Hyères 2014 | A quick overview

Dear readers,
A quick overview before the finale

Agnese Narnicka

agnese-narnicka-2

agnese-narnicka-3

+ White, chalk colours
+ A cosy, lazy man
+ Hats made with polyéthylène
+ Synthetic material « because is more cosy and less strict »
+ Handmade paintings

Anne Kluytenaar

anne-kluytenaar-1 anne-kluytenaar-2 anne-kluytenaar-3

+ One day her father became a woman
+ She retains a real fascination with dress codes
+ The shape of women garments on men looks unflattering, so « i decided to reshape it »
+ Found in House of Chanel the definition of elegance (details, fabrics…)
+ As much as possible a Couture collection
+ Not for guys who want to be a woman. Men must keep their masculinity
+ Pants with a masculine cut in a feminine fabric
+ Models said that they were « very happy » to wear this clothes

Coralie Marabelle

coralie-marabelle-2coralie-marabelle-1coralie-marabelle-3

 

+ Inspired by traditional outfits from Iran
+ Organza hand painted on the edges
+ Modern elements from architecture and design
+ 3D effects with satin broderies (also hand painted)
+ Men outfits turns into feminine
+ Coralie wants to work in a couture house « to make crazy pieces »

Kenta Matsushige

kenta-matsushige-1

kenta-matsushige-2 kenta-matsushige-3

+ Influenced by Yohji Yamamoto and Tadao Ando
+ « The countryside of beauty »
+ Minimal structure mixed with Japan traditional clothes
+ Two colours grey and light green
+ The idea of the collection is to express the balance of the confrontation: nature/urban and modern/traditional
+ Original accessories

Liselore Frowijn

liselore-frowijn-2liselore-frowijn-1liselore-frowijn-3

+ Sportswer meets Luxury
+ « Luxury is the attention you paid to dress »
+ Influenced by Henri Matisse’s lasts works, when he was unable to paint
+ A multilayered silhouette
+ A voluminous silhouette to underline the strength of women

Marit Ilison marit-ilison-2marit-ilison-4marit-ilison-3

+ Used to play in a psychedelic band
+ Want to create « an experience » as we live in a very realistic world
+ Large coats like blankets
+ Want to create sensations linked to sleep and the warmth of the bed
+ Some inside of the coats are embroidered with Swarovski crystals

Pablo Henrad

pablo-henrad-2pablo-henrad-1pablo-henrad-3

+ Influenced by the darkness of the ocean, the Abyss
+ Influenced by the official sailor uniform and Captain Nemo
+ Want to bring elegance, sophistication and sensuality in the menswear wardrobe
+ show legs because « i found this sexy and masculine »

Roshi Porkar

roshi-porkar-1roshi-porkar-3roshi-porkar-2

+ Try to translate the shapes of Afghan feminine statuettes from 2000BC
+ The shapes are more extremes, the hips are exaggerated, etc.
+ Add more « dynamic » by adding a belt (also Japanese inspired)
+ Only dark-green colours
+ Furs, furs, furs

Yulia Yefimtchuk

yulia-yefimtchuk-1

yulia-yefimtchuk-4

yulia-yefimtchuk-2

+ Influenced by Constructivism and the « Black square » painting of Kasimir Malevitch
+ 3 main colours: red, black and white
+ On the garments, the writings are positive messages of 1920’s posters (« Peace to everyone », etc.)
+ The belts to illustrate the protection of women
+ A sophisticated work on the back
j j j

Semaine de la mode | Iris van Herpen

Chers lecteurs,

Piet Mondrian, Li Edelkoort, Droog design, Viktor & Rolf… non la Hollande n’est pas que le pays des fromages et des tulipes…

Mélange des genres chez la créatrice néerlandaise Iris Van Herpen où Art et Mode ne font décidément qu’un. A la Cité de la Mode et du Design on découvre une mise en scène étonnante, qui fait crépiter d’excitation les heureux invités de ce qui promet d’être un show singulier, certes un euphémisme quand il s’agit d’Iris Van Herpen.

