Augustin Teboul at galerie Joyce

augustin-teboul-molinier-7

Dear readers,

until december 7, Annelie Augustin and Odély Téboul designers of Augustin Teboul show their creations at the gallery Joyce, Paris.

augustin-teboul-molinier-2

augustin-teboul-molinier-4

Inspired by surrealism, the installation presents dummies lying on the ground, whose legs and arms intermingle, remind us some of the erotic photomontages of french underground artist Pierre Molinier (see last photo -NSFW-).

augustin-teboul-molinier-6

augustin-teboul-molinier-1

augustin-teboul-molinier-3

augustin-teboul-molinier-5


Photomontage by Pierre Molinier

Pierre Molinier (1900-1976) was an artist whose work was centered around fetishistic eroticism he was also a maker of objects. He seems to have influenced directly or indirectly some fashion designers. Marc Jacobs himself was inspired by a shoe of his creation, for his SS 2008 collection (please read the note i had written then).


Augustin Teboul, Vulnerabsurdism

Galerie Joyce – 168-173 galerie de Valois 75001 Paris
Till december 7

 

j j j

Art | Manuel Álvarez Bravo, musée du Jeu de Paume, visite privée

Parnasse nous a fait l’honneur de mettre en place une visite privée au Musée du Jeu de Paume de la première grande exposition sur Manuel Álvaro Bravo sans la présence de l’artiste (décédé en 2002).

Contre toute attente l’exposition ne met pas en avant les jeunes femmes dénudées ressemblant à Frida Kahlo, le Mexique ou le Surréalisme, tout ce que l’on s’attend à retrouver quand on pense au photographe mexicain. Les premières salles bousculent les attentes du spectateur et montrent la photographie moderniste à laquelle Manuel Álvaro Bravo s’est toujours profondément rattaché (en Europe le mouvement est mené par Rodchenko ou László Moholy-Nagy).

N’inventant pas l’objet comme les peintres, les photographes du début du XXe siècle ont toujours dû se battre pour montrer qu’ils étaient des artistes et pas seulement des « créatifs ». Cela passera, pour eux, par la captation et la monstration de l’objet. A l’inverse des pictorialistes, les modernistes mettront en avant le langage spécifique du médium et intégreront les notions de cadrage, plongée et contre-plongée, tout un aspect technique et scientifique en somme.

Les premières photos de l’exposition mettent en avant l’importance du cadrage dans l’œuvre d’Álvarez Bravo. Quand le peintre « reporte » la réalité, le photographe, lui, « découpe » la réalité…

Ci-dessous, Pajaritos de tiro al blanco (tir au pigeon), 1932 et Libros (livres), 1930

Organo de catedral, circa 1931

… créant alors des images très graphiques où les notions d’échelle et de planéité du monde sont bouleversées.

Ruina de ruinas, à Benjamin Peret, circa 1930 (gauche) et Arquitectura, detalle 2, 1932 (droite)

Ci-dessus « Ruina de ruinas » semble être un « collage » photographique, toute notion de profondeur est abolie. A droite « Arquitectura, detalle 2 », les ombres et les parties claires mettent tout à plat, le relief disparaît, on vise l’abstraction.

Ci-dessous abolition des notions d’échelle sur Juego de papel 3 (jeu de papier 3), circa 1928 (à gauche) et Ondas de papel (vagues de papier), 1928 (à droite)

La photographie moderniste de Manuel Álvarez Bravo allie deux forces: celle de la représentation et celle de l’abstraction.

« Amantes de la Luna falsa », 1967, sans les passants l’échelle serait impossible à déterminer.

Ci-dessous « Somewhat gay and graceful », 1942, une tache blanche, une tache noire et une dynamique apportée par un jeu de jambes, une photo minimaliste proche d’un tableau de Miró.

