Dis Hedi quand reviendras-tu ?

Le rêve secret de voir Hedi Slimane remplacer John Galliano à la tête des collections femme de Christian Dior s’évanouit, car la nouvelle vient de tomber, Hedi Slimane et Christian Dior c’est terminé, finito… Les négociations concernant la signature d’un nouveau contrat, au point mort depuis plusieurs mois, n’ont donc pas abouties. Hedi Slimane, va prochainement lancer sa propre marque (homme et femme ?) et le talentueux Kris Van Assche, son ex-assistant, va lui succéder à la tête de Dior Homme.

Le retour au premier plan de la mode masculine et le formidable come-back de l’homme Dior est essentiellement dû au style de son désormais ex-styliste, aucune autre marque de mode homme n’a réussi ce que LVMH à fait avec ce directeur artistique hors pair qu’est Hedi Slimane maîtrisant parfaitement tous les compartiments de la création. Nul doute cependant que Kris Van Assche saura relever ce défi et proposer également une autre orientation pour la marque, exit donc la silhouette punk-rock, exit la bichromie noir-blanc et exit Pete. On attend avec impatience les prochains défilés et la réaction des clients…

En attendant

La silhouette Dior par Hedi Slimane

hedi-slimane-dior.jpg
Hedi Slimane, avait remis au goût du jour la cravate (merci !)

La silhouette Kris Van Assche (automne-hiver 2007-2008)

kriss-van-assche_1.jpg
Kris Van Assche réussira-t-il à imposer le chapeau ?

La femme

hedi_kriss_33.jpg
A gauche la femme vue par Kris Van Assche, à droite la femme vue par Hedi, le mystère persiste…

j j j

Siggi Eggertsson

Originaire d’Islande, Siggi Eggertsson est un jeune graphiste diplômé de l’école des Beaux-Arts de Reykjavik, qui pour son diplôme de fin d’année à réalisé un…édredon! Ayant remarqué des similtudes entre ses réalisations graphiques géométriques et la structure du dessin traditionnel des édredons, il a donc dessiné et cousu le sien avec l’aide d’une couturière.

Son style « géométrique » fait de blocs colorés, tels de gros pixels, créent de la « décoration » selon ses dires. Pochettes de cédés, affiches, illustrations pour magazines et TShirts pour Stüssy sont actuellement son champ d’investigation. Fraîchement arrivé à Londres, nul doute qu’il suivra les traces d’autres islandais prestigieux…

A suivre…
et égalemment son unofficial MySpace et son drôle d’auto-portrait.

J’aime beaucoup cette série de portraits…
siggi-ggertsson_1.jpg
… tout comme ce panoramique de Berlin.

siggi-ggertsson_3.jpg

Le fameux édredon de 2m sur 2,50m et plus de 10000 morceaux de tissus.

siggi-ggertsson_2.jpg

j j j

Gare à Gareth Pugh…

En surfant, je suis retombé sur les images du défilé de Gareth Pugh (saison Printemps-Été 2007), force est de reconnaître que ses silhouettes sont… inhabituelles, provocantes à souhait. PVC, bichromie noire et blanche sur des damiers rappellant un peu l’Op Art, Latex, mannequins sans visage tels des créatures inquiétantes sorties d’une interface de modélisation 3D pour un jeu vidéo le tout se déroulant dans un univers fétichiste et futuriste…

Un sentiment provoquant un certain malaise, fascinant au sens fort du terme. Il y a aussi de la dérision et de l’humour dans ce show, des notions que la mode à un peu perdu.

A suivre

j j j

Mode future : le sport

Un billet précédent et quelques recherches m’ont rappellé qu’une des caractéristiques du futur de la mode sont bien entendu l’utilisation des nouvelles matières. et plus particulièrement nouvelles matières techniques. Ces « nouvelles matières », le progrès technique aidant, c’est logiquement qu’on on les retrouve de plus en plus sur les podiums de prêt-à-porter comme ceux de la Haute-Couture.
C’est tout naturellement que cette saison plus que tout autre, on décèle de multiples collaborations entre les Créateurs et des marques de sport désirant changer leur image. Ces nouveaux textiles sont extraordinaires et ces collaborations vont générer des échanges de savoirs, pour nous faire un futur plus « beau », plus confortable, et plus protecteur.

