Dressing magazine

 

Véronique Ribaud de Gineste, qui en plus d’être championne du monde de char à voile, est directrice de publication du jeune magazine Dressing.
Dressing est un magazine de tendances et d’influences bi-annuel, il est richement fourni en illustrations (plus de 400) et d’idées de motifs (plus de 150) pour la mode féminine. Il s’adresse aux bureaux de style, stylistes, étudiants et tous les métiers de la création. Le numéro 6 sort très prochainement et information non négligeable, il ne coûte que € 99, on le trouve chez Mode-Information.

Le site

j j j

Sophie Toulouse

Après des études de graphiste à la School of Visual Arts de New York, Sophie Toulouse à cumulé diverses expériences entre habillage TV, packaging, pochettes de disques et animation. Elle a réalisé, diverses illustrations pour la mode, domaine où elle à débuté ; La Perla, Céline, le salon Bijhorca ou encore Nike font parti de ses clients.

Visitez son site

j j j

Profil | Alice Lischter

 

Alice Lischter, one of my-ex and very talented student when i was teaching at Ecole Estienne, design school, Paris. She works with Michael Amzalag et Mathias Augustyniak from M/M (Purple magazine, WOW a nightlife magazine) and for WAD, Viktor & Rolf or with the french gallery AAA.

Her works is a crossover between graphic design, fashion and art: « just in time »

See her works here

Alice Lischter, étudiante en graphisme que j’ai eu comme élève en BTS Communication Visuelle lors de mon passage l’an dernier à l’école Estienne, est aujourd’hui étudiante en DSAA (option mode et environnement) à l’école Duperré. Parallèlement à ses études elle applique son talent pour créer sa collection personnelle de vêtements ou collaborer avec Michael Amzalag et Mathias Augustyniak des M/M (pour le magazine Purple, WOW a nightlife magazine), réaliser des illustrations pour WAD ou Viktor & Rolf ou encore collaborer avec la galerie AAA.

À cheval entre le graphisme, la mode et l’art, transversale: « just in time« .

Son site, à découvrir

j j j

China girl

 

2001, Fabienne une amie styliste partit pour Hong-Kong suite à un programme de recrutement à l’échelle européenne par la société chinoise Hop Lun (6ixty-8ight, No Romeo), à l’époque on ne parlait pas beaucoup de la confection ou de la mode chinoise. Les conditions de travail étaient excellentes, salaire très intéressant, logé, 2 aller-retour à la maison prévus dans le contrat, des voyages dans les grandes capitales de la mode, etc. « tout est mis en œuvre pour que l’on crée » me disait-elle. J’étais alors impressionné par ce rebond dans sa carrière et surtout par la méthode du groupe Hop Lun (recruter en Europe des stylistes, les faire travailler à HK et inonder les marchés européens de leur production). On a tous vu le résultat sur le produit emblématique 6ixty-8ight (lingerie jeune et tonique, moyen de gamme, prix agressif).

Cette semaine, Frankie Xie, créateur chinois, ouvre les défilés de prêt-à porter de Paris avec sa collection placée sous le signe de « la Porte Chinoise » voilà qui est doublement symbolique.
La Chine n’est plus uniquement synonyme de production bon marché depuis longtemps, la présence de Frankie Xie à Paris le confirme, tant mieux pour la création et les créatifs qui devront aussi regarder, s’inspirer et apprendre à connaître le continent asiatique dans son entier et pas seulement le Japon.
Par delà son poids sur l’échiquier économique, la Chine et ses créateurs sont désormais reconnus ou en passe de l’être, on attend avec impatience les équivalents d’Élie Saab, Hussein Chalayan ou encore Dice Kayek.

j j j