Renoma, Chelsea Hotel

8 photographes et une collection capsule signée par Stéfanie Renoma pour illustrer le passé sulfureux de l’hôtel le plus rock de Big Apple.

renoma-chelsea-hotel-1

renoma-chelsea-hotel-2

renoma-chelsea-hotel-3

renoma-chelsea-hotel-4

renoma-chelsea-hotel-5

renoma-chelsea-hotel-6

renoma-chelsea-hotel-7

renoma-chelsea-hotel-8

renoma-chelsea-hotel-9

renoma-chelsea-hotel-10

renoma-chelsea-hotel-11

renoma-chelsea-hotel-12

renoma-chelsea-hotel-13

renoma-chelsea-hotel-14

renoma-chelsea-hotel-15

renoma-chelsea-hotel-16

renoma-chelsea-hotel-17

renoma-chelsea-hotel-18

j j j

Radio France

Radio France représente un des derniers bastions où la Culture et l’esprit critique demeurent, loin des rythmes frénétiques. Contre vents et marées, le modèle Radio France s’adapte et évolue perpétuellement afin de rester en phase avec l’époque. Du Masque et la Plume (émission créée en 1955) à la tranche quotidienne d’humour, anciens et modernes cohabitent dans un esprit d’universalité et d’éclectisme choisi.

Marion Bernard, journaliste du service Culture de France Info, spécialisée dans la musique, nous à accordé quelques heures pour nous offrir une visite privée des nouveaux locaux, un territoire de l’information, à préserver.

france-inter-info-6france-inter-info-7 france-inter-info-9france-inter-info-23france-inter-info-2

france-inter-info-31france-inter-info-8france-inter-info-10france-inter-info-5

La radio évolue en ce début du XXIe siècle. Passer sur la FM c’est aussi prendre soin de son look car tout est filmé afin d’être diffusé sur le web et ouvrir ainsi de nouvelles interactivités. Voilà qui oblige par exemple, à repenser les espaces de travail afin notamment d’avoir une meilleure exposition lumineuse.

france-inter-info-4france-inter-info-30

Vue imprenable du dernier étage.

france-inter-info-24

Vue depuis l’agora

france-inter-info-32france-inter-info-11

france-inter-info-22

Nous ferons une halte au sein du superbe auditorium en forme d’arène surplombé d’un orgue monumental. La salle de 1461 places qui a récemment reçu Dominique A, est entièrement recouverte de bois, elle accueille aussi les formations musicales de la Maison de la Radio.

france-inter-info-13 france-inter-info-19 france-inter-info-21france-inter-info-25france-inter-info-18  france-inter-info-16 france-inter-info-15 france-inter-info-14 france-inter-info-12france-inter-info-17

j j j

Rankin & Coco de Mer in « X »

coco-de-mer-rankin-15

coco-de-mer-rankin-18

A rendez-vous at La Pagode, Paris, to assist to the french première of « X » a video created for Coco de Mer by british photographer Rankin.

Co-Founder of Dazed & Confused and AnOther Magazine (with Jefferson Hack) and in 2011 of The Hunger, Rankin work with a full team of creatives and technicians till January on this project for Coco de Mer.

Coco de Mer is a luxury erotic lingerie brand created (and sold in 2012) by Sam Roddick daughter of Body Shop founder Anita Roddick.

Coco de Mer « X » is a video showing bold women enjoying lingerie, fantaisies and eroticism for themselves first with no boundaries. The video is as a frenzy successions of NSFW images, beautiful bodies, colorful, dynamic with a catchy music. The frenzy rhythm is as our times (?), like a digital carousel in which we go through, like a long animated GIF. In fact one might wonder whether if a 2:30 video is not a big too long?

