Michel Quarez à la galerie Dufay Bonnet

Cette semaine, chez Corinne Bonnet de la galerie Dufay-Bonnet, découvrons le travail de peinture de Michel Quarez.

C’est à Raymond Savignac et au mouvement Grapus auquel on pense en découvrant cette œuvre. Sa peinture est, le manifeste de ses deux influences majeures, on y devine immédiatement l’artiste engagé, on imagine l’illustrateur.

Une exposition voyage dans le temps, qui donne envie de se re-plonger dans les manifestations artistiques et graphiques post-soixante-huitardes, voir d’entamer une recherche sur l’expression artistique des mouvements engagés d’aujourd’hui et pourquoi pas y établir des liens.

Michel Quarez, peintures jusqu’au 10 décembre

Galerie Dufay Bonnet
Cité artisanale
63 rue Daguerre 75014 Paris

j j j

Seoul Fashion Week | Tache

A fashion show is an event where lighting, stage, music and the garments are converging to illustrate a designer’s universe, causing an emotion.

On my way back to the press room, I heard a few notes of one of my favorites song « Bela Lugosi’s Dead » by Bauhaus, a batcave group of the late 80’s. It’s through the music that I came to see this show.

Jey Park and Jiha Park met and studied fashion in Paris (Studio Berçot and Esmod). In order to produce easily, the duo returned to South Korea and created the brand Tache a year ago and a half with the objective of returning to Europe to spread their brand.

Dark and noisy music on the runway, in contrast, walking in line, girls were wearing fluid and transparent clothes. Using mainly silk this season, the duo were also inspired by the trench coat.

The collection is experimental, influenced by the guitarist Glenn Branca. The dual color range is like an independent rock music song: nude and black.

In fact the collection is not as rock and roll as Jey and Jiha said, but rather soft, accessible and very feminine.

Tache est ici.

j j j

Seoul express, Lie Sang Bong party’s at Club Eden


For the Lie Sang Bong party we found ourselves at club Eden near of hotel Ritz. A fabulous night after a full day of fashion shows…


A bit cheesy… There was this girl, a K-Pop singer (here after her set with an hip-hop crew).

Then this H.I.P-H.O.P-Break dance battle

seoul-eden-club-32

However very connected, the seoulites seems sometimes very nostalgic. During the fashion week, some shows were showing vintage inspiration (from the beginning of 20th century). This were a bit annoying in fact, because it was nothing new, like khaki bermudas and polos…

Below are two beautiful connected ladies with a 1920′-1930′ inspiration.


And no this is not a Wong Kar-Wai movie…


Today, in the middle of the crowd, with our mobiles phones we are not « alone » anymore. Stay connected!


This guy was amazing in his music notes suit!

j j j

Curation of the week

 

fimh-1993

Exhumés de mon ancien bureau, le programme de l’année 1993 du Festival International de Mode & Photographie d’Hyères (appelé alors Salon Européen des Jeunes Stylistes). Cette seule année concourraient six futures stars de la profession: Cyd Jouny, Tony Delcampe, Karine Arabian, Marc Le Bihan, Xavier Delcourt, Viktor Snoeren et Rolf Horsting (aka Viktor & Rolf, lauréats de cette édition).

fimh-1993-3
Page 27, Viktor Snoeren et Rolf Horsting

 

Also check the members of the jury !

fimh-1993-2

j j j

Musée des Arts Décoratifs | I feel Goude!

Jean Paul Goude is, for me, les Kodakettes, the man behind the Bicentenary of the French Revolution on les Champs-Elysées, the man who discover Grace Jones. I remember all this moments, that were pure magic. As an other « JPG » (Jean-Paul Gaultier), Jean-Paul Goude is a major artist.

This week, during the launching of Goudemalion, a retrospective and creative vision of his oeuvre encompassing all his areas of activity (fashion, photography, advertising…), i also discover an artist full of humour, a great illustrator and a lover of women.

Here are some pictures (mostly illustrations) of the exhibition.


Catherine Baba, very focused


La danse, Paris, 1962


Africaines de rêves, 1953


Fresque pour les magasins du Printemps, 1966


Yaz gave me the eye of the tiger!


Dear friend Myriam Tessier


M. Azzedine Alaïa


From Grace Jones’ Citroen CX car advert, 1986. See it here

Theft colors, the Kodakettes in action – Les Voleurs de couleurs en action

Voir aussi Jean Paul Goude pour Lee Cooper (1983 et 1985)


Goudemalion. Jean-Paul Goude, une rétrospective
11 November 2011-18 March 2012

Les Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

j j j

Diamonds and pearls

Quelques photos prises lors de l’avant-première de l’exposition de bijoux d’Elizabeth Taylor chez Christie’s.