Trois mannequins emballés sous vide dans d’immenses pochettes plastiques, une installation réalisée avec l’artiste belge Lawrence Malstaf, laissent un brin perplexe. Inside et outside, vie et mort, entre position fœtale et congélation pre-mortem (en vue d’une cryogénisation?) on oscille entre malaise et enthousiasme, un constant va et vient émotionnel, essence du travail d’IVH. La créatrice (doit-on dire l’artiste?) par cette collaboration, nous invite dans cette présentation pré-défilé, à une réflexion sur le corps et son interaction avec son environnement.

interdisciplinarité

Les chaussures toujours réalisées en collaboration avec United Nude sont l’expression parfaite de cette interaction vêtement/corps, ou quand la forme vient modifier le comportement, le mouvement.

iris-van-herpen-aw2014-8

Iris Van Herpen n’envisage pas son travail sans collaboration avec des créateurs venus d’autres horizons, ce qui n’est pas monnaie courante dans la mode. Architecture (les robes en 3D sont issues d’uen collaboration avec l’architecte australienne Julia Koerner), science, technologie ou design industriel, l’Homme est toujours au centre de ces disciplines, il en va de même, pour un designer de mode.

Elle pratique l’interdisciplinarité au-delà des « classiques » imprimés réalisés par un artiste pour une collection… Les choix et les collaborations artistiques d’IVH n’ont pas de visées commerciales préméditées.

flou 2.0 et tailleur 2.0

La collection, pour ceux qui en seraient restés aux vêtements sculptures, est saison après saison de plus en portable. Il y a de nouvelles fluidités et proportions. La technologie évoluant, l’impression 3D permet de réaliser des vêtements de plus plus souples commente la créatrice. Robes, jupes (le flou), vestes (tailleur) et pantalons côtoient les robes-sculptures issues de son imaginaire.

À la sortie du défilé, il y a inévitablement quelques piques de ci de là: « ce n’est pas un défilé de mode, il n’y a pas d’accessoires, pas de sacs » entend-on. Et l’envie de répondre que dans cette fashion week marathon, des shows comme celui-ci sont aussi de véritables ballons d’oxygène, abolissant les frontières et permettant d’étendre le champ d’attention sur la discipline. Rick Owens, autre décloisonneur des diktats, Felipe Oliveira Baptista, Michèle Lamy et Jean Jacques Picart (ci-dessous) ne s’y sont pas trompés.

iris-van-herpen-aw2014-3

artisanat 2.0

Autre versant important du travail d’IVH est le rapport intime qu’entretiennent artisanat et technologie, cela va d’une robe élaborée entièrement à la main (2 à 3 mois de travail) jusqu’à  un modèle confectionné par une imprimante 3D (pouvant nécessiter 8 mois de travail). Pour l’hiver 2014, plusieurs modèles de la collection (ci-dessous) montrent des broderies originales faites de grosses perles intriquées dans des fibres.

Iris Van Herpen est une de rares créatrices à mettre en avant de manière aussi poussée, l’inclusion de la technologie dans la mode ou la naissance d’un artisanat 2.0 en quelque sorte. Une vision de la mode de demain où l’on imprimera chez soi des vêtements téléchargés sur le réseau.

iris-van-herpen-aw2014-17 iris-van-herpen-aw2014-18 iris-van-herpen-aw2014-19

Oui, c’est bien Hannelore Knuts qui s’est faite emballée…

iris-van-herpen-aw2014-2 iris-van-herpen-aw2014-5 iris-van-herpen-aw2014-6 iris-van-herpen-aw2014-7 iris-van-herpen-aw2014-9 iris-van-herpen-aw2014-10 iris-van-herpen-aw2014-11 iris-van-herpen-aw2014-12 iris-van-herpen-aw2014-13 iris-van-herpen-aw2014-14

iris-van-herpen-aw2014-20 iris-van-herpen-aw2014-21

Pour continuer la lecture:
+ Iris Van Herpen Explains Her Plastic Costumes for the New York City Ballet (ici)
j j j

Live | Anne Clark & Herr B.

