Mode in Brussels


Sébastien Denies et Julien Brennecke de Monsieur Bul

Ce week end à lieu à Bruxelles, le Modo Brussels. Ceux d’entre vous qui ont la chance d’y passer pourront en profiter pour voir les créations de deux jeunes marques belges que j’ai eu l’occasion de rencontrer il y a quelques mois.

Monsieur Bul, créée en 2009, propose cet hiver une collection très fifties-sixties, une époque qu’ils apprécient particulièrement et inspirée d’Alfred Hitchcock.

Sur des blouses transparentes, des robes, des applications « plexi » façon bris de glace, un imprimé « oiseaux » faisant référence au film où Tippi Hedren, l’héroïne, tente d’échapper à une meute de volatiles en folie…

Ci-dessous, Connie Kaminski, née en Allemagne mais lance sa marque à Bruxelles en 2005. Elle emprunte des détails au vêtement de sport (bords côte, sangles) et les inclut dans des tenues plus chics et très féminines. A voir absolument.


Conni Kaminski


 

j j j

Seoul Fashion Week | pushBUTTON


In the backstages, before the show of pushBUTTON

Very excited to discover the work of Seung Gun Park, designer of pushBUTTON, so i ran backstage before the show, to try to capture the essence of the show. I will post photos of the show and an interview with the designer in the next post.

j j j

Club B1 | Join our club

After a day full of work, shows and interviews, we left the Samsung Digital Center for the place to be that night…

It was my second night in Seoul, me and my new friends were wandering in Itaewon quarter. We finally has the good idea to take the stairs down to the Club B1.

Action was already here when we get in, the electro music was fine and the people kind and crazy. As usual in Paris or anywhere else, we close the club…


Dear Carolina from Jesus walks neon


David (buyer, London) and Rachel (buyer for Uffizi, New-York)


Mae Pang (director of Pang Ai Mei, Singapore)


No pasaran!


Lorenzo (hiding behind the finger)


David, Carlotta (buyer, Roma) and Michael (buyer at Layers, London)


Tamila (fashion editor, Russia) and a friend


Marc, student, Sweden !


David and wife


Electro guru

 

 

j j j

Art of Fashion Foundation | Shooting stars


Model: Stefanie Ayoub

The Arts of Fashion Foundation created ten years ago by Nathalie Doucet to support the young designers will hold this week-end a symposium in San Francisco that includes exhibitions of new designers, students, lectures, screenings, networking events and an awards ceremony.

I shot some pictures in july during the summer course and the exhibition that take place in Paris at Musée des Arts Décoratifs. My photos will be exposed on 2.50 m high banners during the symposium this week-end.

The shooting

The pleats were made by Maison Gerard Lognon, Paris

Read the full story here

The exhibition

During the exhibition, Didier Grumbach, président of La Chambre Syndicale de la couture, Ralph Toledano, consultant, Aurore Thibaut and other designers came to give their support.


Didier Grumbach


Jewel designer Judith Benita, wearing her designs.


Ralph Toledano


FengChen Wang, designer

 

j j j

Lie Sang Bong, a star

« One can tell the truth about Lie Sang bong whitout knowing what lies behind the designer. In this book one can find what has been truly going on with Lie Sang Bong during the last 25 years. » (excerpt from The truth of Lie Sang Bong)

Dear Anna Bang, writer for Volt magazine, gave me this book (autographed) on the famous Korean designer Lie Sang Bong. Selected view below.

The truth of Lie Sang Bong, edited by Kyobo book centre

j j j

Seoul Fashion Week | Kiok sans couacs


Kiok, summer spring 2012

Many personalities and stars, including the famous Dal Shabet (K-Pop group) reflect the popularity of Kiok. The show begins with a performance directed by a dancer.

The garments are less daring but interesting. A lot of fluidity, prints inspired by nature, a work on the shoulders, sometimes folded edge, sometimes carved rounded. Most interesting, but not new, is the work with torn denim mixed with printed chiffon pleated, playing on the contrast between the two materials.

Nothing fundamentally new to western people. An offer that awareness, I am sure, the middle eastern (buyers were presents on her booth). No aggressive colors, suggestion only (muslins are opaque, torn denim shows nothing …).

No specific theme emerge from this collection, many proposals that almost collide (jeans, fluid materials, two-piece perforated leather, a Chanel like tailor , printed fabrics) but a mechanism that appears well rehearsed.