Very pleasant, but nothing subversive as we would have wished. A good part is that the video seems to hide subliminal stimuli. We are not aware but after seen it and with Coco de Mer, we gonna think of sex more than the usually every 6 seconds a day says the epileptic video and we like that!

coco-de-mer-rankin-16 coco-de-mer-rankin-17

Below some snapshots of the video

coco-de-mer-rankin-2coco-de-mer-rankin-3 coco-de-mer-rankin-4 coco-de-mer-rankin-5 coco-de-mer-rankin-6 coco-de-mer-rankin-7 coco-de-mer-rankin-8 coco-de-mer-rankin-9 coco-de-mer-rankin-10 coco-de-mer-rankin-11 coco-de-mer-rankin-12 coco-de-mer-rankin-13 coco-de-mer-rankin

During a chit-chat with M. Rankin

coco-de-mer-rankin-19

‘X’ – Coco De Mer from RankinFilm on Vimeo.
Visit Coco de Mer website here

j j j

Is Luxury an environmentally aware industry?

luxury-environment

Excerpts from Planet Fashion, Wallpaper april 2015

The luxury goods industry is an environementally aware spin as consumers demand ethics to match their aesthetics.

+ Dilys Williams, professor, director of the Centre for Sustainable Fashion at London College of Fashion says:

‘Sustainability is a hugely complex discipline. It is technical, mathematical, and psychological, and it is also about economics. Fashion is about navigating how we live today – it is a snapshot of our world. Fashion and sustainability have to be a good match.’

+ Francois-Henri Pinault, CEO of Kering –which own Gucci, Saint Laurent and Bottega Veneta among other brands – hire a chief of sustainability officier in 2012. Marie-Claire Daveu, formerly of the French Ministry of ecology, is now three years into the newly created role. Daveu says unequivocally:

‘Sustainability is the most important issue of our century. My role is to provide an overview, a strategy, a vision and create an action plan. If we are speaking about a vision, for Pinault it is about putting sustainability at the core of the business strategy.’

+ It is to Daveu and her team’s job to make this mind-boggling amount of data tangible to the CEO.

+ ‘You have to be able to identify weakness and strengths and make a strategy for investment and implementation of the most efficient methods’ says Daveu. It is about developping a common language with the financial team.

+ What is good practice for Gucci might not make sense for Saint Laurent or Brioni. Brand-specific plans have to be drawn up. In 2014, achievements included introducing LED lighting in Saint Laurent stores; the use of sustainable wool at Stella McCartney; and the aforementioned heavy-metal-free tanning at Gucci.

+ Daveu believes in the power of fashion to change the mindsets, ‘Luxury sets the trends’, but we need to engage more people to change the paradigm.

+ Sharing information, Daveu said, is essential even if it runs counter to ingrained thinking for the luxury goods groups.

+ LVMH runs its LIFE program (LVMH Indicators For the Environment) across its five business groups: wines and spirits; fashion and leather goods; perfumes and cosmetics; watchs and jewellery. The initiative set in motion in 2011 identifies key areas including eco design, raw materials, and supply chains,material tracebility, supplier relations, reduction of greenhouse gases…
Last year the programme overseen by Sylvie Bénard, director of environment at LVMH, was incorporated into the strategy af all the maisons.

+ The consensus among top-tier luxury brands seems to be that products do not need badges, but rather that we can assume that sustenability is now built in to the broader quality assurance.

+ Some luxury goods chiefs will privately admit that sustainability is not an issue for many of its current customers, and the brands don’t want to ram (faire adopter) it down to their throats.

+ All the same, they are betting that the next wave of luxury consumers will care about sustainability — and care very deeply.

+ Bruno Pieters set up the website Honest By in 2012, to be transparent about footprint behind his designs and those of six like-minded brands
The achievement is making geeky data compelling. Last year Pieters founded the Future Fashion Designer scholarship – a €10 000 award for young designers wanting to learn how to work in a transaparent, sustainable way.

honest-byffds

+ Diane Verde Nieto, founder of sustainability consultancy Clownfish, and the Butterfly Trust Mark (list is from Acne to Veuve Cliquot)
She helps brands to communicate their commitment to creating the best quality, design, craftmanship, service and sustainability

Download a PDF about DVN and Clownfish here

Below Diane Verde Nieto

diane-verde-nieto

+ Brands are always looking at ways to prove and profit for their sustainability credentials.

+ With a growing demand for luxury brands to get an ROI on their sustainability communications, more and more are looking for tools like Verde Nieto’s one to use across their digital marketing strategies.+ Sustainability is also becoming a recruitlent issue as young designers look for training that addresses sustainability and then look to work for companies that take the matter seriously.

