À l’été 1962, le magazine Look commissionna Douglas Kirkland afin de faire un reportage photographique sur celle qui habillait Jackie Kennedy, la première dame des États-Unis. Gabrielle Chanel, alors âgée de 79 ans accepta, non sans méfiance, que ce jeune photographe la suive pendant trois semaines. Le résultat était exposé le mois dernier à la galerie Basia Embiricos à Paris.

chanel-galerie-basia-embiricos-3

J’ai pris le temps pendant la fashion week de visiter cette expo et d’y rencontrer son curator Ku Khahn. Pendant notre échange j’ai pu me rendre compte que j’étais assez proche de cet ancien photographe devenu commissaire d’expo. En effet, nous apprenons rapidement que nous avons passés notre enfance dans la même ville, fréquentés le même collège et le même lycée (certes à 25 ans d’écart, mais tout de même!).

Ku Khahn m’était familier, situé entre Douglas Kirkland et Frederico Fellini sur la couverture du magazine Zoom (1972) que je venais de recevoir, suite à un achat en ligne sur eBay. « Il y a des hasards qui n’en sont pas… » nous dit alors le responsable de la galerie…

Ku Khanh entre Douglas Kirkland et Frederico Fellini…

ky khanh-zoom-1

Lorsque je l’interroge sur les liens qu’il a pu nouer avec la maison Chanel grace à cette manifestation, il me fait savoir que les promesses d’achat de la collection n’ont pas été tenues et que de soutien il n’en a eu que très peu…

chanel-galerie-basia-embiricos-2

La galerie nous à offert à travers cette exposition un regard nouveau sur la grande Mademoiselle. Certains clichés réussissant même à saisir des moments d’abandon (voir ci-dessous), rendant cette femme moins glaciale qu’à l’accoutumée.

La grande Mademoiselle étendue sur un canapé, un moment d’abandon…

chanel-galerie-basia-embiricos-1

Une collection d’instants volés dans la rue, dans son appartement du 31 rue Cambon ou au milieu de ses couturières et de ses mannequins dans les ateliers. Une exposition qui nous montre une Gabrielle Chanel tantôt grave, tantôt souriante et séductrice, tantôt secrète. Une vision intimiste, loin des clichés (finalement réducteurs) que l’on entretient sur la créatrice.

Coco Chanel Summer 62(édité chez Steidl l’an dernier) rassemble sur papier les photos de Kirkland et une introduction de Karl Lagerfeld. Un ouvrage, disponible chez La Hune.

All the love !

Si vous aimez Le Modalogue, please cliquez sur le bouton ci-dessous!