Dear readers,

I know her music for a long time now, but i never have the opportunity to see her on stage. Recently, i read somewhere on the web, that Anne Clark was one of the « prophet » of electro music, i liked the idea. She was singing with Herr B. last night at the Batofar, I was a disciple of the prophet.

anne-clark-3 anne-clark-4 anne-clark-5 anne-clark-6 anne-clark-8 anne-clark-9 anne-clark-10 anne-clark-11

 

Listen, the classic « Our darkness »

j j j

Saint Laurent by Hedi Slimane

saint-laurent-aw-2014-3

Petites têtes, petits manteaux, petits blousons, petites jupes et petites bottes, jolis petits moineaux urbains trottant sur la piste. Sur les filles tout est court, très court même, ajusté, vif et franc. Comme un titre de musique punk-rock, le show fuse en mode urgence tandis que la musique bat la contre mesure. Cette saison encore Slimane crée une tension permanente et transversale entre la mode, l’art et la musique.

Les filles, aux allures post-ado, que l’on croise aujourd’hui à la sortie d’un chic lycée parisien, aux jambes qui « tels des compas arpentant le globe terrestre… » (merci Charles) ressemblent à Anna Karina, héroïne godardienne de la nouvelle vague. Voilà pour la temporalité.

La musique est interprétée par le teenage-band californien Cherry Glazerr, un morceau spécialement composé pour la maison Saint Laurent, c’est lancinant, c’est rock, on ne résiste pas, point.

L’inspiration c’est monsieur John Baldessari, 83 ans et artiste conceptuel de son état. À travers son œuvre il montre le pouvoir narratif des images, l’invitation-livret d’une centaine de pages présente une sélection d’œuvres de l’artiste couvrant la période 1966-2004, voilà pour la dimension artistique.

Hedi Slimane se retrouve cette saison, au milieu de tout çà, un peu Godard, un peu Baldessari, un peu Larry Clark aussi, dans cette habileté à faire cohabiter les générations et promouvoir la « youth culture ». Au sein de la maison Yves Saint Laurent il à les moyens d’exprimer pleinement sa transdisciplinarité, il embrasse les époques et les domaines artistiques. Réellement commerciale, la collection comporte nombre manteaux, vestes, blousons et souliers (plats), imprimés et matières diverses, peu d’accessoires en revanche.

Tout comme John Baldessari, Slimane réalise des « juxtapositions », il sait capter l’air du temps avec brio. Il juxtapose les comportements de l’époque, une dégaine, une coupe de cheveux, les gimmicks, une radicalité raffinée, une punkitude chic, une énergie. Ses collections sont actuelles, à consommer tout de suite, en urgence, pour être en phase.

Tout comme le maître Yves Saint Laurent sut capter son époque et booster sa maison à un moment clé de son évolution, avec les robes Mondrian, Hedi Slimane sait sans doute mieux que quiconque qu’une maison de mode ce n’est pas que des vêtements. Chaque saison depuis son arrivée se mettent en place des collaborations artistiques et des exclusivités (music project, vidéos, icônes trans-générationnelles…) en flux tendu. Cette saison John Baldessari à collaboré à la création de trois robes couture qui seront édités en dix exemplaires chacune.

Son savoir-faire, son flair du présent lui permit d’établir son succès chez Dior Homme, l’Homme un territoire où il fallait tout redéfinir à l’aube du XXIe siècle. Pour la femme, c’est plus compliqué, entre une multitude de propositions et une frontière entre prêt-à-porter « luxe et créateurs » et un prêt-à-porter « haut de gamme » qui se brouille au détriment des premiers. Slimane recrée son écosystème créatif et creuse l’écart dans la réalisation des modèles, s’éloignant de toute possible comparaison avec des finitions couture.