Des pièces d’exception offertes par ses proches, Michael Jackson, Richard Burton… Des pièces de toutes les époques et de tous les styles, du plus pur comme le diamant Elizabeth Taylor au plus exotique comme « la nuit de l’iguane ».


Collier diamants, XIXe siècle

Antique diamond necklace, circa 1830, $ 120.000-180.000


Broche diamants Prince de Galles, de la collection de la Duchesse de Windsor et broche diamants de couleur, diamants et platine (cadeau d’Eddie Fisher à l’occasion des 30 ans d’Elizabeth Taylor), 1959, Bulgari

The prince of Wales brooch (diamond brooch), circa 1935, from the collection of Duchess of Windsor with a colored diamond, diamond flower and platinum brooch (gift from Eddie Fisher for Elizabeth’s taylor’s 30th birthday), 1959, Bulgari.
$400.000-600.000 and $300.000-500.000


Cadeau de Michael Jackson, collier d’émeraudes et diamants, 1956, Oscar Heyman et Frères

Emerald and diamond necklace, 1956, Oscar Heyman & brothers (gift from Michael Jackson)
$50.000-60.000


Papillon art nouveau émail et pierres de couleur (opales, aigue-marine, ruby, émeraudes), 1900, Boucheron

Art Nouveau enamel and multi-gem (opal, aquamarine, rubies, emeralds) butterfly, 1900, Boucheron
$10.000-15.000


Diamants, émeraudes et perles de culture, David Webb

Diamond, emerald and cultured pearl, David Webb
$60.000-80.000


Cadeau de Richard Burton, pour la première du film « La nuit de l’iguane », 11 août 1964. Broche « la nuit de l’iguane », diamants, saphirs, or et émeraude, Jean Schlumberger, 1964, Tiffany & Co

Gift from Richard burton for the premiere of the film « the night of the Iguana », august, 11, 1964. The night of the iguana brooch, diamond, sapphire, gold and emerald, Jean Schlumberger, Tiffany & Co, circa. 1964
$200.000-300.000.

Au premier plan, bracelet Perelman, diamants et or (18k), 1986, Van Cleef & Arpels

Diamond and gold (18k) bracelet, Van Cleef & Arpels, 1986
$30.000-50.000.


Cadeau de Richard Burton, le diamant Elizabeth Taylor (33.19 carats) monté sur platine, 1968

The Elizabeth Taylor diamond (33.19 carats) mounted on platinium (gift from Richard Burton)
$2.500.000-3.500.000


Broche « Art Deco », diamants, 1926, Van Cleef & Arpels

Art Déco diamond bow brooch, 1926, Van Cleef & Arpels
$60.000-80.000


Cadeau de Richard Burton à l’occasion des 40 ans d’Elizabeth Taylor. Sautoir saphir et diamants, Bulgari

Sapphire and diamond sautoir, Bulgari, gift from Richard Burton for Elizabeth’s Taylor 40th birthday
$600.000-800.000


Cadeau de Richard burton, sautoir « Triphanes », kunzites, améthystes et diamants, 1973, Van Cleef & Arpels

Kunzite, amethyst and diamond « Triphanes » sautoir, Van Cleef & Arpels gift from Richard Burton
$70.000-100.000


Clip d’oreilles Portanova, Marina B, issu de la collection du baron et de la baronesse di Portanova

The Portanova diamond ear pendants from the collection of the baron and the baroness di Portanova.
$150.000-200.000


Cadeau de Richard Burton pour les 40 ans d’Elizabeth Taylor, collier Taj Mahal, Cartier

Indian diamond and jade pendant necklace, ruby and gold chain, Cartier
$300.000-500.000

j j j

Modoscopie | Franck Banchet, DA du Printemps Haussmann

franck-banchet-1

Franck Banchet, directeur artistique du Printemps, nous parle de la collaboration entre Le Printemps, Karl Lagerfeld et le studio de la Maison Chane

Le thème

– « Nous avons créé avec les vitrines et les vitrines animées un Noël rêve d’évasion. Ainsi tout le boulevard Haussmann est un voyage autour du monde, en 24 heures et en onze villes. On commence par Los Angeles au début du jour et on termine à Tokyo en pleine nuit à l’autre extrémité du bâtiment. »

Onze villes

« Nous avons mêlé les codes de la maison Chanel et ceux des onze villes emblématiques de la mode et de l’élégance. La difficulté était de conserver un ton commun entre ces onze villes très differentes.