Vénus, 1979

manuel-alvarez-bravo-venus


Manuel Álvarez Bravo. Un photographe aux aguets (1902-2002)
du 16 octobre 2012 au 20 janvier 2013
Musée du Jeu de Paume

j j j

India Mahdavi’s Home signature

india-mahdavi-1

India Mahdavi signing at La bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs, Paris, nov, 22th

Trained architect India Mahdavi has successfully evolved as a designer and style icon, showing us (again) that a designer can easily, today, move to different areas of creation, becoming transversal. Till the end that night, the Bibliothèque de Arts Décoratifs was crowded with friends and people.

Home, a book written with Soline Delos, journalist at Elle Decoration is a small guide, full of tips and tricks, do not expect more, it’s well.

In fashion you mix an H&M top with a Balenciaga’s pants and a Comme des’ coat. The illustrations in the guide show that your home can be decorated as well mixing a Bouroullec’s lamp, Ikea’s furnitures and a Rupert Shrive’s sculpture.

india-mahdavi-3

india-mahdavi-home-1

india-mahdavi-home-2

This publication is like a new version of 70′ publications (see below) like Pénéla, Habitat, or 1000 idées de rangements (1000 ideas of storage for your home). A mix between the tone of a woman magazine, DIY and edgy designers choices, all for the bourgeois-bohemian inside of you.

home-1000-idees-rangement-1
1000 idées de rangements (1000 ideas of storage for your home)

home-habitat-1
Habitat, notebook for international distribution on themes of interior planning, design and decoration

home-habitat-2
Habitat, inside pages

home-penela-1
Pénéla, la première revue féminine de bibliothèque (the first women’s magazine library)

j j j

PFW | Christine Phung, diffraction & variations

christine-phung-2012-2013-6

christine-phung-2012-2013-4

One main idea: light diffraction, inspiration coming from fractals, triangles, minerals and broken glass…

When i met Christine two years ago, i discover a very talented designer, a young women devoted to her work with passion and discipline. Her last collection showed during PFW at Designers Apartment is the perfect illustration of that.

As Christine says, she follows a red line and then dig it until she use up the topic. A methodology she learned at Duperré, school of design and fashion in Paris and she applied to her work from Mandarin Oriental

Christine Phung’s collection for the next season show us how a concept spreads on fabrics, bags and shoes, but also on the colors, the shape (see the pleats treated as a ray of light with a bright color) and the digital patterns manipulated « pixels by pixels ».

christine-phung-2012-2013-3

christine-phung-2012-2013-1
The shoes made with a collaboration of Marion Hanania

christine-phung-2012-2013-2

christine-phung-2012-2013-5

christine-phung-2012-2013-7
Christine Phung (right) with Aurélie Filippetti (french Minister of Culture and Communication)

j j j

Street | Voguing, part II


Here is the following of the article about voguing proposed by my friend Karolina Brock, read the first part here

This is the in every ball there are many different categories to compete in. A part from the dance formes like « Old way », « New way » and « Fem Vogue » for example, there are different types of Runway categories: Realness, Female figure and All American to name a few.

The categories

Within Realness there are different themes to compete in from « business man » to « school boy » and « supermodel ». When you enter the Realness category you are not just supposed to imitate a persona you are supposed to be it, an act that put your interpretation skills and sense of style to the test.

For a couple of minutes on the catwalk back in the underground scene during the 80ies this was an important part of the scene since one could be a part of a life that was unaccessible outside the doors of the ball. If needed clothes and outfits that were too expensive to buy were stolen.

The houses

The « houses » within the community became the new families of young gay guys who sometimes were homeless and cut off from their original families. The « father » and the « mother » of each house guided their « children » in life as well as in voguing battles where they competed in the name of the house.

House of Labeija, House of Yves Saint Laurent, House of Extravaganza, the houses were inspired by the big fashion houses. The balls, the community and the houses still exist. The scene has expanded and opened up and it is not seen only as a gay community scene today.

Trained dancers all over the world are becoming part of the scene and compete, at least in the bigger balls.