De tout temps les activités sportives ont fortement influencés la mode vestimentaire, l’Europe Industrielle et ses créations majeures comme l’automobile, à connue maints boulversements dans les attitudes grace à l’entrée dans les mœurs, du sport.

Le bain, même s’il ne crée pas une tenue de sport à proprement parler, introduit néanmoins un nouveau style vestimentaire, de nouvelles élégances.

Gravure de réclame (1880)

sport_gravure.jpg

La bicyclette
Permet aux femmes l’usage de la culotte.

Jean Béraud (v. 1901-1910), le chalet du cycle au Bois de Boulogne

sport_beraud.jpg

L’automobile
Incite à l’utilisation des cache-poussière et des grands voiles

« Pour l’automobile » (v. 1900)

sport_automobile.jpg

Plus près de nous on peut citer le style de vie « baggy » des skaters des années 80-90, un vêtement, un style qui a fortement influencé la mode et qui s’est adapté et introduit dans toutes les gardes robes. Une des stars du skate comme Tony Hawk à depuis longtemps prêté son nom pour des marques streetwear et lancé lui-même une ligne de vêtements.

sport_tony_hawk.jpg

Cette saison on compte plusieurs collaborations entre Créateurs et marques de sports, le futur c’est maintenant. Dans toutes ces collaborations on retrouve souvent les notions indissociables désormais, de performance et de style.

Stella Mc Cartney, au style ô combien féminin a collaboré avec Addidas, idem pour Yohji Yamamoto pour la collection Y-3 (super site web !), depuis plusieurs années maintenant.

sport_stella_mc_cartney.jpg
Stella Mc Cartney pour Addidas, « collection destinée aux femmes qui attachent autant d’importance au sport qu’au style », on est pas loin de l’attitude des baigneuses de la fin du XIXe siècle.

sport_y-3_addidas-1.jpg

Yohji Yamamoto  pour Adidas

sport_y-3_addidas-2.jpg

Puma, qui travaille depuis plusieurs saisons avec l’ex-top model Christy Turlington pour la collection très « nature » nuala est présent depuis plusieurs saisons dans toutes les premières pages des magazines de mode. Puma étend son spectre cette saison et présente pour cet été en collaboration avec Alexander Mc Queen, une collection d’une dizaine de chaussures sport-chic, sport-ville.

Collection femme d’Alexander Mc Queen pour cet été

sport_puma_mcqueen.jpg

Christopher Kane, le détail : les boucles de ceintures nous rappellent plus un sac de sport ou un KWay qu’une robe pour sortir le soir, idem pour les couleurs fluo que l’on a vu fleurir sur les podiums, couleur que l’on retrouve plutôt sur les stades, les pistes ou les circuits.

sport_christopher_kane.jpg

Chez Balenciaga, on retrouve cette saison des pantalons inspirés des pantalons de survêtement

sport_balenciaga.jpg

Chez Lacoste, qui défile à New-York, Christophe Lemaire depuis plusieurs saisons, fait subtilement translater la marque de sport luxe vers une marque de mode luxe, souvenez-vous des polémiques soulevées il y a quelques années lorsque la marque s’est aperçue qu’elles était aussi achetée par des rappeurs, ce qui pour elle ne correspondait pas à l’image qu’elle voulait faire passer. Au vu des campagnes de pub ci-dessous on voit bien la cap pris par le créateur.

sport_lacoste-1.jpg

sport_lacoste-2.jpg

Il y a quelques saisons (an 2000) Dirk Bikkembergs s’est lancé dans le design de vêtements de sport en s’associant avec une équipe de football italienne, il y a même un site web consacré à ce travail !

j j j

Les enfants terribles

Jean-Paul Gaultier et Régine Chopinot, sont (toujours) les enfants terribles de la mode et de la danse. Hier soir avait lieu le vernissage de l’expo qui retrace les onze ans de collaboration (1983-1994) entre ces deux artistes.