Trente ans que Kiok Kang officie en Corée avec sa marque Kiok autant dire que c’est presque une institution ici.

La créatrice est en pleine confiance chez elle, c’est une star et les nombreuses personnalités présentes, dont les fameuses Dal Shabet (groupe de K-Pop) en sont le témoignage. Spectaculaire, le show débute par une performance, réalisé par un danseur survitaminé qui exécute une descente de catwalk avec un déhanché pour le moins… vertigineux.

Le défilé est lui moins audacieux mais néanmoins plaisant. Beaucoup de fluidité dans les matières, des imprimés inspirés par la nature, un travail sur les épaules, tantôt pliées en pointe, tantôt sculptées en arrondi. Le passage le plus marquant visuellement reste alors son travail sur le denim lacéré qu’elle marie avec des robes en mousseline plissées ou imprimées jouant alors du contraste entre les deux matières.

Rien de fondamentalement nouveau pour un occidental dans le style de Kiok. Mais une offre qui sensibilisera, j’en suis sûr, une clientèle moyen-orientale (très présents sur son stand) de part ses choix. Pas de couleurs agressives, de la suggestion mais pas de révélation (les mousselines sont opaques, le denim lacéré ne montre rien…).

Une collection faite pour être vendue sans modifications, où l’on ne voit pas se dégager un thème précis, mais plutôt de multiples propositions qui se télescoperaient presque (du jean, des matières fluides, deux pièces en cuir perforé, un tailleur « à la Chanel », des imprimés), bref une mécanique qui semble bien rodée.


Dal Shabet Vicky


Kiok au centre des Dal Shabet

j j j

Seoul !

I just spent 6 fantastic days in Seoul in order to attend the fashion week. Warm welcome, perfect organization, rich meetings and marvellous food (I took 3 kg), it is primarily a dive into fashion of one of the most dynamic countries of Asia.

Photo : A woman wearing the hanbok, traditional costume

 

j j j

My dear friend Sun

Sunkyung, my friend, actually studying at Institut Français de la Mode and writing for the korean version of Elle magazine was wearing this wonderful Oscar de la Renta’s sweater during a lunch we had at french restaurant Au Petit Panisse last month.

j j j

Jean Paul Gaultier | Souk & chic

Jean Paul Gaultier revisite ses classiques pour l’été 2012.

Jean Paul Gaultier Summer Spring 2012, on stage Miles Aldridge is taking pictures during the show for the next catalog.

Dans une mise en scène représentant un studio photo, les filles coiffées dans un style rétro-futuriste prennent la pose, suite à leur passage, devant l’objectif de Miles Aldridge, les photos trouveront place dans le prochain catalogue.

La « voix » de ce défilé, celle qui commente chaque modèle, fut confiée cette saison à Charlotte LeBon, qui malgré son humour singulier, ne parvient pas à nous faire oublier Elisabeth Quin dans cet exercice… Le trac peut-être?

Le tatouage qu’il réinterprète depuis 30 ans est présent partout, sur les collants, la peau, sur les blousons ou encore en broderie. On ne s’en lasse pas.

Le trench est dans tous ses états et les pantalons sont sublimes, larges, fluides, fendus au côté ou « à pont ».

L’élégance du souk-chic

C’est un trench « so british » raccourci et sans manches, porté sur une chemise blanche nouée à la taille, le tout agrémenté de bijoux d’inspiration orientale.
Ce sont des broderies monochromes très graphiques qui rencontrent des plissés qui rappellent Madame Vionnet.
C’est la marinère dont on attend la nouvelle version chaque saison.
C’est un « mix and match » fou entre une robe imprimé résille, un veste de jogging à capuche imprimée tatoo et des piercings.
C’est la rencontre entre calligraphie (voir sa signature brodée au dos des vestes) et typographie.
C’est Rachel de Blade Runner qui flirte avec Joan Crawford.
Ce sont des filles toutes différentes, mais au style à nul autre pareil (certaines, comme Lexy Hell ont même été recrutées sur Facebook)
Ce sont des couleurs très crues qui côtoient des tons nude.

On le dit impertinent et « enfant terrible », il est en fait un chroniqueur de la mode, de celle qui va de la rue aux podiums étoilés, d’aujourd’hui et d’hier, véritable miroir de notre société.

L’élégance selon Jean Paul Gaultier, c’est le métissage permanent. S’y mélangent des sons, des voix, des couleurs, des odeurs, un souk-chic et néanmoins bien français.

j j j