Willi Ninja and the House of Ninja

There are many great names to be remembered. One of them is Willi Ninja the founder and the original « mother » of the The Legendary House of Ninja, who died in the suits of AIDS in 2006. Willi was a naturally talented dancer and wanted to reach out beyond the community and spread and develope voguing as a dance and art form, which he also did.

His name was recognized by media and Voguing was featured in collaboration with TV, fashion and music. Today members of The Legendary House of Ninja, as well as members from other houses, are travelling the world within the dance scene spreading the knowledge of the dance and recruting members in different countries.

voguing-karolina-brock-5

Going to a voguing club or ball today the scene is still dominated by a gay and transexual crowd. Last time I went to a more underground ball someone asked me if I was « real ». Me and my girlfriend were the only « real » girls there but the place was full of beautiful women along with gay guys and very masculin thugs.

To the rythm of the MC’s almost monotonic way of repeting words and expressions the voguing dancers throw themselves out on the dancefloor with a diva-like confidence. It is all about outshining your component and giving shade*. As Benny Ninja, the present « father » of The Legendary House of Ninja, once said to me, voguing is making the music three dimensional. As a voguing dancer on that dance floor you love and accept what you got and then you work it.

* To give shade is an attitude which is a diva-like-way of showing your superiorness. Almost like saying « I don’t have to tell you you’re ugly cause you already know you’re ugly ».

Links
For more pictures go to Plazavkinna

A tips from my Old way voguing teacher, Cesar Valentino:

An upcoming star, Javier Ninja, part of a younger generation of The Legendary House of Ninja and has been dancing with Madonna:

Paris is burning is probably the most famous documentury about Voguing.

Also read Voguing and the house ballroom scene of NYC 1989-92

 

Thank you to amazing dancer and friend Anna Ninja-the fact checker.


Texts and photos by Karolina Brock

More infos on Karolina Brock here

j j j

Modoscopie | Maria Luisa

Modoscopie (début XXIe siècle): néologisme, faisant référence à l’émission culturelle Radioscopie de Jacques Chancel diffusée sur France Inter de 1968 à 1982 et au terme « Mode » sujet principal de ce blog.

Maria-Luisa-3-sign

Maria Luisa n’a pas un parcours classique. Etudes littéraires et Sciences Politiques ne l’ont pourtant nullement empêché de devenir la référence en matière de sélection de jeunes créateurs depuis la fin des années 80 jusqu’à nos jours.

Devant l’objectif, elle me préviens « aujourd’hui je n’ai pas fait d’effort vestimentaire ». Ce n’est pas de la coquetterie, mais en bonne sud-américaine Maria Luisa voue un culte à l’apparence, cela fait partie de « l’art de vivre ».

Aujourd’hui elle revêt un grand manteau, un pantalon et un pull, nullement figée la silhouette de Maria Luisa est identifiable entre toutes. Presque iconique, elle est synonyme d’élégance, elle s’inscrit dans un certain désir de pérennité.

Grande dame de la mode, elle sait se rendre accessible et ce dès les premiers mots que nous échangeâmes rue du Mont Thabor, tout près de l’ancienne boutique. D’un pas alerte et entrant aussitôt dans le vif du sujet (l’éducation des jeunes créateurs) nous allons sous le soleil d’octobre, vers le jardin des Tuileries pour y ce qui deviendra deux heures d’un entretien décontracté.

Comment former les jeunes créateurs ?

Il y a peu d’écoles de mode en France qui enseignent ceci: la mode, même s’il y a un créateur à la tête « de tout çà » (sic) est à la fois une industrie et un travail d’équipe. Si ces facteurs ne sont pas regroupés il n’y a aucune chance pour une marque de survivre.

La Maison du prêt-à-porter, dont je fais partie, est un comité stratégique créé par Jean-Pierre Mocho et Pierre Bergé comprenant 25 membres. Ils se sont fixés comme mission de transmettre cette idée, d’aider les créateurs à exister, à exporter et à devenir des marques.

