1859, UNE FEMME À LA MODE OU LA FASHIONISTA DU XIXE SIÈCLE

LES FRANÇAIS PEINTS PAR EUX-MÊMES  EST UNE ENCYCLOPÉDIE MORALE ÉCRITE ET ILLUSTRÉE PAR LES AUTEURS DE L’ÉPOQUE, AU TEMPS OÙ L’ON ÉCRIVAIT POËTE AU LIEU DE POÈTE.

HONORÉ DE BALZAC Y A DÉCRIT L’ÉPICIER OU « LA FEMME COMME IL FAUT », THÉOPHILE GAUTIER Y DÉCRIT LE RAT, GAVARNI RÉALISE DE NOMBREUSES ILLUSTRATIONS. DES MÉTIERS, DES STATUTS SOCIAUX ONT DISPARUS (RAPINSBANQUISTES, POSTILLON, GRISETTE…)

L’EXTRAIT PUBLIÉ ICI PORTE SUR LA FEMME À LA MODE. AU XIXE SIÈCLE, SON TERRAIN DE JEU SONT LES SALONS MONDAINS À L’INSTAR DES NIGHT CLUBS D’AUJOURD’HUI.
L’OBJECTIF POUR ELLE, RESTE LE MÊME, NE PAS SOMBRER DANS LA MÉLANCOLIE ET OBTENIR LE TITRE DE FEMME À LA MODE PAR UNE MISE EN SCÈNE, MISE EN JEU DE SON STATUT À TRAVERS LE CHOIX DE SA TOILETTE ET DE SA CONVERSATION.

LE MERCURE GALANT, UNE DES PREMIÈRES PUBLICATIONS FRANÇAISE À PROPOSER DES ILLUSTRATIONS DE MODES, ÉTAIT LE PRÉCURSEUR DES MAGAZINES FÉMININS DE NOTRE ÉPOQUE.

AUJOURD’HUI, COACHÉES PAR LES APPLIS, LES PROGRAMMES TV, LES STARS DES MAGAZINES, LA COURONNE N’EN N’EST PAS MOINS CONVOITÉE. QU’ELLES SOIENT ÉLUES STAR DE LA SOIRÉE, MIEUX LOOKÉE… TOUT EST SACRIFIÉ AFIN D’ÉVITER LA SINGULARITÉ D’HIER, DIT FASHION FAUX PAS AUJOURD’HUI ET POUR ATTIRER LES REGARDS.

A LIRE CI-DESSOUS: