INSPIRATION | INDIA SONG

JE N’AI LU QU’UN ROMAN DE MARGUERITE DURAS, MODERATO CANTABILE. IL EST DEPUIS UN DES MES LIVRES DE CHEVET (AVEC « L’ŒUVRE AU NOIR » DE L’AUTRE MARGUERITE).

DURAS, LA DÉCRIÉE DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE ÉTAIT AUSSI RÉALISATRICE DE FILMS SOUVENT TRÈS SINGULIERS. INDIA SONG EST PAR EXEMPLE ENTIÈREMENT TOURNÉ EN VOIX-OFF. LE CHOIX DES ACTEURS, VOIRE LEUR COSTUME COMME ICI MICHAEL LONSDALE EN BOXED-JACKET (UN PEU BALENCIAGA BY DEMNA NON?) ET LA HIÉRATIQUE DELPHINE SEYRIG EN VÉNÉNEUSE ROBE ROUGE CONFÈRENT À L’ENSEMBLE UN CLIMAT ENVOUTANT.
DANS INDIA SONG LA MUSIQUE DE CARLOS D’ALESSIO, ENTÊTANTE, N’EST PAS EN RESTE NON PLUS (ELLE SERA INTERPRÉTÉE PLUS TARD PAR JEANNE MOREAU).

 

j j j

La robe marine d’Isabelle A.

Still browsing the web and found this brillant crossover between the incredible movie « Possession » by Andrzej Żuławski, 1981 (featuring Isabelle Adjani) and « Plague », one of the last song of Crystal Castles (featuring Alice Glass).

Fascinating…

j j j

Cinéma | L’Argent (la silhouette des années 30)

Il y eu les costumes d’Armani pour Richard Gere dans « American Gigolo » (1980) qui réinventent la silhouette masculine des années 80…

A l’orée des années 30 la créatrice Louise Boulanger (1878-1950) redéfinira à son insu la silhouette féminine. Jusqu’alors il était question de volume décollé du corps ne marquant ni la poitrine, ni les hanches et de longueur genou. Elle va créer une robe radicalement à l’opposé des canons de l’époque. Très longue et suivant les courbes du corps. Elle habillera l’actrice Brigitte Helm (Maria et le robot de Metropolis) pour le film de Marcel L’Herbier « l’Argent » (1928 et tiré de Zola). Les autres maisons de l’époque comme Jean Patou proposeront des robes similaires, la page des années 20 était tournée.

brigitte-helm-argent-3

A voir aussi pour ses décors somptueux et luxueux

j j j

Le champagne par Piper-Heidsieck, tout un film

Tout comme le cinéma, le champagne est synonyme d’émotion, il magnifie les petites et les grandes occasions au sein d’évènements exceptionnels ou très grand public. Il n’est en effet nul besoin d’atteindre une grande occasion pour célébrer.

Piper-Heidsieck, fondé en 1785 est impliqué dans le cinéma depuis fort longtemps. Tout à débuté en 1934 avec une première apparition cinématographique dans « Sons of the desert » avec Laurel et Hardy.

sons-of-desert-laurel-hardy
Très présent dans le Hollywood des années 50-60, aussi bien sur les plateaux que sur la pellicule, on disait alors ceci de Marilyn Monroe, nouvellement blonde platine:

“Marilyn Monroe may have slept wearing a splash of Chanel No.5 but she woke up to a glass of Piper Heidsieck. »

Quelle meilleure carte de visite n’est-ce-pas?

Etre partenaire du cinéma c’est aussi soutenir la production, être présent à des moments clefs d’un film, vérifier à ce que le message soit bien transmis.

Ci-dessous, sous la grande verrière du Grand Palais, Piper-Heidsieck était présent lors de Cinéma Paradiso

piper-heidsieck-2

piper-heidsieck-3

Ci-dessous, une partie du casting d’Entourage, the movie (Emily Ratajkowski et Adrian Grenier)

piper-heidsieck-5

Ci-dessous quelques minutes avant la projection en avant-première d’Entourage, the moviepiper-heidsieck-6
Fin de soirée avec un set de Brodinski

piper-heidsieck-7

piper-heidsieck-4

Ces dernières années, on trouve Piper-Heidsieck sur plusieurs évènements internationaux consacrés au cinéma. Au travers des Piper TV Call, Palais des Festivals et autres lounges de rencontres. Depuis 23 ans au Festival de Cannes, mais aussi à Toronto, Venise, Berlin ou dans l’Utah lors du festival américain du cinéma indépendant Sundance. Aussi bien dans le cinéma d’auteur avec « La vie d’Adèle » ou pour des productions grand public comme X-Men.