Un créateur quelque soit son origine, devient intéressant à partir du moment où il crée de la valeur marchande, la mode est une industrie et il ne faut pas l’oublier. On peut se demander alors, pourquoi le secteur de la mode est rattaché au Ministère de la culture plutôt qu’à celui de l’Industrie…

Où en est la jeune création aujourd’hui?

C’est à la fois beaucoup de noms et peu d’élus. Très peu de créateurs réussiront à monter une marque en tant que telle, même à Londres qui est la fashion week qui fait bouger « tout le monde » (sic) et qui laisse un espace de liberté de création dont tout le monde à besoin.

Plusieurs modèles cohabitent, Christopher Kane, l’artiste, avec une forte légitimité à Londres, se protège. Proenza Schouler, Alexander Wang, marques montantes, ont finalement très peu de place pour exister, leur visibilité à Paris étant occultée par les grandes marques, qui avec des productions « hollywoodiennes » et même si elles présentent des défilés « moyens » plairont quand même aux acheteurs et à la presse.

Venir à Paris reste un risque très grand pour ces jeunes créatifs.

En France, mis à part Nicolas Ghesquière (sous Balenciaga !), il n’y a pas de créateurs qui ai réussi à créer une marque avec des produits et pas seulement de l’image.

 

On peut parler du cas d’Anthony Vaccarello…

Anthony est en plein dilemme. Il me disait récemment qu’avec les fonds récolté suite au prix de l’ANDAM il avait deux choix, faire « du produit », mais avec le peu de visibilité qu’il a actuellement il sera difficile que l’on achète ses vêtements. De plus, les détaillants souffrant de la crise, sont peu enclins à prendre des risques sur des marques non établies.

Soit faire de l’image, « du matos pour la presse » (sic) et développer ainsi une grande visibilité en attente d’un financier.

La bonne formule se fait lors de la rencontre « extraordinaire » entre un financier désireux d’investir et un créateur. Pour le financier, il s’agit d’un défi palpitant. Je reste persuadé que M. Arnault à investi dans la mode parce qu’il y a vu des opportunités financières, mais aussi parce qu’il y trouve un certain plaisir.

Pour le créateur c’est tout bonnement indispensable, car il ne peut rester à travailler seul dans sa chambre à terminer les modèles lui-même quelques heures avant le défilé, il a besoin d’un studio, pour développer des collections, financer la recherche textile, réaliser les prototypes…

Et Cédric Charlier?

C’est l’exemple de rencontre où s’établit le début « d’un truc » (sic). Le fabricant Aeffe qui à la connaissance et la capacité de sourcer afin d’avoir des prix compétitifs, prend le risque de fabriquer les vêtements de Cédric Charlier en maintenant une qualité élevée à des prix très intéressants.

Il faut savoir manier sa communication tout en assurant une qualité irréprochable…

Nous ne sommes plus dans les années 90 où la mode se parlait à elle-même selon un langage codé. Outre le business généré les créateurs doivent apprendre à communiquer afin de ne pas laisser « des autoroutes de com' » aux grandes marques !

Dans la fast-fashion, l’image véhiculée est souvent parfaite, la communication est formidable, mais on accepte beaucoup plus de compromis, on a le « style », la sensation « d’être mode », au détriment de la qualité.

Chez les créateurs de talent le niveau d’exigence de qualité est souvent élevé. C’est cette exigence que nous recherchons chez Maria Luisa, nous pensons qu’il faut éduquer l’œil le plus tôt possible.

Malheureusement le manque de financement, souvent, empêche ces créateurs d’atteindre leurs objectifs.

Aujourd’hui le consommateur veut le signe extérieur de reconnaissance mais la communication a haute vitesse banalise le goût. C’est sans doute à cause de cela que l’accessoire, aisément reconnaissable et pérenne connaît un grand succès.