gaultier-chopinot
Jean-Paul Gaultier et Régine Chopinot

Le style foutraque de Jean-Paul Gaultier s’adapte à toutes réalisations de la chorégraphe, des robes crinoline folles, des robes coussins, aux tenues de boxe de K.O.K. Une sélection de modèles « couture » au terme de l’expo, nous permet de déceler les interactions existantes entre les techniques utilisées pour les costumes de scène et celle utilisées dans la mode. Les seins obus de « The » tournée Blonde ambition tour de Madonna en 1990, sont présents lors du spectacle « Le défilé » datant lui de 1983… Ou encore la grosse laine torsadée sur les crinolines que l’on retrouve des années plus tard sur une robe de mariée mémorable…

Au regard de l’expo, on mesure égalemment l’énorme chemin parcouru par le couturier, dont le style reste toujours impertinent et décalé (il faut le faire !) mais à énormément gagné en subtilité.

Une expo à ne pas manquer donc !

Voir aussi ce billet

jean-paul-gaultier_chopinot_1.jpg
mini catalogue de l’expo

jean-paul-gaultier_chopinot_2.jpg

jean-paul-gaultier_chopinot_3.jpg

jean-paul-gaultier_chopinot_4.jpg

jean-paul-gaultier_chopinot_5.jpg

Jean Paul Gaultier – Régine Chopinot : Le Défilé
du 22 mars au 23 septembre 2007 au Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli – Paris Ier

j j j

Fashion in the machine

Pas trop le temps de poster ces temps-ci… Toutefois, suite à mon petit tour quotidien de la planète web de la mode je suis tombé sur çà. C’est la collection Femme (printemps/été 2007) d’Issey Miyaké. Une présentation entre graphisme lo-fi (ASCII art), le générique de Matrix et une musique que ne renierait pas Kraftwerk ou Mouse on Mars ; il émane de cette mise en forme une certaine poésie moderne, parfaitement en accord avec le style de la maison.

Site d’Issey Miyake

j j j

Les sacs Pantone

 

Graphistes et stylistes sommes proches, artisans, nous créons afin de procurer de l’émotion, du sens, du beau, du futile, de l’utile, nous utilisons des outils communs, feutres, papier, ciseaux, Macintosh et… l’indispensable gamme de nuanciers Pantone. C’est elle qui nous permet de sélectionner une couleur précise pour un logo ou encore un bleu céruléen (1) pour une collection de vêtement haut de gamme. C’est ce « bleu » choisi avec soin parmi une dizaine qui servira de référence à toute la chaine de production de la mode et ce par delà les frontières, jusqu’au vulgaire pull bleu en acrylique acheté 1 euro la saison suivante…

Alors, seul l’œil aguerri du graphiste ou du styliste saura déceler l’exacte couleur du logo sur un emballage, savoir s’il est contrefait ou simplement mal reporté ou encore révéler l’imitation (ratée) du bleu céruléen vu la saison passée sur ce si joli pull Céline… Merci Pantone d’éduquer nos yeux.

Hier soir en rentrant à la maison, quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’aperçu dans la vitrine d’un abri-bus, la nouvelle collection de sacs Pantone.

pantone-decaux.jpg

pantone-decaux_2.jpg
photos pas très nettes avec mon super smartphone mais piètre appareil photo…

Il y a quelques années j’avais déjà  craqué pour un de leur sac, plus par connivence avec la marque que par le style du sac, qui à l’usage c’est révélé moyennement pratique. Je trouvais l’idée géniale alors, d’avoir ce sac estampillé d’une étiquette où était inscrite la référence couleur Pantone (17-1456 pour être précis), idem pour le sac cabas que j’achetai pour ma femme (référence Pantone 14-3612).