+ London College of Fashion offers an MA in sustainability as well as being a research centre and an advisory body to business.

+ The centre is currently collaborating on a project called Design for Biodiversity part of the Responsible Ecosystemes Sourcing Plateform. It is a five-year research project into the impact on biodiversity of sourcing for luxury brands such as Armani and Hermès. The results should see a shareable set of tools that can be used by designers and brands to assess the impact of cultivation and sourcing.

+ The centre also work with Nike Lab. The project was about humanising data and working with the brand to build an app that could ascertain the relative impact of making something, whether that be in silk, cotton or wool – to encourage designers to be more explorative.

+ For new brands there is the opportunity to be sustainable from the start. In New-York, fashion brand Maiyet seek out craftsmen from around the world (Mongolia, Kenya, India, Indonesia, Peru, Italy…) and create a viable, modern luxury brand around them. The philosophy of the brand is that they want to create sustainable employment opportunities in places that need it most.

+ Millennials are expecting more than ever from brands, and they’re increasingly starting to lead in the luxury field. They expect high transparency, ethical behaviour, sustainability and values from the brands they consume.

+ Provenance is as important as “good looks”

+ Stella McCartney leads the way, she recently created a Green Carpet collection in collaboration with the Green Carpet challenge founded by Livia Firth. For Stella McCartney it a way to prove that it is possible to create and deliver beautiful, luxurious evening wear causing little no harm to the environment.

“In luxury, every brand has an obligation to integrate sustainabilituy practices. There is no choice, it’s essential for ethical values but also to be able to continue to do business. Marie-Claire Daveu, Kering

j j j

Conférence | Textile intelligents

Conférence du 21 avril au sein des nouveaux locaux de la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin et de la Maison du Savoir-Faire et de la Création.
Intervenant: Pascal Denizart, DG du CETI (Centre Européen des textile Innovants)

Quelques points à retenir:

Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin et de la Maison du Savoir-Faire et de la Création

+ Sont des institutions qui ont pour vocation de valoriser le savoir-faire français auprès des fabricants, façonniers, des prestataires de services –brodeurs, plisseurs, imprimeur numérique, imprimeurs 3D et les fabricants de matières et composants — boutons, épaulettes, etc.—

Le CETI

+ Créé depuis deux ans
+ Le CETI à pour objectif d’être leader en Europe sur les textiles innovants
+ Le CETI collabore avec les entreprises et développe de nouveaux produits
+ Le CETI crée des innovations de “rupture” qui appartiennent au future “immédiat” et non au domaine du rêve
+ Le CETI délivre un message sur l’innovation qui sort des idées reçues

ceti-textiles-intelligents

 

Quelles innovations dans les prochaines collections?

+ Le textile est partout il n’est pas seulement lié à la personne quand on parle d’innovation. son lien avec la mode ou les autres domaines n’est que “sémantique”. Le tissu est toujours technique.
+ Nos nouveaux styles de vie, notre profil socio-style (travail, loisirs, connections…) impactent sur l’innovation
+ Penser textile innovant (textiles bio-sourcés, bio-composants, upcycling, recyclage…) c’est le faire dès le début de la conception de celui-ci.
+ Penser au composite textile, mélanger les structures (tissé et non-tissé)
+ Penser à intégrer la notion de “marché” c’est combiner innovation et invention.
+ Une des raisons de l’engouement pour l’innovation est sa capacité à générer de l’émotion (cf plus bas)
+ Un des axes de recherche principal est de revenir au cœur de la fibre (cf. par exemple les tissus à mémoire de forme)
+ Le cycle de vie est intégré à la conception
+ Les Polymères bio-sourcés
+ La recyclabilité avec l’idée de « montée en valeur » en intégrant dès la conception des matières nobles. Ne pas voir dans la recyclabilité uniquement la transformation future.
+ Il est possible aujourd’hui d’associer matières bio-sourcées et matières naturelles, on optimise par rapport à l’usage et au besoin.
+ Tout ceci avec en ligne de mire une idée du prix que le consommateur est prêt à payer

Smart textiles

+ Etre connecté en permanence influe sur le marché, il y aura des milliards d’objets connectés à l’horizon 2020
+ Il y a deux moyens de rendre le textile intelligent, soit elle vient du support lui-même (moyen terme), soit on lui confère une intelligence (court terme) via un device, c’est le wearable computer.

