Madame Pompidou

claudepompidou_01

Moderne première dame… le 30 juin 1968 à Orvilliers, avec son époux, alors Premier ministre. © AFP

Au détour d’une émission télévisée, j’entends Jean-Paul Gaultier rappeller au journaliste qui l’interroge, que Madame Claude Pompidou, alors première femme de France, s’habillait aussi bien en jean que chez Pierre Cardin, LE créateur pointu de son temps. Vous imaginez Madame Chirac ou la future première dame participer au G8 en Jean-Paul Gaultier, Martin Margiela, Haider Ackerman ou encore en jean DSL(1) !!?

(1) Edit juillet 2013: Depuis la ministre du Logement Madame Cécile Duflot à été vivement critiquée pour avoir porté un jean lors du Conseil des Ministres.

j j j

En voir de toutes les couleurs…

 

J’ai découvert la semaine dernière sur le site Adobe Labs(1), Adobe Kuler un outil assez intéressant qui permet de créer et partager « online » des gammes de couleurs.
Il est toujours bien d’avoir à portée aussi un guide d’harmonie des couleurs, tel que celui rédigé par Tina Sutton une spécialiste dans le marketing de la couleur et de la mode.

(1) Adobe Labs est un site qui permet un accès aux pré-versions de logiciels et aux technologies en cours de développement

couleurs_01.jpg
Plus de 200 pages, avec des milliers de combinaison chromatiques, des explications sur la signification des couleurs etc.
Cet ouvrage et l’application citée plus haut sont des outils indispensables pour nos professions, les étudiants ou toute personne intéressé par la couleur.

j j j

Le luxe dans la presse

 

Il y a quinze jours, le magazine Stratégies nous gratifiait d’un supplément « Chic », le magazine, à travers différents articles étudiait sous divers aspects, la communication des marques de luxe. Les principaux domaines du luxe y sont abordés (hôtellerie, automobiles, parfums et mode bien sûr).


Il y a quelques sujets assez sensass, où l’on étudie par exemple l’adaptation de ces marques à l’univers de l’internet, ou encore un « Catalog story » de l’enseigne américaine Neiman Marcus (on y apprend que les cadeaux les plus fous sont proposés tous les ans dans ce catalogue et ce depuis 1959).

Ce mois-ci c’est CBNews qui s’y colle en nous proposant lui aussi un spécial luxe (avec une sublime couverture par Serge Lutens), mais il pousse l’analyse plus en avant, les sujets sont plus longs, plus variés, plus développés. Dès l’éditorial, la notion de luxe est associée à celle, tout aussi banalisée, de culte. On a droit à une introduction de Serge Lutens, très enflammée et poétique.
CB News pose la question suivante : Un objet de luxe est-il un objet culte et inversement ? Question essentielle à l’heure où beaucoup de marques s’emparent des codes du luxe. On parle donc beaucoup de légitimité mais aussi du mystère et de l’histoire qui fait que certaines marques sont cultes et d’autres pas.


Les articles de ce numéro traitent entre autres, du statut des maîtres d’art, des quelque 8,7 millions de millionnaires dans le monde, de la maison Pétrossian, beaucoup des designers, mais aussi des signes qui font les marques ou encore de la chaîne Luxe TV. J’y ai fait la « connaissance » d’Olivier Van Doorne, président de l’agence Select NY (responsable du succès du parfum de JLo et responsable de la communication de Swarovski), un hollandais rock’n roll a souhait, un look a la Mad Max… On y trouve un article sur la précieuse et talentueuse Victoire de Castellane, celle qui dit haïr l’uniformisation résume en quelques mots ce qu’est un objet de luxe, je cite : « si une chose devient tendance, elle perd de son culte »… et « pour que les fidèles lui vouent une adoration, elle doit être rare, donc précieuse »
Un numéro très très complet, un numéro « culte » de 129 pages à posséder d’urgence.

j j j

Mon imprimante est fan de mode…

 

Tout vient d’un constat que j’ai fait il y a quelques semaines en feuilletant les magazines et en parcourant la Toile. Les fabricants de téléphones mobiles, d’imprimantes à jet d’encre utilisent depuis plusieurs mois un discours, des visuels empruntés à la mode, le paroxysme ayant été atteint ce matin en feuilletant un supplément du journal Le Monde.

En effet, Canon, fabricant d’imprimantes vendues à la Fnac, s’offre une page avec le mannequin Carol Bernardi habillée par la sempiternelle tenue à base de cédés… mais réalisée cette fois-ci par une créatrice top pointue : Cathy Pill !! J’en ai avalé ma tartine. Les cédés sont scannés puis imprimés avec une imprimante maison.