Comment repérer le futur Alexander McQueen qui est peut être, actuellement à Singapour, Milan ou Rio?

Si le futur Alexander McQueen était à Singapour cela se saurait. Avec la multiplication des fashion week, des prix organisés par les différentes institutions, il y a pléthore de créateurs qui font du « buzz » toutes les saisons. Mais cela ne suffit pas pour établir une marque, assurer une production, l’accès à Première Vision, etc.

Entre la fast-fashion et les créateurs sont venus s’installer des marques comme Maje ou Sandro, comment analyser vous cela? Comment se redessine la carte de la mode?

Les marques fast fashion réalisent depuis quelques années de formidables collaborations et les gens font la queue pour acheter ces vêtements, dans notre Europe en crise on ne peut comme en Asie, demander au public de faire la queue devant les boutiques de luxe… On ne peut occulter certaines réalités économiques. Ces collaborations ne sont donc pas choquantes.

Nous n’avons pas en France d’équivalent à Proenza Schouler ou Alexander Wang. Maje, Sandro, The Kooples, représentent le nouveau modèle français, mais pas suffisamment considéré à mon goût.

Je suis plus intéressée par ces marques que par un jeune créateur qui ferait un « vêtement moyen ». Ces marques sont les Zara français mais d’une gamme supérieure et elles ont en plus de çà une communication très intelligente.

Une marque comme Isabel Marant, n’a pas disparue pour autant, au contraire elle prendrait plutôt la place du créateur, à l’étranger elle devient une marque référence.

Dans ce schéma le créateur reprend une place où il agit tel un laboratoire de couture et d’expérience.

 

Etre fashion editor pour le Printemps consiste en quoi? Qu’auriez vous fait si cette opportunité ne vous avez pas été offerte?

Fashion-editor consiste à être une ambassadrice, je dois rendre plus accessible et plus vivant le discours d’une mode un peu élitiste.

Sans cette opportunité, j’aurais certainement arrêté, créé la boutique online et gardé les franchises. Tel que nous concevions notre rôle de conseiller, d’aide et d’accompagnement à l’installation d’une marque cela devenait trop périlleux à Paris. Il fallait aborder les choses de manière plus rapide.

Mon équipe et moi apportons au Printemps l’aspérité qu’ils recherchent, l’exigence qu’ils n’avaient pas forcément. Toute la démarche du Printemps s’inscrit dans une démarche « mode », dans le désir d’être un « précurseur ». Notre action va de la création d’espaces Maria Luisa « adaptés » à un rôle plus transversal car nous travaillons aussi avec différents départements de l’enseigne (la Maison, le Mariage…).

Aujourd’hui beaucoup de monde s’intéresse et veut se rattacher à la mode. Chacun se trouve légitime pour élire le designer de l’année. Comment vous situez-vous par rapport à cette profusion d’information, de possibilité et de choix? En quoi Maria Luisa et son équipe est-elle indispensable aujourd’hui?

Maria Luisa sélectionne les créateurs qui ont des choses à dire, des histoires à raconter, qui ont du talent bien entendu et qui seront capables de créer une marque qui va perdurer.

Je ne suis pas une dénicheuse de tendances, cela ne m’intéresse pas. Déterminer le dernier truc branché, ce n’est pas notre savoir-faire, d’autres le font beaucoup mieux que nous. Je défend « ceux et celles qui durent », tels des artistes. Et depuis le début nous nous sommes peu trompés !

L’exigence que j’ai perçue sur le dernier défilé de Christopher Kane m’interpelle, et ce même si ses modèles n’étaient pas évidents.

Mon manteau, ma garde-robe n’ont pas d’âge et c’est ce qui m’intéresse. Un manteau Comme des Garçons traverse les époques. On s’exprime ainsi ainsi pour un film, un meuble, un tableau ou une photographie d’artiste, c’est aussi vrai pour la mode.

