulée « L’insoutenable légèreté – les années 1980, photographie, film », n’a malheureusement pas de catalogue.

Dans l’espace qui lui est consacré, on y retrouve cette utopie sociétale et artistique propre à cette époque. Une nouvelle génération d’artiste est en train d’émerger, on y croise notamment  jusqu’au 23 mai, Jean-Paul Goude ou Martin Parr. Dans les flous de certains Polaroïds flotte une poésie punk.

Heureusement Profession Photographe co-édite avec le magazine Fisheye un fanzine dédié à la manifestation.

fanzine-annees-80-2 fanzine-annees-80

Il est disponible ici


Curated by Julie Rosier

Precious Moments | Erwin Olaf x Ruinart

120 years after their first collaboration with Alphonse Mucha, Maison Ruinart, the oldest House of Champagne choose Erwin Olaf to explore new fields of communication.
26 photos of the dutch photographer with, he said, reference to nature, human and the art world. It’s not only the legacy of Ruinart that he discover when wandering in the chalk pit, but also the legacy of the old photographers and artists. Instead of a « fashion oriented » shooting Erwin Olaf decided to shoot these « accidents by nature » in black and white with his Hasselblad and Baryta paper.
You can see Brassaï, the dots of Damien Hirst or the paintings of Mark Rothko along the way.
« Nature create fascinating things and for me the multiples references to the art of painting, the abstraction, is the next level of my work », said the artist.

erwin-olaf-ruinart-1 erwin-olaf-ruinart-2 erwin-olaf-ruinart-3 erwin-olaf-ruinart-4 erwin-olaf-ruinart-5 erwin-olaf-ruinart-6 erwin-olaf-ruinart-7 erwin-olaf-ruinart-8 erwin-olaf-ruinart-9 erwin-olaf-ruinart-10