Canon est un des principaux sponsors de la London Fashion Week et se trouve également impliqué dans les Fashion Week parisienne et italienne. La firme à récemment commissionné Robert Cary-Williams pour qu’il développe une collection baptisée Canon LoveFashion faite à partir des systèmes d’imagerie de la maison ; Cathy Pill de son côté, affectionne particulièrement les imprimés et les retouche numériquement depuis ses débuts. Le choix de cette créatrice, qui manipule aussi bien l’aiguille que la souris semble donc cohérent et lui offre par là même une sacré vitrine, ce qui est sensass.

Qu’en est-il des autres acteurs du milieu ?

– Motorola, fabricant de téléphones mobiles et du processeur qui équipe mon PowerBook a publié Motofashion il y a quelques mois (distribué dans Jalouse). Motofashion est une publication couvrant les défilés parisiens, les photos étant prises avec les téléphones de la marque.
– Nokia, depuis quelques années sévit dans le domaine du luxe avec la marque Vertu et monte d’un cran avec un de ces derniers téléphones, où tous les visuels sont empruntés à la mode, on y voit des rouleaux de tissus, des mannequins, des portants, des silhouettes crayonnées, des boutons etc.

Associer sa marque à la mode, qui plus est pointue, est une façon pour ces acteurs industriels de montrer que leurs produits sont innovants, créatifs, beaux ou encore une façon de « draguer » une clientèle friande de nouveauté…
Il y a une génération on vendait des paquets de lessive et des voitures en montrant une fille en bikini, aujourd’hui ce sont les stylistes de mode qui font vendre…


Cathy Pill, sa robe en cédés pour Canon


Nokia, ajoute des visuels « mode » pour vendre son dernier bijou technologique


Supplément mode de Motorola

j j j

Tous unis !

En faisant mes courses de Noël, le long des grands magasins, j’ai croisé les vitrines des Galeries Lafayette, elles m’ont plues pour deux raisons. Primo je les trouve chouette, deuxio un détail m’a particulièrement intéressé, les différents corps de métiers qui ont œuvré pour celles-ci sont mentionnés et c’est bien la première fois que je vois côte à côte graphic designer, fashion editor et hair stylist. Un bel exemple de collaboration entre ces professions.

 

Graphic designer, fashion editor, hair stylist etc. tous unis !

j j j

Les femmes de Miles

Ci-dessus: First Impression #3, Vogue Nippon, March 2006

J’ai découvert le site de Miles Aldridge en parcourant le web à cette heure tardive. Il est photographe de mode pour le Vogue Italie, États-Unis, Japon, mais aussi pour le New York Times ou encore Numéro. La présentation de sa bio vaut le détour, un slideshow façon film de vacances tourné en Super 8 et laisse présager d’un caractère sensible. Ses femmes, glacées, maniérées, au maquillage vif, coloré et éclatant ont toutes un regard d’une intensité rare, j’ai beaucoup aimé ces photos et partage cette découverte avec vous.

j j j

Mooncruise Magazine

lilya-corneli
Crédit photo : Lilya Corneli et Mooncruise

Un site que j’avais bookmarké il y a quelques mois et que je n’avais pas eu le temps de trop visiter. Mooncruise Magazine est une publication on-line uniquement, indépendante, réunissant chaque mois des photographes d’horizons variés. Dans une présentation sophistiquée, accompagnée de musique on y retrouve de la photographie de mode bien sur, de l’architecture, des univers photographiques très personnels et créatifs. et même parfois du photo-reportage.
Un site à visiter de temps en temps.

j j j

Go Éco !

 

« Magazine for a Peachy Green Lifestyle », Style Will Save Us est un nouveau magazine indépendant online, traitant d’économie durable, de services et produits respectant l’environnement.
« We only feature new fashion items that are fairtrade or made from organic cotton, cashmere, wool, silk, hemp or other natural and sustainable materials which are produced in an environmentally friendly way. And because recycling is great for sustainability, we also inform you about designers who produce customised second hand pieces and of course vintage clothing shops. »
Un grande partie du magazine traite, comme son nom le laisse supposer et comme l’édito ci-dessus nous l’expose, de mode, lifestyle et de beauté, mais uniquement « eco-friendly ».
On y apprend, par exemple, que Stella Mc Cartney, va lancer une ligne « organic » très prochainement.
Les marques et les consommateurs prennent (enfin) conscience que mode et environnement sont très proches.
Vu sur Modabot

j j j