Service

+ Le textile connecté n’a de sens que s’il y a un service (ex: le diagnostic)
+ Potentiellement nous sommes capables de traiter de l’information en permanence et ce depuis 2008 (date de sortie de l’iPhone 3)
+ Dans un premier temps les applications seront limitées dans le domaine textile contrairement à la santé ou l’horlogerie.

La “Vraie Vie”

+ Le bonnet Archos à trouvé son marché à un prix de vente correct (65 €)
+ Ralph Lauren x OM Signal (ici)
+ Hexoskin Arctic (ici)
+ La technologie et le logiciel des objets connectés (ex: Bluetooth 4.0) ne cessent de se développer aux Etats-Unis
+ Le “diagnostic” rend le textile intelligent connecté à la vie réelle, c’est le service. Cependant il peut y avoir autre chose que le diagnostic, cf la raquette connectée de Babolat qui propose une expérience ludique. Plus que de mesurer ses performances quotidiennes, il s’agit de mesurer ses statistiques à celles de son joueur préféré, il s’agit d’un service de gaming.
+ Le jeu de demain sera immersif et la meilleure enveloppe (avatar) en est… le vêtement.
+ Dans la “vraie vie” l’Armée est aussi un domaine propice au développement des textiles connectés, cf Ohmatex
+ La mode aussi à des applications dans la “vraie vie”, cf. Cute Circuit (et ici)
+ Francesca Rosella, directrice artistique et Ryan Genz, PDG, sont des précurseurs, ils œuvrent avec leur marque Cute Circuit dans le textile connecté depuis 2004. Leur créations composées de taffetas de soie où sont intégrées des LED sont portées par Kathy Perry ou Bono. Ce vêtement événementiel va “descendre” dans la rue, un tee-shirt lumineux coûte aujourd’hui 200 € sur internet.
+ Le vêtement connecté ne transmet pas que de la lumière, mais aussi des émotions. A travers le logiciel il y a possibilité de faire réagir un autre objet.
+ La fibre de café, fibre en devenir, issue du marc de café, apporte du confort, de la chaleur, de la légèreté et de la tonicité.
+ Une veste qui serait composée en PVDF (Polyfluorure de vinylidène) permettrait de recharger un smartphone en une heure, grâce à ses capacités piezolélectriques (10 W/m2 de tissu).
+ Les expérimentations au cœur de la fibre sont l’avenir
+ Possibilité de graver le nom d’une marque sur la fibre
+ Des précautions sont à prendre concernant l’utilisation des nano-particules dans les cosméto-textiles. La France est très vigilante à ce sujet.
+ L’impression 3D est une innovation de rupture. Son principal enjeu sera de sortir de l’univers du composite (du plastique) pour aller vers le tissu.
+ L’impression 3D permet de travailler directement le volume en oubliant le patronage et la mise à plat, on est directement en 3D.
+ Pour la mode, l’impression 3D devra mettre au point les bons polymères, ceux qui ont la bonne souplesse.
+ Il n’y a pas d’antagonisme entre les pratiques traditionnelles et les nouvelles technologies (dentelles, lingerie et impression 3D)

+ Il faut considérer cette technologie comme un complément de gamme et pas seulement dans l’univers des “plasticiens” mais aussi dans celui des “textiliens”.
+ Iris Van Herpen, dont les créations vibrent et scintillent lorsqu’elles sont mises en mouvement investi beaucoup en R&D et fait beaucoup de recherche sur les nouvelles matières.
+ Evolution future, le partage d’émotions via le logiciel, soit faire réagir un autre objet (tissu) à distance en activant certains capteurs intégrés à la matière. L’exemple donné par Pascal Denizart est le suivant et n’est pas si farfelu: Je caresse mon tee-shirt au niveau de mon épaule, déclenchant ainsi les senseurs concentrés dans la fibre et fait ainsi réagir le tee-shirt connecté, “partageant une caresse” et situé à plusieurs kilomètres de ma localisation…