La maison de champagne est aussi partenaire d’Unifrance, organisme dépendant du Ministère de la culture, dirigé par Isabelle Giordano, dont la mission est de faire la promotion des films français à l’étranger.
Mécène auprès de l’American Cinematheque de Los Angeles et la Cinémathèque de Paris, la maison remoise à ces dernières années diversifié ses activités en développant une gamme de produits reprenant les codes du cinéma (seau à pop-corn ressemblant a un seau à glace ou encore un panier de service de champagne en forme de panier d’ouvreuse).

j j j

Madeleine Vionnet, Isadora Duncan et féminisme

ISADORA DUNCAN ET SA DANSE LIBRE À PROVOQUÉ MAINTS SCANDALES ET INFLUENCÉ NOMBRE DE COUTURIERS AU DÉBUT DU XXE SIÈCLE.

LES RÉFÉRENCES HELLENIQUES PRÔNÉS PAR LA DANSEUSE AMÉRICAINE SE RETROUVENT DANS LES DRAPÉS DE LA COUTURIÈRE FRANÇAISE MADELEINE VIONNET QUI PAR SON TRAVAIL DE LA COUPE EN BIAIS À SU PARMI LES PREMIÈRES, METTRE EN VALEUR LE CORPS FÉMININ.

TOUTES DEUX SERONT DES PROGRESSISTES DE LEUR TEMPS, L’UNE REVENDIQUANT LE DROIT D’USER DE SON CORPS LIBREMENT (ÊTRE FÉMINISTE ALORS COMMENÇAIT PAR LÀ), L’AUTRE EN METTANT EN PLACE DES INNOVATIONS SOCIALES AU SEIN DE SON ATELIER (CRÉATION DE CRÈCHES ET MISE EN PLACE DE SERVICE DE SOINS MÉDICAUX…).

ON PEUT ÉGALEMENT CITER  PAUL POIRET QUI À FAIT « TOMBER » LE CORSET.

POUR CÉLÉBRER LES 100 ANS DE LA MAISON MADELEINE VIONNET, UN CLIP À LA CHORÉGRAPHIE INSPIRÉE PAR LA FÉMINISTE AMÉRICAINE FUT RÉALISÉ.

EN 1968, VANESSA REDGRAVE REMPORTA LE PRIX D’INTERPRÉTATION FÉMININE DU FESTIVAL DE CANNES EN INTERPRÉTANT LE RÔLE D’ISADORA DUNCAN DANS « ISADORA » (THE LOVES OF ISADORA)

j j j

Les Moteurs Esthétiques

Des beautés numériques au stylisme ultra élaboré, aux prises des vues qui sonnent justes, à l’esthétisme prenant.

Des juxtapositions d’images, des couleurs mêlées avec ingéniosité, une photogénie évidente, une élégance du noir et blanc.

Coffee and Cigarettes, Jim Jarmusch

coffee-and-cigarettescoffee-and-cigarettes

The Limits of Control, Jim Jarmusch

The-Limits-of-Control The-Limits-of-Control The-Limits-of-Control The-Limits-of-Control The-Limits-of-Control The-Limits-of-Control

La Piel Que Habito, Pedro Almodóvar

La-piel-que-habito

Etreintes Brisées, Pedro Almodóvar

étreintes-briséesétreintes-brisées

Twin Peaks, David Lynch

twin-peaks

La Famille Tenenbaum, Wes Anderson

wes-andersonwes-anderson

Laurence Anyways, Xavier Dolan

laurence-anywaysxavier-dolan

Ed Wood, Tim Burton

ed-wooded-wooded-wood

Dead Man, Jim Jarmusch

dead-mandead-mandead-mandaed-man

j j j

Curation | Sweet charity, Bob Fosse (1969)

Discovered during the exhibition Louis Vuitton x Marc Jacobs at Musée des Arts Décoratifs, i spend minutes mesmerized by the dancers. Shame on me cause I didn’t hearded about Sweet Charity (Bob Fosse, 1969) before. Already a cult movie and Suzanne Charney is just amazing.

j j j