De l’autorité d’Olivier Zahm à Virgine Mouzat 2.0

La semaine dernière j’ai lu une interessante interview d’Olivier Zahm, créateur de l’incontournable revue Purple. Après un an de tergiversations, le magazine se décline online, sous la forme d’un agenda, le diary d’Olivier Zahm. Un passage de cet entretien m’a fait bondir, je cite :

« What I want to test is this idea that a singular voice can operate as an interesting and legitimate filter for art and fashion and culture online. But to do that, you need the voice. »

L’autorité que l’on possède sur le média papier est-elle transférable sur web et vice-versa?

Certes, Olivier Zahm et sa revue sont un point de référence dans le domaine des arts, de la culture et de la mode, mais qu’en est-il via internet?

Peut-on choisir de s’ériger en modèle de référence sur le média internet? Olivier Zahm semble en être convaincu, mais reste intelligemment prudent et parle de « test ».

Le journaliste, surpris, ne manque pas de lui rappeler quelques fondamentaux des échanges sur le web.

Dans le domaine qui nous intéresse, la mode, certains blogs ont acquis une autorité par le talent de leur auteur et la communauté qu’ils ont su fédérer, le média les a « élu » et non l’inverse. Parmi ceux-ci certains ont même réussi à intégrer les rédactions web de plusieurs publications papier.

Mais alors, que penser de la réflexion de Pénélope Bagieu, star de l’illustration via son blog, pour qui le succès sur internet n’est rien comparé a celui que l’on a dans l’édition?

Dans la mode et le luxe les rédactions papier font toujours autorité et servent de référence; sont-elles en train de bâtir des forteresses impénétrables ou vont-elles jouer le jeu de l’ouverture (d’ailleurs ont-elles le choix)?

L’interview d’Olivier Zahm alimente une autre réflexion que j’avais entamé il y a quelques semaines au sujet du transfert d’autorité.

Que se passerait-il si Virginie Mouzat (ou Suzy Menkes), la rédactrice mode du Figaro optait pour une démarche inverse en quittant son employeur et en ouvrant son blog professionnel?

Avec une liberté de ton et un champ d’action sans doute plus élargi qu’aujourd’hui, l’autorité dont-elle jouit aujourd’hui et sa qualité éditoriale serait-elle toujours de mise si elle devenait indépendante?

Le blog de Virginie Mouzat pourrait-il devenir rapidement un lieu de référence, une affaire rentable et un lieu fédérateur?

En plus d’un « hypothétique » transfert d’autorité, y aurait-il, en plus, un transfert de crédibilité, une reconnaissance plus affirmée pour l’ensemble de la blogosphère mode?

Free Virginie Mouzat!

Les commentaires sont fermés.