Chaque vitrine est composée en arc de cercle, réalisé façon « lame de miroir » sur lesquelles on a imprimé un fond de ville. Les lames de miroir rappelant bien entendu, l’escalier iconique du 31, rue Cambon. »


L’escalier du 31 rue Cambon


L’effet de « lames de miroir » dans la vitrine consacrée à Shangaï

Collaboration avec Karl Lagerfeld et son studio

– « Nous proposons un Noël holistique avec la maison Chanel cette année, tout le boulevard Haussmann lui est dédié.
Karl Lagerfeld et son studio nous ont raconté des histoires, ils ont réalisés des moodboards par villes et nous avons illustré leurs planches d’inspiration. Chaque ville représentant une partie de l’histoire de la maison Chanel vue à travers ses collections Croisière ou ses métiers d’art. »

Collaborations avec d’autres designers

– »Deux grandes périodes orchestrent notre année:
Les périodes de fashion week sont dédiées et plus appropriées aux jeunes créateurs, c’est une véritable porte ouverte.
La période de Noël, par contre, c’est l’idée de partage et de générosité qui est mise en avant. L’univers d’un créateur à cette période de l’année risquerait d’être moins bien perçue. »

Vitrine de Noël réussie

– « Notre rôle est d’offrir du rêve et du partage. C’est une vraie tradition.

Le soir, j’écoute la foule en face des vitrines, de voir les gens émerveillés, les yeux grands ouverts, c’est pour moi la meilleure critique.
Il faut être capable de répéter cela tous les ans et ce depuis 1973 année où le Printemps a commencé les vitrines animées avec la famille Dehix. »

DA du Printemps c’est aussi…

– « Etre tout le temps innovant, de surprendre et d’offrir a notre client une expérience shopping incroyable.
Cela consiste en fonction des valeurs et de la personnalité du Printemps d’être toujours en phase d’innovation, de savoir faire appel autant à des personnalités comme Karl Lagerfeld qu’à de jeunes créateurs ou photographes. »

j j j

Vanessa et Karl au Printemps

Les vitrines de Noël du Printemps, toujours « très fashion », ont cette année été réalisées en collaboration avec Karl Lagerfeld et le studio de création de la maison Chanel.

Chaque vitrine fait référence à des éléments emblématiques de la maison ou de la vie de Mademoiselle Chanel.

La vitrine Moscou, collection métiers d’art, fait référence à un pays qui à fasciné Mademoiselle Chanel et auquel Karl Lagerfeld à dédié un défilé en 2009

La vitrine Venise, collection Croisère où le bijou est dans tous ces états…

… est bâtie autour du lion, animal qu’affectionnait la grande Mademoiselle et que l’on retrouve en plusieurs exemplaires dans son appartement de la rue Cambon.

La vitrine Shangaï en référence à l’attrait que la Chine provoquait chez Gabrielle Chanel.

Pour preuve les nombreux (huit) paravents chinois de Coromandel, qu’elle possédait dans son appartement (ci-dessous).

La vitrine Tokyo, Croisière de 2005, collection qui fait suite à la création du magasin de Ginza en 2004.

Vitrine Biarritz, où la couturière ouvrit une boutique en 1915 et sa première maison de couture

Et Paris avec Karl himself !

j j j

Hans Stern x Oscar Niemeyer | Follow the line

How to re-interpret the work of Brazilian architect Oscar Niemeyer in jewelry? Brazilian jewelers Hans Stern master that challenge perfectly.

A crazy challenge as M. Oscar Niemeyer is an icon of architecture, the man who designed the major public buildings in Brasilia at the beginning of the sixties.


La cathédrale de Brasilia

Founded 66 years ago by Hans Stern fleeing Nazi Germany, H. Stern has become an iconic jewelry house in Brazil.

Between the gigantism of the architecture and the small size of the jewels, H. Stern has found a link in order to convince Niemeyer. This link is the drawings of the architect, the ligne claire which has been beautifully reinterpreted, keeping the sensual curves so important for Mr. Oscar Niemeyer.

« It is not the right angle that attracts me, nor the straight line, hard and inflexible, created by man. What attracts me is the free and sensual curve – the curve that I find in the mountains of my country, in the sinuous course of its rivers, in the body of the beloved woman. »


Roberto Stern

La vidéo ci-dessous illustre le propos.

[youtube width= »1200″]http://www.youtube.com/watch?v=Z573ujSTnhU[/youtube]

 

 

j j j