À l’époque ils n’étaient disponibles que chez Colette ou feu Conran, en posséder un vous classait immédiatement dans la sphère des « artistes » avec clin d’œil en coin les rares fois où l’on croisait quelqu’un avec un sac de cette gamme…

pantone-bicycle-bag.jpg

pantone-shopping-bag.jpg
piètres photos prises sur le site Pantone… A côté des sacs, la référence couleur dans lequel il est disponible.

Les débuts de la diversification entamé par la marque Pantone (carnet, portefeuille, sacs), s’est donc faite sur une base « sportswear », les sacs étaient en PVC, microfibre, nylon et les formes basiques, fonctionnels loin de toute tendance. Une seule collection et jusqu’à  hier soir plus rien.
Pantone fait donc son retour cette saison, associé a la marque espagnole Mango pour sortir une nouvelle ligne de sac réservé aux femmes, la collection se veut plus plus « mode », les poignées sont en cuir de veau agrémentées de détails dorés, disponible en trois taille (Maxi, moyen et petit) et déclinée dans douze coloris ; la tendance « full color » de cet été arrive à point nommé…

pantone-bag-mango.jpg

Ci–dessous quelques photos de la nouvelle collection, les couleurs semblent dans l’ensemble assez soutenues, pas de couleur « pop » ou « vive » comme les récents défilés nous l’ont montré. Je m’attendais à quelques audaces puisées dans les nuanciers.
pantone-bag-mango_1.jpg

pantone-bag-mango_3.jpg

Cette association entre une marque pointue et exclusive comme Pantone et une marque plus grand public comme Mango, me laisse perplexe, je me demande s’ils vont atteindre leur cible. Un peu comme lorsque H&M pousse un peu trop loin le bouchon en invitant les « hermétiques » et néanmoins géniaux Viktor & Rolf. Une association Mandarina Duck/Pantone aurait à mon avis plus de sens et de cohérence.
A suivre

(1) référence à cette mémorable scène du film « Le Diable s’habille en Prada » où Anna Wintour Meryl Streep explique avec son ton si péremptoire, le cheminement d’une couleur créée dans une grande maison de mode jusqu’à  son arrivée un an plus tard dans le bazar du coin et le poids économique de « ce choix » qui se chiffre alors en milliards de dollars. Sa conclusion est que l’industrie de la mode est l’égal de tout autre industrie en termes financiers.

j j j

Polyvore | A vous de jouer

 

Pile-poil dans la mouvance actuelle, j’ai reçu ce matin une invitation pour aller voir un site communautaire assez génial. Je ne connaît rien d’équivalent, en tout cas dans le domaine de la mode. Alors de quoi s’agit-il ?

Le site, baptisé Polyvore, présente une interface assez minimaliste (fond blanc, textes et images) et utilise semble-t-il, les dernières comportements et technologies du web 2.0.

Polyvore vous propose de réaliser des panoplies afin de voir comment tel accessoire ou tel vêtement se comporte avec tel autre et de les partager avec le reste de la communauté, puis de vous créer des contacts, etc. simple non ? Pour cela, il suffit de s’inscrire et de se créer un profil. Mais attention il ne s’agit pas de produits fictifs, c’est du sérieux, les panoplies sont réalisées à partir de « vrais » produits (Missoni, Stella Mc Cartney, Marc Jacobs, etc.) disponibles soit dans la base de données de départ soit que vous importez vous-même depuis vos sites préférés (net-a-porter.com, misselfridge.com, rushcollection.com etc.) ! Chaque produit importé peut être déplacé et redimensionné, il faut lire l’aide qui explique clairement comment tout cela fonctionne

Pour finir vous pouvez nommer votre panoplie (« Pour le soir », « pour le week-end », « Chic » ou encore « Apéro-party in Helsinki »etc.), puis recevoir des commentaires sur celle-ci et la voir se classer dans les « sets » les plus populaires.

Panoplie Apéro-party in Helsinki
polyvore_1.jpg

polyvore_2.jpg

polyvore_3.jpg

A découvrir ici !

j j j

Citation du soir…

«Si une femme est mal habillée, on remarque sa robe, mais si elle est impeccablement vêtue, c’est elle que l’on remarque.»

(Gabrielle « Coco » Chanel)

j j j