Paris, octobre 2012

Photos by Léticia Dargère

j j j

Modoscopie | Pièce d’Anarchive

 

Trois profils pour un design

Virginie organisait des évènements pour les marques de luxe lorsqu’elle à rencontré Déborah qui travaillait alors dans l’industrie du parfum. Priscilla, soeur de Déborah et designer, responsable des collections prêt-à-porter femme à Londres chez Vivienne Westwood, les a rejoint par la suite.

Elles toutes les trois quitté leur boulots respectifs afin de se lancer dans l’aventure Pièce d’Anarchive.

Univers: héritage et anarchie

Notre univers découle directement du nom de la marque, Archive pour tout ce qui a attrait au savoir-faire et à l’héritage. Cette saison la guipure est faite à Calais, les cuirs sont français. On fait appel aux meilleurs fabricants qu’ils soient français ou étrangers.

Ce n’est que cette saison que nous avons trouvé un fabricant avec lequel nous souhaitions développer notre chaîne et trame.

Anarchie parce que l’envie est d’insuffler des nouvelles techniques chez les fabricants, de pousser les traditions et dans les thématiques, de faire s’entrechoquer des choses différentes.

« L’envers devient l’endroit, on leur fait faire des choses qu’ils n’ont pas l’habitude de faire » (Deborah)

« Il s’agit d’une anarchie positive, portée sur le produit, avec l’envie de twister les choses » (Priscilla)

 

Cependant travailler avec les meilleurs reste un processus long a mettre en place mais nous avons réussi à posé nos fondamentaux auprès des fabricants, lors des deux premières collections. Désormais notre approche commence a être reconnue.

Sportswear de luxe

Bien sûr ce sont les détails sportifs, les inspirations venues des maillots de basket, les incrustations de biais, la résille, les détails fluos…

Mais il y a aussi le confort, des pièces qui ne sont pas « body conscious », mais qui ont plus à voir avec le vertige que l’on peut avoir lorsque l’on est en mouvement ou que l’on danse…

Communication et distribution

On essaie de conserver une certaine confidentialité, de trouver des manières de présenter singulières, d’avoir une communication conforme à la marque.

Nous sommes distribués depuis nos débuts chez Montaigne Market, Le Bon Marché, Merci et Colette, mais aussi chez Blake à Chicago, Louis à Boston et nous avons de bons retour du Japon, qui est un marché que nous allons suivre.

Une mode intello pour des filles cool

La femme qui porte Pièce d’Anarchive est comme nous, elle a simplement envie de vêtements confortables et élégants.

« L’idée est d’installer des codes, un discours qui corresponde a notre positionnement très haut de gamme » (Virginie)

 

On se projette dans nos créations, on les porte et faisons de multiples essayages au studio. Celles-ci se doivent d’être très portables et très qualitatives, des pièces très chères que l’on aurait envie de porter avec des baskets.

Nous recherchons cette envie de « cool », de casual et d’élégant à la fois.

j j j

PFW | Maison Cadolle

cadolle-secret-square-1

Closing the Paris fashion week, Maison Cadolle, famous luxury lingerie house, well known by her founder, Hermine Cadolle, who has invented the bra 120 years ago, was showing at glamour cabaret Secret Square the latest creations.

cadolle-secret-square-2

cadolle-secret-square-3

cadolle-secret-square-4

cadolle-secret-square-6

cadolle-secret-square-7

cadolle-secret-square-10

cadolle-secret-square-8
The performance of the cabaret dancers wearing the prestigious corsetry of this family-owned company is as usual, fantastic.

cadolle-secret-square-9

cadolle-secret-square-11

cadolle-secret-square-12

cadolle-secret-square-13

cadolle-secret-square-15

cadolle-secret-square-16

cadolle-secret-square-18

cadolle-secret-square-19
End of the show with Poupie Cadolle

j j j