Semaine de la mode | Devastée

Devastée, fondée en 2004 par Ophélie Klère et François Alary, est issue d’un projet artistique. Ses créateurs, qui dans leur début abordaient le vêtement comme une oeuvre (réalisé en pièce unique), font parti de ces designers qui oscillent entre art et mode.

Aujourd’hui, c’est volontairement « exilés » en province que travaille le duo. Comme l’explique Francois Alary, c’est une fois « lavé » de toutes influences que l’on peut se retrouver. Une démarche créative différente, un travail d’introspection en total harmonie avec la marque. Un univers contrasté, second degré, à la fois funéraire et ludique, où le vêtement, noir et blanc, binaire, est traité en ombre et clarté.

Cette saison, la mise en scène donnait le ton. Une sorte de cimetière futuriste, monochrome, occupait le centre d’une vaste pièce.

Des silhouettes aux allures de jeunes filles, semblaient traverser le tableau « Pier and ocean » de Mondrian (ici). Portant jupes culottes, cols ronds, coupes 60’s « innocentes » couvertes de motifs revisitant les codes gothiques. Motifs amenés de manière ludique, détournés, qui portés en all-over ou accumulés, deviennent une unité, jouant avec l’oeil à la manière de l’Op Art.

devastee-4 devastee-5 devastee-7

devastee-18

devastee-12devastee-13

devastee-2

Ci dessous Pier and Ocean, 1915 – Piet Mondrian

pier-and-ocean-Piet-Mondrian

devastee-15devastee-16devastee-17

devastee-3

Des créateurs qui se concentrent sur leur univers, créant une forte identité graphique et visuelle. Ils n’oublient pas que la mode est aussi un moyen de communication et d’expression. Ils n’hésitent donc pas à faire passer des messages, on retiendra le « je ne décroche pas ».devastee-6