Addendum

+ A suivre, le foulard anti-pollution connecté de la marque WAIR

 

 

j j j

Peau neuve #4 | La notion du « vide »

 

peau-neuve-ballet-mecanique-1280

« I understand why European people take my creations as very Japanese. It is probably because if you see a creation as a whole, as 100 percent, I will always try to finish before arriving at 100. This five, seven, or ten percent we call empty or in between or uncompleted in Japanese. It’s when you go to shut a window or door and leave a space. We need this space, so I design space. Space has always been very important in Japanese traditional art of every genre »

Extrait de l’interview de Yohji Yamamoto pour le magazine en ligne The talks Août 2011 (Ici)

« We need this space, so I design space. »

Dans sa réflexion sur la notion d’espace, la notion de « l’entre », le créateur Yohji Yamamoto, en employant le terme « design » (to design: Realization of a concept or idea into a configuration) pose la question de création, de conception du vide telle une matière première à part entière.

Une idée qui dans son discours parait comme dûe, logique et irréfutable, mais qui pourtant amène à réflexion.

L’espace vide étant ce qu’il est: étendue indéfinie, et ce qu’il n’est pas: objet concret, perceptible par la vue et par le touché, il est difficile d’imaginer le façonner de même sorte que le tangible.

Cependant, Yohji Yamamoto le pense et l’inclue. Il lui offre 5, 7 ou 10% d’ampleur, de liberté. L’inachevé prend alors une autre dimension, la volonté de ne pas arriver à terme, de ne pas donner le point final.

Un parti pris: celui d’offrir à son oeuvre cette étendue, cette infinité, de lui laisser son propre espace d’expression.

Celui de savoir « perdre le contrôle », de prendre conscience qu’il n’est pas de notre ressort de conclure, mais bien de laisser libre. De donner le pouvoir à cette entité qui dépasse les limites de la création docile.

Une sensibilité mise en avant dans les photographies de David Sims (ici) ainsi que dans celles de Nick Knight (ici) où l’ampleur sert de base, tel un support sur lequel le vêtement repose.

Le volume, comme sculpté dans l’espace et dans le temps, suit la ligne du travail de Yohji Yamamoto, celle d’un mouvement saisi, d’un instant « T », vivant et indomptable, rappelant l’œuvre d’Irving Penn pour Issey Miyake (vue ici).

Ci-dessous, Nick Knight pour Yohji Yamamoto

NK

Ci-dessous, David Sims pour Yohji Yamamoto

tumblr_lbo4ex3DcP1qdlsr7o1_500

L’immatériel, l’espace, le vide…

… des idées abstraites que l’artiste Yves Klein exposa à la galerie Iris Clerc en 1958.

« La spécialisation de la sensibilité à l’état matière première en sensibilité picturale stabilisée », une succession de pièces aux murs peints de blancs, dénuées de tout œuvre saisissable. (Concept repris en 2009 au centre Georges Pompidou avec l’exposition »Le symposium »)

L’artiste, dans sa représentation du vide, n’utilisa aucune allégorie. Il tenta de s’en rapprocher, avec humilité, sans essayer de le résigner à « être ».

Une mise en avant de l’espace à l’état brut, sans réalité matérielle, dans sa pleine nature contradictoire.

Un corps qui nous est proche, une entité sur laquelle nos gestes et nos regards reposent, et qui pourtant échappe à nos sens.

Plus concret que l’idée, plus abstrait que l’objet, un être libre non reconnaissable, impossible à concevoir hors du champ de la philosophie, de l’art conceptuel(1).

(1) Mouvement de l’art contemporain apparu dans les années 1960 et dont les origines remontent au « ready-made » de Marcel Duchamp (ici), attachant plus d’importance à l’idée qu’à la matérialisation de l’oeuvre.