En deux mille onze, lors de son exposition au Moca, Hedi Slimane s’est coulé dans la tenue de l’artiste. Au sein de la maison de l’avenue George V il ne se place cependant pas en tant que tel, il ne transgresse pas les codes, ses collections ne se « projettent pas ». Nul question d’expérimentation, une jupe ressemble à une jupe et une veste à une veste.

Hedi Slimane n’est ni « en deçà », ni « au-delà », il est photographe du temps présent. Plus fort que le « designer total » que fut Tom Ford lors des années Gucci, Hedi Slimane est lui un génial manipulateur des codes sociétaux.

Ci-dessous le final, le runway et son arche composée de compas dorés.

A lire
+ John Baldessari: « Picture in a frame », ed. Distanz Publishing
+ John Baldessari: « Somewhere between almost right and not quite (with orange) » ed. Deutsch Guggenheim
j j j

Fetish…ic !

Ci-dessus Marina Hoermanseder, AW2014

Articulé, lacéré, retourné et perforé, le cuir mis dans tous ses états, mais toujours raffiné et luxueux. Trois designers visitent à travers son usage et avec passion, les prothèses orthopédiques, le bondage et l’ambiguité sexuelle. Le corps, première source d’inspiration des designers de mode. Des tenues en latex des débuts de Vivienne Westwood en passant par Thierry Mugler et Alexander McQueen (RIP), l’esthétique fétichiste n’a certes jamais vraiment quitté les podiums de ces dernières décennies. Chez les designers présentés ci-dessous, le cuir dessine des lignes graphiques sur les chairs, le corps est mis à nu, contraint, customisé, jamais vulgaire.

Marina Hoermanseder

Sensation de la fashion week de Berlin, l’an passé, Marina Hoermanseder, fraîchement diplômée s’est rendue cette saison à la fashion week de Londres. Dans un rythme d’enfer, elle à successivement fondé sa société et livré une élégante et singulière collection de 17 modèles « fait main » réalisée en trois mois et demi.

Le cuir est moulé sur mannequin (travaillé pendant des jours à l’eau), découpé en bandes, teinté, riveté.

La collection n’exhale pas seulement la dimension sexuelle du fétichisme, mais aussi (et surtout) dit la créatrice, « son » fétichisme des matières. L’orthopédie dont elle s’inspire également ne doit pas être perçu comme déplaisant. Réinterpréter un appareillage pour les jambes « façon couture », relève d’un défi d’ériger vers le beau quelque chose considéré d’ordinaire comme négatif.

Zana Bayne

La jeune créatrice américaine adapte ses créations qui puisent aisément dans le registre SM et bondage afin de les associer avec des vêtements de tous les jours. Ces vêtements quotidiens se voient dotés ainsi d’un « adrenaline kick » sans négliger le confort si important à ses yeux.

Depuis deux mille dix, Zana réinterprete chaque saison des pieces emblématiques du SM (cf. le harnais) en changeant soit les finitions, la couleur ou le poids du cuir. Elle collabore régulièrement avec Prabal Gurung et récemment avec Victoria’s Secret.

Niels Peeraer

Diplômé de l’académie Royale d’Anvers en deux mille onze, Niels Peeraer, cultive l’ambiguité, il crée des accessoires en cuir unisex. Alors, de jeunes hommes en jupette portent de petits sacs précieux comme des emballages pour patisserie de luxe. Au cou des fraises en cuir immaculé, finement ciselées comme de la dentelle, confèrent à son porteur un port de tête légèrement altier.

A découvrir ici

niels-peeraer-ss2014-1

Points communs

  • Marie Chouinard, bODY_rEMIX/les_vARIATIONS_gOLDBERG, ballet en deux actes, créé au Festival international de danse contemporaine de la Biennale de Venise, Italie, le 18 juin 2005
  • La canadienne Jen Gilpin basée à Berlin et créatrice de la marque Don’t Shoot The Messengers (DSTM)
  • Les accessories bondage-chic de la marque anglaise Coco de Mer
j j j