Philip Treacy

Philip Treacy, maître chapelier irlandais est sorti en 1990 du prestigieux Royal College of Art. Bénéficiant d’une reconnaissance internationale pour ses chapeaux au profil très artistique, excentriques et pleins d’humour, il coiffe des personnalités de la planète mode comme Isabella Blow ou Anna Piaggi et travaille pour les plus grandes maisons (Chanel, Valentino, Givenchy, Rifat Ozbek etc.) en plus de sa propre ligne.

Site (cliquez bien sur les photos pour avoir voir ses différentes créations)

j j j

Déshabillez-moi…

deshabillez-moi

Avec une telle couverture et un tel titre je m’attendais à un roman léger, sur nos choix vestimentaires il n’en est rien en fait ; cet ouvrage s’intéresse aux enjeux psychologiques de nos comportements vestimentaires. J’ai donc du me concentrer par moments pour l’apprécier à sa juste valeur…
Traité avec un ton ludique et sérieux, les auteurs Catherine Joubert, 35 ans et Sarah Stern, 37 ans, psychiatres nous permettent de mieux appréhender nos rapports avec les vêtements et la manière dont ils participent à la construction de notre identité.

Lien Amazon

j j j

Crash

crash-magazine

Le magazine de mode Crash à eu la bonne idée de mettre en ligne quelques unes de ses pages pointues réalisées par des photographes stars comme Ellen Von Unwerth ou moins connus (Sam Samore, Cédric Buchet…), on y retrouve égalemment Charles Anastase, Björk ou les As Four.

C’est par là

j j j

Raf Simons

raf-simons

D’orgine belge (Anvers) Raf Simons étudie le design industriel à Gens, en Belgique, et obtient son diplôme en design d’objet. En 1995, il devient designer de mode homme. Martin Margiela, Jean-Paul Gaultier comptent parmi ses références, ainsi que W&LT.
Il puise son inspiration au travers les rebellions passées (punk, mod, gothique) et actuelles des jeunes gens et les mixe avec les notions de « tradition » et « racine » ; créant des vêtements admirablement bien coupés. De part son parcours, pour Raf Simons le vêtement ne se suffit pas à lui-même, la musique, l’art, les images, la performance, jouent un rôle important. de même le choix de ses mannequins est depuis toujours très particulier, ce sont des non professionnels, des outsiders, des individus particuliers, énergiques et indépendants choisis dans les rues d’Anvers.
Il est un des créateurs qui a le plus influencé la mode masculine ces dernières années, il est depuis peu directeur artistique de Jil Sander.

Site

j j j

Iris Brosch

iris-brosch

Cette photographe d’origine allemande, aime faire référence dans ses photos aux peintres qu’elle aime, c’est ainsi que sous l’influence de Fra Angelico, Botticelli elle prend en photos les modèles pour Miu Miu ou encore Hugo Boss avec une ambiance très moderne-baroque.
Tout comme ces peintres de la Renaissance, ses images laissent une grande place à la sensualité et la légèreté.

Son site

j j j

Yazbukey

 

Yazbukey c’est une ligne d’accessoires très imaginatifs, créée en l’an 2000 par un duo qui se compose de deux princesses, Emel née au Caire et Yaz, née à Istanbul, ces deux soeurs sont les petites nièces du Roi Farouk d’Egypte.
Yaz suit des études de design industriel et graphique, puis s’oriente vers la mode qu’elle étudie au Studio Berçot. Emel réalise des imprimés pour Christian Lacroix durant trois saisons, puis s’inscrit elle aussi au Studio Berçot.
Leur univers très ludique, varié et plein d’humour, voire kitsch parfois s’inspire aussi bien des fables de La Fontaine, que de Gene Kelly, Hitchcock, La Cicciolina, les insectes, ou Versailles. A découvrir.

Site

j j j

Images de marques

Je trouve intéressant de mettre en parallèle les deux images ci-dessous, la première est la couverture du magazine des arts graphiques étapes du mois de novembre 2005, la seconde provient du site milliondollarhomepage

Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire la suite

…créé par un étudiant britannique du nom d’Alex Tew, 21 ans. Le concept de son site est très simple, il a créé une page contient un million de pixels, il les vends 100 dollars par bloc de 100, soit 1 dollar le pixel. Au départ c’était pour financer ses études, il est en train de faire fortune. La veste en couverture est un vêtement improbable constitué des étiquettes de la plupart des marques de mode, signifiant peut être et ce malgré l’immense brassage provoqué par l’arrivée des marques de mode mastodontes que sont Zara, H&M, TopShop etc. que quelque soit le vêtement (et par extension quelque soit le site ou support de communication) ce qui compte avant tout aujourd’hui c’est la marque, l’image de la marque, dis moi qui t’habille je te dirais qui tu es… A méditer.

etapesmillion copie

 

j j j

Sophia Kokosalaki

 

Créatrice gréco-anglaise, Sophia Kokosalaki, n’a pas encore la hype de ses semblables Stella Mc Cartney voire Phoebe Philo. Toutefois, son style inimitable, puisant dans ses origines grecques, imaginatif et très féminin à déjà  assuré le succès de sa marque, séduit le très branché créateur italien de luxe Ruffo Research et les organisateurs des Jeux Olympiques de 2004 d’Athènes pour qui elle dessiné les costumes de la cérémonie d’ouverture. En voyant certains de ses fourreaux on ne peut s’empêcher de penser à Madame Grès. À suivre.

Son site
Informations complémentaires

j j j

Ozwald Boateng

Oswald Boateng, 38 ans, né au Ghana est aujourd’hui LE tailleur de Savile Row dont on parle le plus. Non content d’être celui qui a permis à la célèbre rue londonienne d’être à nouveau sur le devant le scène (notamment grâce à l’ouverture d’une boutique en son nom aux Etats-Unis), il est également le tailleur des stars (Samuel L. Jackson, Usher, David Bowie, Jude Law…) et à reçu de la part de la reine Elisabeth l’Ordre de l’Empire Britannique.

Oswald Boateng, 38, born in Ghana is the Savile Row tailor of the moment, he recently received from Queen Elizabeth the Order of the British Empire. He is the one that helped the famous London street to get back on the front of the stage (thanks to the opening of a shop in the U.S.). He is also the tailor of the stars (Samuel L. Jackson, Usher, David Bowie, Jude Law …).

Mais c’est avant tout pour sa propre ligne éponyme et son succès depuis deux saisons en tant que directeur artistique de Givenchy homme qu’il nous intéresse. Sa ligne qu’il définit comme étant forte, masculine dans la pure tradition britannique est dynamisée par de vives couleurs pour les doublures et une coupe très sexy. Chez Givenchy son travail est plus fluide et féminin.

But first of all we are interested by his eponymous line and its success over the past two seasons as artistic director of Givenchy menswear. His line that he defines as strong and masculine, in the British tradition, is driven by strong colors and a very sexy cut. At Givenchy is work is more fluid and feminine.

Site

Blog

Suzy Menkes’ article

Photo credit: Amit Lennon, Camera Press / Retna

j j j