YK

YK2

Galerie Iris Clerc lors de l’exposition

 Art conceptuel, le temps comme l’espace: le Wabi-Sabi

« 1. represents a comprehensive Japanese world view or aesthetic centered on the acceptance of transience

2. The aesthetic principal is sometimes described as one of beauty that is « imperfect, impermanent, and incomplete » — Urban dictionary

De même manière, le principe du wabi-sabi comprend la notion d’infini. C’est le temps, comme l’espace chez Yohji Yamamoto, qui apportera sa sagesse, son histoire et sa beauté à l’oeuvre. Une beauté imparfaite puisque sans échéance elle ne finira de se magnifier. Sa liberté seule la sublimera.

Un concept artistique reposant sur la modestie face à la nature, à l’univers, aux dimensions qui intriguent et fascinent. Les œuvres prennent une dimension spirituelle, tels des dons au temps, à l’espace, à ce qui, « plus que nous », existe.

L’importance ici n’est pas la finalité. C’est la vie, le chemin qui créé la noblesse.

Une philosophie sans espérance, libératrice, une sagesse rare dans une société dont le désir vise ce qu’il ne possède pas déjà, et plus que tout ce qui ne dépend pas de lui. (Cf: « Le bonheur, désespérément » – André Comte-Sponville)

Là est peut être dissimulée la raison pour laquelle l’espace et le temps sont, pour beaucoup, considérés comme le plus grand des Luxe…

j j j

Jaime Hayon | OROLOG

jaime-hayon-5

A l’image des 4 typographies qui composent OROLOG, le nom de la marque horlogère qu’il a fondé avec ses deux associés, Jaime Hayon est un designer protéiforme.

L’homme que nous avons rencontré dans les salons privés du bon Marché est généreux. Par amour de la terre il a installé son atelier à Godella un petit village près de Valence. Il nous parle avec passion de ses enfants, du fromage et du vin “barricato” (en roulant bien les ‘r’ s’il vous plaît), qu’il fait lui-même et qu’il laisse vivre en fût pendant 24 mois..

jaime-hayon-2

Mais l’artiste du village, comme il se nomme, n’en est pas casanier pour autant, Miami, Nagoya, New-York, Paris, Tokyo, Milan ou la Russie sont les destinations où il s’est rendu ces derniers mois. Un style de vie ambivalent mais assumé et qui ressemble fort à l’esthétique hybride de ses créations.

Son actualité récente l’a amené à travailler sur de nombreux projets d’aménagement. Parmi ceux-ci, deux à Paris dont un bar à cocktail basé sur le concept japonais du wabi-sabi (la beauté des choses imparfaites). Ses choix se sont portés sur des matériaux contrastés, une laque jaune, la plus rare et la plus sophistiquée et du bois danois, avec ses imperfections, ses nœuds.
C’est ce même esprit wabi-sabi qui anime les créations de designers comme Yohji Yamamoto ou Comme des Garçons.

Jaime Hayon aime les contrastes et la sophistication, mais il n’est pas wabi-sabi pour autant dans sa démarche de création. L’industrie horlogère ne s’accommode guère avec cette philosophie…

Jaime voulait réaliser un petit objet précieux, spécialement une montre, mais avec ses associés ils en sont venus à dépasser cette idée et créer une marque.

Below: clients, Jaime Hayon and Angela Adams (co-founder of Orolog)

jaime-hayon

jaime-hayon-4 jaime-hayon-7

La collection, limitée à 1000 exemplaires, est basée sur deux modèles, un qui marie deux couleurs, baptisé « Chroma » et un second monochrome plus classique. Développé pendant 3 ans avec un petit atelier suisse, le boîtier en acier intègre un mécanisme Ronda du même niveau que celui des montres Cartier.

Cette collection bien que restreinte, n’exclut pas d’autres pièces et d’autres design en quantité plus exclusives (200 exemplaires environ).

jaime-hayon-6

C’est un montre “très honnête” de l’affordable luxury au niveau du prix (€ 750) et des matières utilisées. Une montre que j’ai dessiné pour “moi” dit Jaime Hayon et “pour les gens qui apprécient le design et pas que la mécanique”.

« L’important est de faire ce que l’on aime, ce contraste des éléments est le moteur de mon travail »— Jaime Hayon

 

j j j